QUANTIFICATION, linguistique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La quantification est une série d'opérations de détermination qui sont constitutives de la bonne formation de l'énoncé.

Le terme de quantification, en tant qu'opérations, a été introduit par C. S. Peirce et par G. Frege pour analyser des particules grammaticales comme « quelques », « certains », « chaque », « tous les », « aucun »... Ils ont retenu deux quantificateurs : l'existentiel (« Il y a des hommes qui sont chauves ») et l'universel (« Tous les hommes sont mortels »). Les deux quantificateurs ne sont pas indépendants puisque l'on dérive l'universel de l'existentiel (et réciproquement).

G. Peano, et à sa suite B. Russell, ont introduit l'opérateur de description déterminée (ιx) pour représenter la description singulière et notamment l'article défini : « (ιx) R(x) » symbolise « l'objet qui a la propriété R » (ou : « un et un seul objet possède la propriété en question »). Cet opérateur (ainsi que l'opérateur de description indéterminée (ηξ) introduit par D. Hilbert et P. Bernays pour représenter l'article indéfini) est réductible à l'opérateur existentiel et soulève quelques difficultés logiques.

L'analyse linguistique de la quantification à l'aide de représentations logiques a eu ces dernières années un regain d'intérêt, mais les véritables problèmes de la détermination et surtout ceux de la genèse des catégories grammaticales sont loin d'avoir trouvé une solution satisfaisante.

Décrivons schématiquement la constitution de la catégorie nominale où apparaissent des opérations de quantification.

1. On part d'une notion prédicative (prédicable) N qui n'est pas catégorisée dans une classe linguistique, mais selon les opérations qui porteront sur N, on obtiendra soit un nom, soit un verbe, soit un adjectif, etc. La notion N est caractérisée par un ensemble de propriétés sémantiques qui filtrent des propriétés physico-culturelles. Ainsi, on aura des notions directement [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  QUANTIFICATION, linguistique  » est également traité dans :

ADVERBE

  • Écrit par 
  • Robert SCTRICK
  •  • 311 mots

L'une des parties du discours traditionnellement définie par sa propriété sémantique de modifier le contenu du prédicat ou de l'assertion, l'adverbe présente, en outre, la possibilité récursive de se combiner avec soi-même. Les difficultés de l'analyse proviennent surtout du fait qu'on ne prend pas toujours garde au point d'incidence de l'adverbe sur le reste de l'énoncé, ce qui entraîne à la fois […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adverbe/#i_80775

NÉGATION, linguistique

  • Écrit par 
  • Robert SCTRICK
  •  • 740 mots

La langue réalise de plusieurs façons l'opérateur logique fondamental qu'on appelle négation et qui a pour propriété essentielle d'inverser la valeur de vérité d'un jugement : le terme de foncteur de vérité monadique (ou singulaire) dont on le désigne parfois signifie qu'à la différence des connectifs il ne s'applique pas à l'union de deux jugements atomiques mais à un seul qu'il fait passer de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/negation-linguistique/#i_80775

NOM

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 7 080 mots

Dans le chapitre « La place des noms propres parmi les expressions à référence singulière. Les indicateurs et les descriptions définies »  : […] Les indicateurs sont les expressions comme « ici », « là-bas », « ceci », « cela », « je », « tu », démonstratifs et pronoms personnels qui, dans le contexte d'interlocution, assurent la référence singulière hic et nunc de manière essentiellement variable, c'est-à-dire directement liée à l' énonciation. Les noms propres se rapprochent, par leur fonction, des indicateurs ; il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nom/#i_80775

NOM, linguistique

  • Écrit par 
  • Robert SCTRICK
  •  • 693 mots

L'une des parties du discours, appelée encore, dans une terminologie fondée sur la logique, « substantif », transposition du nomen substantivum des Anciens par opposition au nomen adjectivum , parce qu'il lui est dévolu de représenter dans la langue la « substance » de l'être, alors que l'adjectif n'en représente que les attributs. Dans une perspective […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nom-linguistique/#i_80775

THÉORIE STANDARD ÉTENDUE

  • Écrit par 
  • Jean-Yves POLLOCK
  •  • 1 111 mots

Dans le cadre général de la grammaire générative, on peut caractériser de façon informelle la théorie standard étendue comme un effort visant à rendre aussi spécifiques et restrictifs que possible les outils descriptifs mis à la disposition du linguiste dans sa tâche d'analyse des différentes langues naturelles. Ainsi, par rapport à la théorie standard de la grammaire générative, représentée par e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-standard-etendue/#i_80775

Pour citer l’article

Jean-Pierre DESCLES, « QUANTIFICATION, linguistique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/quantification-linguistique/