Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

VALHÖLL ou WALHALLA

Pour la mythologie germano-nordique, il existe deux sortes de « morts », si l'on peut dire : ceux qui ont trépassé de façon « banale », normale, et ceux qui sont tombés, les armes à la main, sur le champ de bataille, parce qu'ils ont été choisis par les émissaires d'Óðinn, les Valkyries, pour grossir les rangs des champions ou einherjar appelés, au jour du Ragnarök, à combattre aux côtés des dieux contre les puissances du désordre. Ces morts-là sont désignés par le collectif valr ; à eux est réservé le seul paradis qu'ait connu cette religion, la « halle du valr » ou Valhöll (Walhalla). Les autres s'en vont peupler les lugubres empires de la maîtresse des enfers, Hel.

Óðinn est le souverain maître de la Valhöll, vaste édifice qui a six cent quarante portes et dont les poutres sont des lances, les tuiles, des boucliers, les bancs étant jonchés de broignes. Óðinn ne s'y nourrit que de vin, mais les einherjar y consomment la chair du sanglier Saehrímnir, qui se reconstitue d'elle-même chaque jour, tout en buvant l'hydromel précieux qui coule des pis de la chèvre Heiðrún et que leur servent les Valkyries. Ils passent leurs journées à s'entrebattre, blessés et occis ressuscitant au soir pour reprendre leurs joutes de plus belle le lendemain matin — version élaborée du vieux mythe de la bataille éternelle. Le Grímnismál (dans l'Edda poétique) et l'Edda de Snorri Sturluson insistent sur la splendeur, l'or et la liesse qui marquent cette demeure.

Il y a lieu de s'étonner de l'existence de ce seul « paradis », martial et belliqueux, assez conforme en somme à l'idée que nous aimons nous faire des Vikings, dans une religion qui, malgré les idées reçues, ne privilégiait pas tellement, tant s'en faut, l'idéal guerrier. On a donc voulu y voir une affabulation tardive, virile et aristocratique, particulièrement chère aux scaldes, sectateurs d'Óðinn. Les textes et l'archéologie prouveraient toutefois que l'idée en est plus ancienne. Peut-être alors faudrait-il faire droit aux théories avancées en 1931 par le Norvégien Magnus Olsen : il y aurait là, déformée par les siècles et imprégnée de motifs magiques, une vieille réminiscence des amphithéâtres romains, du Colisée en particulier (les innombrables portes), que les guerriers germaniques auraient pu contempler aux premiers siècles de l'ère chrétienne.

— Régis BOYER

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur émérite (langues, littératures et civilisation scandinaves) à l'université de Paris-IV-Sorbonne

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • MYTHOLOGIES - Dieux des peuples "barbares"

    • Écrit par Régis BOYER, Universalis, Pierre-Yves LAMBERT
    • 7 989 mots
    • 1 média
    ...fondamental du destin, qu'il connaît et façonne tout ensemble par ses messagères ou valkyries, également servantes du paradis où il règne, la Valhöll ou Walhalla. Ódinn est le pouvoir, qui, conscient de ses fins et dominé, part de la nature pour la recréer, l'organiser et lui conférer un sens supérieur....
  • RAGNARÖK

    • Écrit par Régis BOYER
    • 578 mots

    Le Ragnarök ou Destin-des-Puissances (et non comme on le dit souvent, en lisant « Ragnarøkr » : Crépuscule-des-Puissances) désigne l'ensemble de représentations apocalyptiques qui correspondaient, pour les anciens Germano-Nordiques, à la fin du monde.

    Quelles qu'en soient les causes...

  • VALKYRIES

    • Écrit par Régis BOYER
    • 560 mots

    L'œuvre de Wagner ne rend pas un compte exact du prestige trouble de ces fascinantes créations, ambiguës à plaisir, que sont les Valkyries dans la mythologie germano-nordique ancienne. Si leur nom paraît clair — ce sont elles qui choisissent (verbe kjósa, déverbatif -kyrja) les occis...

Voir aussi