RAFLE DU VÉL' D'HIV'

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les 16 et 17 juillet 1942, près de treize mille Juifs (pour la plupart étrangers) sont arrêtés dans le ressort du Gross-Paris. Tandis que les célibataires et les couples sans enfants sont directement emmenés au camp d'internement de Drancy, en banlieue nord-est, les familles, soit plus de huit mille hommes, femmes et enfants, sont détenues un temps au vélodrome d'hiver de Paris (situé rue Nélaton, dans le XVe arrondissement), avant d'être transférées dans les camps de Pithiviers et de Beaune-la-Rolande (Loiret). Tous seront déportés à Auschwitz-Birkenau d'où, pour la plupart, ils ne reviendront pas (sur les 75 000 Juifs au total déportés de France, moins de 2 500 sont revenus).

Cette vaste opération (dont le nom de code était Vent printanier) voulue par les Allemands et exécutée par la police française, est restée dans les mémoires sous le nom de « rafle du Vél' d'Hiv' ». Elle marque les débuts de la mise en œuvre de la solution finale en France. De premiers convois étaient partis vers l'est dès la fin de mars 1942, mais ils répondaient davantage à une logique de représailles. La grande rafle, quant à elle, s'inscrit dans le projet, élaboré par les nazis, de déportation et d'extermination des Juifs d'Europe. Par souci d'efficacité, les autorités allemandes ont décidé de prendre appui sur l'État français.

La rafle de juillet 1942 scelle une nouvelle étape dans la collaboration. De fait, c'est la police municipale parisienne qui opère les arrestations et des bus de la Société des transports en commun de la Région parisienne (S.T.C.R.P.), depuis peu fusionnée avec la Compagnie du métropolitain de Paris (C.M.P.), qui transportent les personnes arrêtées. Le chef du gouvernement, Pierre Laval, a délégué son secrétaire général à la Police, René Bousquet, pour négocier. Au début de l'été, celui-ci s'engage auprès de Karl Oberg, chef suprême de la SS et de la police de sûreté en France occupée, à ce que la police française procède aux arrestations des Juifs en zone occupée et en zone libre ; il obtiendra, en échange d'un investissement plus systématique dans la répression et la persécution (contre les résistants, les Juifs...) une plus grande autonomie pour ses services. On retrouve là un des moteurs de la politique vichyste, à savoir la volonté d'affirmer l'autorité de l'État français sur l'ensemble du territoire, zone occupée comprise, quitte à prendre en charge la réalisation des objectifs de l'occupant. Vichy a donc négocié la livraison des Juifs étrangers (y compris les enfants mineurs nés en France). L'antisémitisme et la xénophobie des milieux dirigeants français expliquent donc aussi cette décision qui renvoie cependant, pour beaucoup, à un autre calcul. Pour Laval, en effet, il s'agit d'assurer la position de la France dans une Europe qui ne peut être à ses yeux que nazie. Fort de cette conviction, il pense pouvoir jouer avec Hitler en lui offrant ainsi l'une de ses cartes maîtresses.

De la sorte, Vichy accepte d'imbriquer sa logique d'exclusion, dans laquelle s'inscrivait son antisémitisme d'État, dans la logique de déportation nazie. C'est une étape décisive dans l'histoire des Juifs vivant en France (français et étrangers) qui se trouvent ainsi confrontés au danger de mort. Cependant, alertés qui par des résistants, souvent communistes, qui par des policiers, ils sont nombreux à échapper à la rafle du Vél' d'Hiv', le nombre d'arrestations étant bien moindre qu'espéré par les autorités, qui s'appuyaient sur le fichier de la préfecture de police (constitué à partir d'un recensement de la population juive de la région parisienne) dont on avait extrait vingt-sept mille fiches, soit le double du résultat obtenu.

Enfin, la rafle marque un moment décisif dans l'état de l'opinion publique telle qu'on peut la reconstituer en particulier à travers les rapports des renseignements généraux et des préfets. Longtemps indifférente au sort des Juifs touchés par les persécutions, l'opinion n'accepte pas l'ostracisme symbolisé par le port de l'étoile jaune, rendu obligatoire en zone Nord depuis le 29 mai 1942, et moins encore le spectacle ou le récit des arrestat [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Les derniers événements

16 juillet 2017 France – Israël. Visite du Premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou à Paris.

Le président Emmanuel Macron invite le Premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou à célébrer le soixante-quinzième anniversaire de la rafle du Vél’ d’Hiv’ – l’arrestation par la police française de plus de treize mille Juifs dans la région parisienne, qui seront déportés. Le chef de l’État réaffirme la responsabilité de la France dans cette rafle et déclare que l’antisionisme est « la forme réinventée de l’antisémitisme ». […] Lire la suite

13-31 juillet 2014 France. Manifestations liées à l'offensive israélienne à Gaza

Le 20 également, à l'occasion de la commémoration de la rafle du Vél' d'Hiv', le Premier ministre Manuel Valls dénonce l'antisémitisme qui « se répand sur Internet, dans nos quartiers populaires, auprès d'une jeunesse sans repères, sans conscience de l'Histoire, qui se cache derrière un antisionisme de façade ». Le 23, une nouvelle manifestation propalestinienne rassemble dans le calme, à Paris, de quinze mille à vingt-cinq mille personnes, parmi lesquelles plusieurs personnalités de gauche, à l'appel du Collectif national pour une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens. […] Lire la suite

22 juillet 2012 France. Commémoration de la rafle du Vél' d'Hiv'

Le chef de l'État François Hollande préside à Paris la cérémonie du soixante-dixième anniversaire de la rafle du Vél' d'Hiv' au cours de laquelle quelque treize mille juifs furent parqués dans le Vélodrome d'hiver par la police française avant d'être déportés à Auschwitz. Reprenant les propos du président Jacques Chirac qui, en 1995, avait mis en cause « la France » et non plus l'État français de Vichy, François Hollande affirme que « le crime fut commis en France, par la France ». […] Lire la suite

18 janvier 2007 France. Hommage solennel de la nation aux Justes de France

» En juillet 1995, à l'occasion de la commémoration de la rafle du Vél' d'Hiv', Jacques Chirac avait déjà reconnu « les fautes commises par l'État » dans la déportation des Juifs.  […] Lire la suite

16 juillet 1995 France. Reconnaissance par le président Jacques Chirac des fautes de l'État envers les juifs durant la Seconde Guerre mondiale

À l'occasion de la commémoration de la rafle du Vél' d'Hiv', le président Jacques Chirac évoque « ces heures noires [qui] souillent à jamais notre histoire » et parle de « faute collective ». En juillet 1942, la police française avait procédé à l'arrestation de près de 13 000 juifs parisiens qui furent parqués dans le Vélodrome d'Hiver avant d'être déportés en Allemagne. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Denis PESCHANSKI, « RAFLE DU VÉL' D'HIV' », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/rafle-du-vel-d-hiv/