Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PSYCHANALYSE DES ŒUVRES

Art et transgression

Revenons sur l'exemple du Moïse. Au départ de l'analyse, l'« effet » esthétique est censé obtenu mais sans être compris. L'interprétation d'un détail énigmatique (la position de l'index pris comme moment du développement d'un geste) permet ensuite de restituer la séquence des épisodes où la sculpture opère sa coupe. Le moment ainsi évoqué témoigne enfin du sens de l'œuvre en tant qu'expression « de l'exploit psychique le plus prodigieux, vaincre sa passion au nom d'une mission à laquelle on s'est voué ». Mais quelle mission ? Maintenir l'Alliance, ce que traduit l'exigence de garder intactes les tables de la Loi, vacillant sous la poussée de la colère. « Un instant de plus », en effet, « les tables se fracassaient. » L'œuvre n'aura laissé entrevoir la transgression destructive comme imminente que pour nous faire sentir la sublimité du geste qui en exclut l'actualisation.

Le point de visée que nous cherchons, c'est l'interdit en tant que tel, l'exclu en tant qu'exclu ; s'agissant du Moïse, notre tâche sera de rechercher à quel titre, par quel artifice dans la composition de l'apparence il vient à se produire sous le chef de la catégorie du sublime.

Mais la remarque a une portée générale. « Dans sa vingt et unième année », dit Freud de l'Homme aux rats, « peu après la mort de son père, l'impulsion à l'onanisme apparut chez lui. Après chaque satisfaction masturbatoire, il se sentait très honteux. Et il y renonça bientôt entièrement. Depuis, l'onanisme ne réapparaissait chez lui qu'à des occasions rares et très singulières. « Ce sont surtout, dit-il, des moments de ma vie ou des passages particulièrement beaux qui provoquaient la masturbation. Ainsi, par exemple, lorsque j'entendis, par un bel après-midi d'été, dans la ville intérieure, le beau son de cor d'un postillon qui sonna jusqu'à ce qu'un agent de police le lui interdît en invoquant un règlement. Et une autre fois, lorsque je lus dans Dichtung und Wahrheit de Goethe, comment ce dernier, encore jeune homme, se libéra dans un mouvement de tendresse, d'une malédiction qu'avait exprimée une femme jalouse, malédiction qui devrait frapper celle qu'il baiserait sur la bouche. Goethe s'était, pendant longtemps, laissé retenir superstitieusement par une malédiction ; à ce moment-là, il brisa cette chaîne, et embrassa de tout son cœur sa bien-aimée. » Mon patient trouvait assez étrange d'être contraint à se masturber justement à des moments si beaux et si exaltants. Je lui fis remarquer le trait commun à ces deux exemples : l'interdiction et le fait d'agir à l'encontre d'un commandement. » Pour accéder à l'intelligence du Moïse, il faudra donc spécifier dans quel registre y joue l'interdiction.

L'interprétation triviale, nous dit Freud, consisterait à souligner « l'opposition pleine d'art entre le jeu intérieur et le calme extérieur de l'attitude », interprétation « caractérielle », et l'on voit ce qu'elle manque : la sublimité. Le sens de l'œuvre et son effet (Wirkung) nous apparaîtront, au contraire dans leur connexion intime, dès que nous aurons saisi le retournement qui fait de la carence de la figuration le principe même de l'expression artistique, qui convertit, en l'occurrence, l'inertie du marbre en une image de l'éternité. « Je me souviens, écrit Freud, de ma déception, lorsque dans mes premières visites à Saint-Pierre-aux-Liens, j'allais m'asseoir devant la statue dans l'attente de la voir se lever brusquement sur son pied dressé, jeter à terre les tables, et déverser toute sa colère. Rien de tout cela n'arriva : la pierre se raidit au contraire de plus en plus, une[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur honoraire de philosophie à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Pour citer cet article

Pierre KAUFMANN. PSYCHANALYSE DES ŒUVRES [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Michel-Ange, <it>Moïse</it> - crédits : Rabatti-Domingie/ AKG-images

Michel-Ange, Moïse

Le Bœuf écorché, Rembrandt - crédits : Fine Art Images/ Heritage Images/ Getty Images

Le Bœuf écorché, Rembrandt

Autres références

  • ART (Aspects esthétiques) - La contemplation esthétique

    • Écrit par Didier DELEULE
    • 3 634 mots
    ...peuvent que faire éprouver de la honte au rêveur éveillé, d'où vient cependant que nous éprouvions un grand plaisir en assistant au spectacle tragique ? C'est d'abord pour Freud un problème d'ars poetica et il s'en explique dans un article de 1908, « La Création littéraire et le...
  • LES ENFANTS DE SATURNE, R. et M. Wittkower - Fiche de lecture

    • Écrit par François-René MARTIN
    • 1 189 mots
    ... ou à des structures anthropologiques, les Wittkower restent prisonniers d'un modèle psychologique qui nous semble aujourd'hui bien dépassé. Une de cibles de l'ouvrage est la psychanalyse, tout au moins l'usage qu'elle pouvait faire des vies d'artistes pour expliquer les œuvres : les Wittkower...
  • ESTHÉTIQUE - Esthétique et philosophie

    • Écrit par Mikel DUFRENNE
    • 7 366 mots
    ...on affirme souvent que l'artiste, même s'il ne dit rien de lui, s'exprime dans son œuvre, comme l'arbre dans son fruit ou le rêveur dans ses fantasmes. Aussi la psychologie de la création est-elle souvent, de nos jours, une psychanalyse de l'artiste. Freud en a donné l'exemple en étudiant Léonard ; il...
  • KRIS ERNST (1900-1957)

    • Écrit par Universalis
    • 496 mots

    Psychologue et historien de l'art américain, Ernst Kris est connu pour avoir étudié la création artistique sous l'angle psychanalytique et pour avoir mêlé, dans ses recherches sur la psychologie de l'enfant, psychanalyse et observation directe.

    Né le 26 avril 1900 à Vienne dans...

  • Afficher les 9 références

Voir aussi