MOI PSYCHOLOGIE DU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Expression qui définit une théorie générale de la personnalité, édifiée à partir des données de la psychanalyse, par un groupe de psychanalystes d'origine viennoise émigrés aux États-Unis, notamment Heinz Hartmann (1894-1970), Ernst Kris (1900-1957), Rudolf Loewenstein. Cette théorie prend appui sur la distinction qui, proposée par Freud au début des années 1920 pour rendre compte des conflits intrapsychiques, oppose au ça, système inconscient des exigences pulsionnelles, et au surmoi, système des exigences normatives également inconscientes, le moi, système de choix et de rejet par lequel le sujet se reconnaît comme une individualité cohérente et autonome, ayant pour double tâche de s'adapter aux exigences de la réalité extérieure et de maîtriser les conflits internes.

La « psychologie du moi » (ou Ego Psychology) tend à généraliser cette distinction. Elle assimile aux fonctions du moi ainsi définies les fonctions psychologiques de l'intelligence, du langage et, plus généralement, toutes les fonctions que la psychologie générale traditionnelle range dans le cadre des activités cognitives et adaptatives.

Parmi les conséquences théoriques d'une telle généralisation on peut noter : l'importance accordée aux tâches d'adaptation à la réalité, l'hypothèse d'un moi relativement indépendant des conflits psychiques internes (zone non conflictuelle du moi) ; l'intérêt pour l'étude du développement d'une organisation aussi complexe (importance du point de vue dit génétique). Parmi les incidences de cette conception sur la technique de la cure, il faut souligner l'importance accordée à l'analyse des systèmes défensifs (vis-à-vis des pulsions) et adaptatifs (vis-à-vis de la réalité).

L'Ego Psychology a exercé une grande influence sur la psychanalyse américaine, tandis qu'elle suscite d'importantes réserves de la part de nombreux psychanalystes, en particulier en Europe. On lui reproche de développer un intérêt excessif pour les fonctions adaptatives au détriment de l'écoute des désirs inconscients et d'entretenir une confusion entre une distinction qui se fonde sur l'analyse du conflit intrapsychique et les extrapolations auxquelles elle prête. Les discussions auxquelles cette tendance donne lieu, et qui prennent parfois un ton passionnel, alimentent un des plus importants débats qui animent aujourd'hui encore le mouvement psychanalytique.

—  Daniel WIDLÖCHER

Écrit par :

  • : professeur de psychiatrie à l'université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie, chef de service de psychiatrie (adultes) au groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière

Classification


Autres références

«  MOI PSYCHOLOGIE DU  » est également traité dans :

ERIKSON ERIK HOMBURGER (1902-1994)

  • Écrit par 
  • Pamela TYTELL
  •  • 1 235 mots

Né le 15 juin 1902 à Francfort-sur-le-Main (Allemagne), Erik Erikson s'installe à Vienne en 1927, où il s'occupe des quatre enfants de l'Américaine Dorothy Tiffany Burlingham, qui étudie la psychanalyse avec Sigmund Freud. Erikson suit les enseignements d'Anna Freud à l'Institut de psychanalyse, s'initie à la méthode d'enseignement de Maria Montessori, crée une école pilote avec Anna Freud, entre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/erik-homburger-erikson/#i_19979

FREUD ANNA (1895-1982)

  • Écrit par 
  • Pamela TYTELL
  •  • 1 707 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « Orthodoxie » freudienne et ego psychology »  : […] Parallèlement à son activité d'analyste, Anna Freud s'est occupée de la publication des œuvres inédites de son père, notamment de ses lettres, ce qui, ajouté à son statut d'enfant préféré, contribua à faire d'elle, aux yeux des analystes, le garant de l'orthodoxie freudienne. Mais il semble qu'elle ait mis à profit cet avantage pour influer sur la doctrine : d'une part, en essayant de la rendre ac […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anna-freud/#i_19979

FROMM ERICH (1900-1980)

  • Écrit par 
  • Pamela TYTELL
  •  • 1 186 mots

Né à Francfort-sur-le-Main, Erich Fromm étudia la sociologie à Heidelberg, à Francfort et à Munich : il s'initia à la psychanalyse à l'université de Munich et auprès de l'Institut de psychanalyse de Berlin de 1923 à 1925. Il fut analysé par Hanns Sachs. À Berlin, il admire les travaux de G. Groddeck, qui n'est pas accepté par la communauté analytique de l'époque. Psychanalyste d'obédience freudien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/erich-fromm/#i_19979

HARTMANN HEINZ (1894-1970)

  • Écrit par 
  • Pamela TYTELL
  •  • 825 mots

Fils d'un professeur d'histoire de l'université de Vienne, Heinz Hartmann fit ses études de médecine et travailla sous la direction du pharmacologue Hans Horst Mayer et du sociologue Max Weber. En 1927, alors qu'il était en psychanalyse avec Sandor Rado, il publia Die Grundlagen der Psychoanalyse ( Les Fondements de la psychanalyse ), où il oppose l'out […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/heinz-hartmann/#i_19979

INTÉRÊT, sciences humaines et sociales

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 7 557 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Approche phénoménologique : intérêt propre et divertissement »  : […] Un essai classique de Albert O. Hirschman, Les Passions et les intérêts , a montré comment, avec le déclin de l'idée de « gloire », s'est développée, du xvi e au xviii e  siècle, une stratégie visant à assurer le contrôle de l'intérêt sur la passion. Bien que purement égoïst […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/interet-sciences-humaines/#i_19979

KLEIN MELANIE (1882-1960)

  • Écrit par 
  • Jean-Bertrand PONTALIS
  •  • 2 230 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les critiques adressées à Melanie Klein »  : […] On peut schématiquement regrouper les critiques, fort divergentes, qu'a suscitées l'œuvre de Melanie Klein. La tendance de la « psychologie du moi » ( ego psychology ) lui reproche de sous-estimer le poids de la réalité extérieure et les lois de la maturation biopsychique. Il est vrai que tout se passe pour Melanie Klein comme si chaque individu humain avait à constituer sa p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/melanie-klein/#i_19979

MOI

  • Écrit par 
  • Catherine CLÉMENT, 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 12 471 mots

Dans le chapitre « La psychanalyse comme « science des mirages » »  : […] Jacques Lacan , appliquant à la formulation du cogito les pratiques réflexives conjuguées de la psychanalyse et de certains aspects de la linguistique, effectue sur la réflexion du sujet par lui-même une transformation qui résume clairement l'opération freudienne. Soit la formule : « Je suis celui qui pense, donc je suis », ou plus simplement celle de Descartes : « Je pense, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moi/#i_19979

PSYCHANALYSE & CONCEPT D'OPPOSITION

  • Écrit par 
  • Émile JALLEY
  •  • 14 034 mots

Dans le chapitre « De la psychanalyse du jeune enfant à Lacan »  : […] La notion de couple de termes a été largement utilisée par les représentants de la psychanalyse du très jeune enfant – tout d'abord pour décrire la relation duelle d'un type particulier entre l'enfant et le partenaire nourricier. Elle concerne aussi le mécanisme spécifique du clivage, dans ses diverses variétés selon les auteurs. Par ailleurs, ceux-ci font un usage diversifié, selon leurs perspect […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychanalyse-et-concept-d-opposition/#i_19979

Pour citer l’article

Daniel WIDLÖCHER, « MOI PSYCHOLOGIE DU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychologie-du-moi/