Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PROVINCES-UNIES (1579-1795)

Fédération « lâche » de provinces du nord des Pays-Bas formée lors de l'Union d'Utrecht (1579) et dissoute par le traité de La Haye (1795).

Par l'Union d'Utrecht, les sept provinces calvinistes des Pays-Bas septentrionaux (Hollande, Zélande, Utrecht, Frise, Groningue, Gueldre et Overijssel) constituent la république des Provinces-Unies. Sous la conduite de quelques grands nobles tels que le stathouder Guillaume d'Orange (1533-1584), aussi appelé le « Taciturne » ou le « père de la patrie », elles rejettent l'autorité de Philippe II d'Espagne et proclament leur indépendance.

1600 à 1700. Les nouveaux conquérants - crédits : Encyclopædia Universalis France

1600 à 1700. Les nouveaux conquérants

Les autorités espagnoles n'acceptent pas facilement leur sécession. Sous le commandement d'Alexandre Farnèse, duc de Parme, elles remportent des succès militaires importants, notamment la reconquête de la ville marchande d'Anvers en 1585. La victoire provoque un exode des calvinistes des provinces du Sud vers le Nord. Ces immigrants auront une grande influence sur le développement des Provinces-Unies. Ils renforcent l'élément calviniste. En outre, les réfugiés apportent leurs connaissances, techniques, capitaux et réseaux commerciaux, contribuant ainsi à l'essor du commerce, de l'industrie et des arts, qui marque les Provinces-Unies au xviie siècle.

Les immigrants des Pays-Bas du sud ne sont pas les seuls réfugiés que les Provinces-Unies reçoivent à bras ouverts. Les huguenots, les juifs et les jansénistes y trouvent asile, y exercent leurs métiers et expriment leurs opinions dans la presse éclairée. Ainsi les Provinces-Unies attirent des intellectuels mais aussi des artistes, négociants et artisans. Quoique exclus du service de l'État, les catholiques bénéficient également d'une certaine tolérance.

La mauvaise conjoncture et l'instabilité politique dans les autres pays européens permettent aux Provinces-Unies de profiter au maximum de leur situation géographique privilégiée, au carrefour des grandes routes du commerce international. Les villes d'Amsterdam, de Rotterdam et de Middelbourg servent d'entrepôt et on y effectue le transbordement des marchandises de l'Europe du Nord et du Sud. Du Nord, les Provinces-Unies importent surtout des denrées pondéreuses à bas prix, telles que les grains (le « négoce-mère ») et le bois. Le poids du commerce des marchandises précieuses ne doit cependant pas être sous-estimé. La Compagnie hollandaise des Indes orientales (créée en 1602) importe des épices, de la porcelaine et du poivre, tout en développant des ambitions territoriales. Au xviiie siècle, l'importation de sucre et de café en provenance des Indes occidentales devient de plus en plus importante. L'hégémonie commerciale des Provinces-Unies est renforcée par la facilité du paiement et du crédit et par l'importance de la flotte marchande (les flûtes) dont les services s'achètent à bon compte.

Les industries profitent de l'essor du commerce. Les matières premières et les demi-produits importés sont transformés pour un marché international (sucrerie, distillerie, construction navale). Comparé à d'autres pays, le niveau de vie dans les Provinces-Unies est élevé. Jusqu'aux années 1660, le coût de la vie diminue alors que les salaires augmentent.

Les historiens sont divisés sur la datation exacte de la fin du Siècle d'or néerlandais. Certains considèrent que le déclin économique s'annonce déjà dans les années 1660, quand Colbert prend les mesures mercantilistes contre les Provinces-Unies, qui provoquent la guerre de Hollande (1672-1678). D'autres datent la récession vers le milieu du xviiie siècle en soulignant qu'il ne s'agit, jusqu'à la guerre contre l'Angleterre de 1780, que d'un déclin relatif, par rapport à d'autres pays européens.

L'esprit de tolérance et la prospérité culturelle et[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

1600 à 1700. Les nouveaux conquérants - crédits : Encyclopædia Universalis France

1600 à 1700. Les nouveaux conquérants

Autres références

  • BANQUE - Histoire de l'institution bancaire

    • Écrit par Patrice BAUBEAU
    • 6 502 mots
    Cet ensemble élaboré de pratiques issues de l'Europe méridionale permet aux Provinces-Unies du début du xviie siècle de franchir une étape essentielle dans l'institutionnalisation de la banque. La création de la Banque d'Amsterdam a en effet eu un impact historique considérable en fournissant...
  • BELGIQUE - Histoire

    • Écrit par Guido PEETERS
    • 20 670 mots
    • 16 médias
    ...après un siège de quatre ans, le général Ambrogio Spinola reprit Ostende à la République. À l'initiative d'Albert, on engagea des pourparlers avec les Provinces-Unies, lesquels débouchèrent en 1609 sur la Trêve de douze ans qui reconnaissait de facto l'indépendance des Provinces-Unies. L'archiduc étant...
  • COEHORN MENNO VAN baron (1641-1704)

    • Écrit par Catherine BRISAC
    • 191 mots

    Néerlandais, Coehorn fut le rival de Vauban tout au long de sa carrière militaire qu'il commença dès 1667. En 1674, au siège de Grave (Brabant occidental), il expérimenta un mortier à grenades, dont il perfectionna le maniement à plusieurs reprises. Après le traité de Nimègue (1678), il s'employa...

  • EUROPE : GUERRES DE RELIGION - (repères chronologiques)

    • Écrit par Vincent GOURDON
    • 356 mots

    1531 Création de la Ligue de Smalkalde, union défensive des États protestants de l'Empire. Défaite de Zwingli et des troupes zurichoises à Cappel face aux catholiques ; les cantons suisses catholiques et protestants signent une « paix nationale ».

    1547 Défaite protestante à Mühlberg...

  • Afficher les 24 références

Voir aussi