PSYCHOLOGIE DU LANGAGE ORAL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À chaque étape son défi

La variabilité

Aucune des étapes de traitement exposées ci-dessus ne va de soi. De nombreux problèmes se posent au locuteur qui planifie une séquence de parole et à l’auditeur qui tente de la décoder. Tout d’abord, les caractéristiques physiques du signal de parole n’entretiennent pas de lien univoque avec les unités linguistiques. Chaque locuteur produit un signal acoustique différent. Par exemple, les pics d’énergie dans certaines gammes de fréquences (« formants » des voyelles) qui permettent de distinguer les voyelles entre elles, diffèrent d’un locuteur à l’autre (un /a/ produit par un homme diffère acoustiquement d’un /a/ produit par un enfant). L’auditeur peut donc difficilement se baser sur les valeurs absolues de ces formants pour identifier les voyelles. Par ailleurs, pour produire des sons de parole, le locuteur doit anticiper les mouvements articulatoires d’un phonème alors qu’il est en train d’articuler celui qui précède. Le phonème /k/ sera donc différent s’il précède la voyelle /i/ ou la voyelle /u/. Cette absence d’invariance n’affecte pourtant pas notre capacité à abstraire des catégories. Une des solutions envisagées pour compenser la variabilité entre locuteurs est que les auditeurs mettent en place un processus de normalisation du conduit vocal. La normalisation permettrait de se focaliser sur des représentations abstraites « canoniques » et non sur les formes de surface « variables ». Certains chercheurs considèrent que l’invariance réside dans le geste articulatoire que les locuteurs produisent. La récupération de la trace de ces gestes articulatoires dans un signal de parole variable permettrait alors aux auditeurs de retrouver le message voulu (voir les travaux de C. Fowler). Cette théorie a trouvé un appui dans la découverte du fait que des neurones dévolus à l’action, déchargent lors de la perception de l’action (« neurones miroir ») ; perception et action semblent donc étroitement liées.

Il existe aussi des variations phonologiques qui obéissent à des règles. En situation de conversation, certains phonèmes ne sont [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  PSYCHOLOGIE DU LANGAGE ORAL  » est également traité dans :

CERVEAU ET LANGAGE ORAL

  • Écrit par 
  • Jean-François DÉMONET
  •  • 2 863 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Bases cérébrales du développement du langage oral »  : […] L’étude des bases fonctionnelles et cérébrales de l’ontogénie du langage s’est effectuée à l’aide de paradigmes issus de la psychologie expérimentale adaptés au comportement du tout jeune enfant, de méthodes de neurophysiologie (potentiels évoqués, imagerie optique) et d’imagerie cérébrale (imagerie par résonance magnétique fonctionnelle, IRMf). Ces travaux ont permis de montrer, à des âges de pl […] Lire la suite

GARRETT MERRILL (1935- )

  • Écrit par 
  • Jean-Luc NESPOULOUS
  •  • 367 mots

Merrill Garrett obtient, en 1965, un doctorat à l’université de l’Illinois, au sein de l’Institute of Communications Research dont le directeur est alors Charles Osgood (1916-1991), linguiste et psychologue, un des pionniers de la psycholinguistique et des recherches interdisciplinaires en matière d’étude du langage. Au terme d’un stage postdoctoral au Massachusetts Institute of Technology (MIT), […] Lire la suite

SIMULATION ET DÉVELOPPEMENT (psychologie)

  • Écrit par 
  • Henri LEHALLE
  •  • 2 457 mots

Dans le chapitre « Connexionnisme et réseaux de neurones »  : […] L’approche connexionniste s’appuie sur un modèle du fonctionnement neuronal pour agencer une architecture cognitive dont la dynamique représentée par une suite de calculs doit parvenir à simuler le fonctionnement et le développement psychologiques. Un réseau connexionniste se caractérise d’abord par son architecture, c’est-à-dire par le nombre d’unités qu’il comporte et par leur agencement. Chaqu […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Elsa SPINELLI, « PSYCHOLOGIE DU LANGAGE ORAL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychologie-du-langage-oral/