BALDR

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans le panthéon nordique, le dieu Ase (appelé Baldr) détonne. Fils d'Ódhinn et de Frigg, aimable, pur, équitable, il impressionne par sa douceur, sa sagesse, sa miséricorde et sa serviabilité, toutes qualités qui ne correspondent pas exactement à ce qu'on peut savoir de l'éthique nordique ancienne, au moins à l'époque où on la découvre par les textes, c'est-à-dire à l'âge viking. Baldr est beau et il est bon. Le fils qu'il a eu de son épouse, Nanna, sera d'ailleurs un jour dieu de la Justice : Forseti (en frison, Fosite). Dans Ásgardhr, la vaste enceinte où habitent les dieux, il réside à Breidhablik (Large Éclat). Lorsque le monde aura sombré, au jour du Destin des Puissances (Ragnarök), il ressuscitera et présidera à la régénération universelle.

Jusque-là, tout donne à penser qu'il s'agit d'une divinité solaire, le soleil jouissant d'un culte notoire dans le Nord, au moins pendant l'âge du bronze scandinave (~ 1500-~ 400), non seulement parce qu'il est décrit comme « le plus blanc des Ases », mais parce que maints traits ou mythes qui lui sont attribués rappellent Baal, Tammuz, Adonis (dont le nom signifie « seigneur », tout comme le mot baldr). Et son caractère passif frappe : très peu d'actions mémorables ou d'activités notoires lui ont été assignées.

Toutefois, plusieurs mythes le concernant directement laissent perplexes les commentateurs, et d'abord celui de sa mort. Grâce aux sortilèges de sa mère, Frigg, il a été rendu invulnérable, et les dieux s'amusent à lui lancer toutes sortes d'armes et de projectiles pour vérifier cette immunité. Mais Loki, le dieu du Mal, sous un déguisement, a circonvenu la plus humble des plantes, le gui (mistilsteinn), qui n'a pas accédé, par conséquent, à la requête de Frigg. Loki arme le bras du frère de Baldr, Hödhr, qui est aveugle et dont le nom signifie « combat », d'une flèche de gui et guide son tir : Baldr tombe, transpercé. La const [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur émérite (langues, littératures et civilisation scandinaves) à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  BALDR  » est également traité dans :

FRAZER JAMES GEORGE (1854-1941)

  • Écrit par 
  • Nicole BELMONT
  •  • 3 467 mots

Dans le chapitre « Le « Rameau d'or » »  : […] L'essentiel de la gloire dont a joui Frazer provient de son grand ouvrage Le Rameau d'or ( The Golden Bough ), qui révéla à un public nombreux une discipline encore jeune, l'anthropologie sociale, mais aussi et surtout l'univers étrange et fascinant des croyances, des coutumes, des rituels et des mythes des peuples primitifs. La genèse de l'œuvre s'éten […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/james-george-frazer/#i_12931

MYTHOLOGIES - Dieux des peuples "barbares"

  • Écrit par 
  • Régis BOYER, 
  • Pierre-Yves LAMBERT
  • , Universalis
  •  • 8 018 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Équilibres et antinomies »  : […] L'évolution dans un sens plus martial se fera au cours de l'âge viking : encore ne faut-il pas négliger les influences, classiques surtout, qui ont été véhiculées par l'Église. Mais la christianisation progressive, à partir de l'an mil, n'altérera en rien deux invariants spécifiques : d'une part, la croyance au Destin, maître des dieux comme des hommes et véritable deus otiosus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mythologies-dieux-des-peuples-barbares/#i_12931

Pour citer l’article

Régis BOYER, « BALDR », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/baldr/