Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

RAGNARÖK

Le Ragnarök ou Destin-des-Puissances (et non comme on le dit souvent, en lisant « Ragnarøkr » : Crépuscule-des-Puissances) désigne l'ensemble de représentations apocalyptiques qui correspondaient, pour les anciens Germano-Nordiques, à la fin du monde.

Quelles qu'en soient les causes (un parjure des dieux, sans doute, et la mort inexpiable de Baldr, le dieu bon), le Ragnarök accumule en une série de visions fulgurantes et inoubliables tous les thèmes qui traduisent, dans ce complexe mental, l'idée de catastrophe irrémédiable, ce que les fresques dantesques de la Völuspá (dans l'Edda poétique) sont parvenues à dépeindre avec une force inégalable. Les coqs fatidiques inaugurent avec leur chant toute une série de cataclysmes qu'ouvre le fimbulvetr, l'hiver formidable qui durera trois ans. Puis c'est le déferlement titanesque : le Soleil et la Lune sont engloutis par des loups monstrueux ; le grand frêneYggdrasill, ébranlé jusque dans ses fondements, tremble et va s'abattre ; la terre s'ouvre ; les monstres se libèrent. Le grand serpent de Miđgarđr en particulier se dénoue et provoque une inondation générale ; Naglfar, le vaisseau fait avec les ongles des morts, rompt ses amarres et apporte une armée de géants, tandis que la cohorte des génies du feu, menée par Surtr, foule pour la dernière fois Bifröst, l'arc-en-ciel :

    Le soleil s'obscurcit,     La terre sombre dans la mer,     Les luisantes étoiles     Vacillent dans le ciel,     Ragent les fumées,     Ronflent les flammes.     Une intense ardeur     Joue jusqu'au ciel.       (Völuspá, str. 57)

Puis, c'est l'ultime combat : les innombrables portes de la Valhöll (Walhalla) s'ouvrent pour livrer passage à l'immense foule des guerriers-élus, ou einherjar, qui partent pour assister les dieux dans leur vain combat contre les puissances du mal et du désordre. Ases et Vanes, d'un côté, monstres, de l'autre, s'entre-tuent dans une série de joutes effroyables, et c'est la fin : l'embrasement universel a raison de tout, le feu inextinguible reste, lugubre vainqueur. Seuls ont été épargnés les séjours des morts.

Avec toute sa puissance et sa démesure, le Ragnarök représente à l'évidence, dans l'affabulation relativement récente qu'en donnent la Völuspá (xe s. ?) ou l'Edda de Snorri Sturluson (xiiie s.), la fusion de nombreux mythes et croyances dont certains sont notoirement archaïques (conflagration générale, immersion totale de la terre, fimbulvetr, combat sans merci des bonnes et des mauvaises puissances). Il est permis d'y voir l'expression nordique d'un vieux thème iranien manichéiste : l'intolérable dualisme finit par se résoudre dans cet embrasement démentiel. Pourtant, l'implantation bien nordique du motif n'est pas difficile à prouver. Voyons-y, dans un univers mental où les notions de force, d'ordre/désordre trouvent un accent particulièrement poussé, la traduction violente d'un rêve de retour à l'idéal primitif après une fantastique catharsis. Car le Ragnarök n'est pas une fin ultime : il appelle la regénération universelle que présidera Baldr le re-né. Il serait donc la version germano-nordique, puissamment orchestrée, du vieux thème indo-européen de l'éternel retour.

— Régis BOYER

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur émérite (langues, littératures et civilisation scandinaves) à l'université de Paris-IV-Sorbonne

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ASES

    • Écrit par Régis BOYER
    • 974 mots
    • 1 média

    Dans la mythologie du Nord, on appelle Ases les membres d'une des deux grandes familles de dieux (godh ou gudh), l'autre étant celle des Vanes, tous ces dieux s'opposant aux géants, nains, elfes et autres créatures surnaturelles. À l'exception de Njördhr, Freyr et Freyja...

  • MYTHOLOGIES - Dieux des peuples "barbares"

    • Écrit par Régis BOYER, Universalis, Pierre-Yves LAMBERT
    • 7 989 mots
    • 1 média
    ...formidable bataille entre Ases et Vanes, combinée avec le meurtre de Baldr. Le monde est désormais condamné et ce sera le Destin-des-Puissances ou Ragnarök que la Völuspá, joyau de l'Edda poétique, décrit en termes dantesques. Mais cet effondrement, qu'il faut voir plutôt comme une catharsis,...
  • ODIN, ÓDHINN, WOTAN ou WODEN

    • Écrit par Régis BOYER
    • 767 mots

    Le principal dieu ase de la mythologie scandinave s'appelle Odin et il est bien attesté également (Wotan) dans tout le domaine germanique continental et anglo-saxon (Woden). Il a donné son nom au mercredi (island., ódinsdagr ; vha., Wuotanesdac ; angl., wednesday ; suéd., onsdag),...

  • YGGDRASILL

    • Écrit par Régis BOYER
    • 646 mots

    C'est sans doute la création la plus saisissante du monde mythologique germano-nordique : le grand frêne (ou if ?) Yggdrasill, éternellement vert, embrasse, de ses racines à sa cime, tous les mondes créés, qu'il supporte et tient en vie. Image superbe, principe unificateur et distributeur,...

Voir aussi