Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PSYCHANALYSE DES ŒUVRES

Matrice signifiante de l'œuvre

Évoquons, par exemple, la détresse des choses et leur fraternité dans la peinture de Van Gogh. L'intelligence d'une telle qualité d'expression resterait assurément très pauvre, si l'on se bornait à y relever l'influence de l'esprit de charité du pasteur Van Gogh. Mais la correspondance du peintre autorise une recherche d'un type tout différent. Van Gogh peint le monde tel que son père l'a dit. C'est donc au cœur de cette parole paternelle que notre analyse devra se donner son centre de référence, c'est à travers les péripéties de l'écoute que lui a prêtée Van Gogh, jalonnées par l'abandon de sa vocation et par la mort du père, que nous pourrions reconstruire les phases de sa création. On comprendrait alors comment l'inhérence de l'artiste aux figures ancestrales peut trouver son équivalent dans la conformation de l'œuvre à un type original de création. Le père qu'évoque Van Gogh n'est pas investi au titre d'objet, il est source d'une visée signifiante. Et, bien entendu, en rapport à cette visée, auraient à se situer la mère et Théo, et le discours que Vincent lui adresse. Il sera donc équivalent de dire que Vincent Van Gogh s'est trouvé destiné à une certaine position dans une certaine constellation de sujets et que son œuvre s'est ordonnée aux puissances signifiantes que cette constellation supportait. Jusqu'où, dans cette histoire, pourrons-nous remonter ? C'est là cas d'espèce. Simplement ne faudrait-il pas ériger en un principe de méthode la carence de notre information, et de ce fait stériliser la recherche, une recherche à laquelle l'oreille tranchée de Vincent, brandie en holocauste à la prostituée, nous avertit assez que nous ne saurions tracer la limite dans le registre même des symptômes.

Car on devra s'y résoudre, la question posée à la vie, c'est la névrose qui bien souvent y donnera réponse. Comment admettre cependant que l'œuvre hérite en ce qu'elle a de vraiment singulier des traits monotones de la névrose, ou des formations caractérielles qui en tiendraient lieu ? Prenons en exemple l'étude consacrée par Alfred Winterstein à la Melancholia de Dürer, et dont la publication dans Imago en 1927 semblerait devoir garantir les titres. Sur le fondement des recherches historiques de Karl Giehlov, Erwin Panofsky et Fritz Saxl, l'auteur commence par ordonner son commentaire aux événements biographiques, mort de la mère quinze ans après celle du père, pour déboucher sur la fonction de l'analité dans l'économie cyclothymique de Dürer. Acceptons donc de verser au compte des résistances la gêne que ne manquera pas de ressentir devant ce type d'explication quiconque n'aura de la psychanalyse qu'une connaissance de seconde main. Encore reste-t-il que le changement de registre auquel nous sommes invités paraît exclure toute transition, de l'organisation psychique sous-jacente à l'œuvre, à l'œuvre effectivement donnée du graveur. Et le texte même de Winterstein, s'il n'aborde pas de front la difficulté, en suggère d'ailleurs les données.

« Il n'appartient qu'à Dieu, écrivait Dürer, de soumettre à la mesure la beauté absolue. » Sans nul doute la formule se prête immédiatement à une transcription en termes œdipiens. Mais le tout est de savoir si le conflit œdipien, et la forme particulière qu'il revêt, ne doivent pas être entendus de telle manière qu'ils rendent précisément possible l'expression qui en est offerte par la Melancholia de Dürer. Allons plus loin. Une œuvre d'art, une religion, une philosophie ne sauraient être comprises comme des psychonévroses réussies. Car, ainsi que Freud l'a souligné, c'est la psychonévrose qui doit être comprise[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur honoraire de philosophie à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Pour citer cet article

Pierre KAUFMANN. PSYCHANALYSE DES ŒUVRES [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Michel-Ange, <it>Moïse</it> - crédits : Rabatti-Domingie/ AKG-images

Michel-Ange, Moïse

Le Bœuf écorché, Rembrandt - crédits : Fine Art Images/ Heritage Images/ Getty Images

Le Bœuf écorché, Rembrandt

Autres références

  • ART (Aspects esthétiques) - La contemplation esthétique

    • Écrit par Didier DELEULE
    • 3 634 mots
    ...peuvent que faire éprouver de la honte au rêveur éveillé, d'où vient cependant que nous éprouvions un grand plaisir en assistant au spectacle tragique ? C'est d'abord pour Freud un problème d'ars poetica et il s'en explique dans un article de 1908, « La Création littéraire et le...
  • LES ENFANTS DE SATURNE, R. et M. Wittkower - Fiche de lecture

    • Écrit par François-René MARTIN
    • 1 189 mots
    ... ou à des structures anthropologiques, les Wittkower restent prisonniers d'un modèle psychologique qui nous semble aujourd'hui bien dépassé. Une de cibles de l'ouvrage est la psychanalyse, tout au moins l'usage qu'elle pouvait faire des vies d'artistes pour expliquer les œuvres : les Wittkower...
  • ESTHÉTIQUE - Esthétique et philosophie

    • Écrit par Mikel DUFRENNE
    • 7 366 mots
    ...on affirme souvent que l'artiste, même s'il ne dit rien de lui, s'exprime dans son œuvre, comme l'arbre dans son fruit ou le rêveur dans ses fantasmes. Aussi la psychologie de la création est-elle souvent, de nos jours, une psychanalyse de l'artiste. Freud en a donné l'exemple en étudiant Léonard ; il...
  • KRIS ERNST (1900-1957)

    • Écrit par Universalis
    • 496 mots

    Psychologue et historien de l'art américain, Ernst Kris est connu pour avoir étudié la création artistique sous l'angle psychanalytique et pour avoir mêlé, dans ses recherches sur la psychologie de l'enfant, psychanalyse et observation directe.

    Né le 26 avril 1900 à Vienne dans...

  • Afficher les 9 références

Voir aussi