Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

RAFLE DU VÉL' D'HIV'

Les 16 et 17 juillet 1942, près de treize mille Juifs (pour la plupart étrangers) sont arrêtés dans le ressort du Gross-Paris. Tandis que les célibataires et les couples sans enfants sont directement emmenés au camp d'internement de Drancy, en banlieue nord-est, les familles, soit plus de huit mille hommes, femmes et enfants, sont détenues un temps au vélodrome d'hiver de Paris (situé rue Nélaton, dans le XVe arrondissement), avant d'être transférées dans les camps de Pithiviers et de Beaune-la-Rolande (Loiret). Tous seront déportés à Auschwitz-Birkenau d'où, pour la plupart, ils ne reviendront pas (sur les 75 000 Juifs au total déportés de France, moins de 2 500 sont revenus).

Cette vaste opération (dont le nom de code était Vent printanier) voulue par les Allemands et exécutée par la police française, est restée dans les mémoires sous le nom de « rafle du Vél' d'Hiv' ». Elle marque les débuts de la mise en œuvre de la solution finale en France. De premiers convois étaient partis vers l'est dès la fin de mars 1942, mais ils répondaient davantage à une logique de représailles. La grande rafle, quant à elle, s'inscrit dans le projet, élaboré par les nazis, de déportation et d'extermination des Juifs d'Europe. Par souci d'efficacité, les autorités allemandes ont décidé de prendre appui sur l'État français.

La rafle de juillet 1942 scelle une nouvelle étape dans la collaboration. De fait, c'est la police municipale parisienne qui opère les arrestations et des bus de la Société des transports en commun de la Région parisienne (S.T.C.R.P.), depuis peu fusionnée avec la Compagnie du métropolitain de Paris (C.M.P.), qui transportent les personnes arrêtées. Le chef du gouvernement, Pierre Laval, a délégué son secrétaire général à la Police, René Bousquet, pour négocier. Au début de l'été, celui-ci s'engage auprès de Karl Oberg, chef suprême de la SS et de la police de sûreté en France occupée, à ce que la police française procède aux arrestations des Juifs en zone occupée et en zone libre ; il obtiendra, en échange d'un investissement plus systématique dans la répression et la persécution (contre les résistants, les Juifs...) une plus grande autonomie pour ses services. On retrouve là un des moteurs de la politique vichyste, à savoir la volonté d'affirmer l'autorité de l'État français sur l'ensemble du territoire, zone occupée comprise, quitte à prendre en charge la réalisation des objectifs de l'occupant. Vichy a donc négocié la livraison des Juifs étrangers (y compris les enfants mineurs nés en France). L'antisémitisme et la xénophobie des milieux dirigeants français expliquent donc aussi cette décision qui renvoie cependant, pour beaucoup, à un autre calcul. Pour Laval, en effet, il s'agit d'assurer la position de la France dans une Europe qui ne peut être à ses yeux que nazie. Fort de cette conviction, il pense pouvoir jouer avec Hitler en lui offrant ainsi l'une de ses cartes maîtresses.

De la sorte, Vichy accepte d'imbriquer sa logique d'exclusion, dans laquelle s'inscrivait son antisémitisme d'État, dans la logique de déportation nazie. C'est une étape décisive dans l'histoire des Juifs vivant en France (français et étrangers) qui se trouvent ainsi confrontés au danger de mort. Cependant, alertés qui par des résistants, souvent communistes, qui par des policiers, ils sont nombreux à échapper à la rafle du Vél' d'Hiv', le nombre d'arrestations étant bien moindre qu'espéré par les autorités, qui s'appuyaient sur le fichier de la préfecture de police (constitué à partir d'un recensement de la population juive de la région parisienne) dont on avait extrait vingt-sept mille fiches, soit le double du résultat obtenu.[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Voir aussi