PROSODIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'une des deux branches de la phonologie est la prosodie, l'autre branche étant constituée par la phonématique. La prosodie étudie les phénomènes « suprasegmentaux », c'est-à-dire ceux qui ne sont pas segmentables dans le cadre de la double articulation. On peut ainsi distinguer comme faits relevant de l'approche prosodique :

– L'accent tonique, qui, par la mise en relief d'une syllabe par rapport aux autres, permet de distinguer le sens de deux suites phoniques phonétiquement semblables ; ainsi, en italien, c'est l'accent tonique qui permet de distinguer entre /'papa/ (« pape ») et /pa'pa/ (« papa »), le premier monème étant accentué sur la première syllabe, le second sur la deuxième syllabe.

– L'intonation, qui permet par exemple en français de distinguer l'affirmation de l'interrogation dans deux suites semblables du point de vue des unités de première et de seconde articulation ; ce fait d'interrogation est traduit dans la graphie par un point d'interrogation (ce qui rend possible la distinction entre il pleut ? et il pleut) ; mais le phénomène ici transcrit est avant tout oral : c'est l'intonation qui, au départ, fait la différence de sens.

– Le degré d'allongement, dont la pertinence est variable : en arabe classique, par exemple, on distinguait entre les trois voyelles brèves /i/, /u/ et /a/ et leurs homologues longues /ī/, /ū/ et /ā/ ; dans ce cas, la longueur est un trait pertinent au sens phonologique du terme ; mais, dans une langue comme le français, l'allongement peut avoir une fonction expressive. Le cas se présente, par exemple, lorsque le /ɔ/ de formidable est allongé : c'est fooormidable.

Le point d'incidence des phénomènes de prosodie est d'étendue variable. Il peut être plus petit que le phonème, on parle alors de more (en particulier pour ce qui concerne l'accentuation ou la longueur). Il peut aussi être plus étendu qu'un monème, voire qu'un syntagme : c'est le cas dans les phrases où l'interrogation est marquée par l'intonation, il pleut / il pleut ?

L'an [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages



Écrit par :

Classification


Autres références

«  PROSODIE  » est également traité dans :

ACCENT, linguistique

  • Écrit par 
  • C.-H. VEKEN
  •  • 850 mots

On rencontre sous la rubrique « accent » des phénomènes très divers, ce qui est souvent source de confusion. En général, il s'agit de phénomènes d'ordre phonique qui consistent à donner un certain relief à telle ou telle partie de la chaîne parlée (syllabe, mot, syntagme, etc.) en faisant contraster un segment particulier avec le reste de l'énoncé. Cette mise en relief peut être réalisée par des m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/accent-linguistique/#i_9061

ANTHROPOLOGIE DE LA COMMUNICATION

  • Écrit par 
  • Julien BONHOMME
  •  • 4 199 mots

Dans le chapitre « De la parole à la communication »  : […] L’anthropologie de la communication se démarque également des approches plus étroitement linguistiques sur un autre point. Si, entre 1962 et 1964, Hymes passe de l’ethnographie de la parole à l’ethnographie de la communication, c’est pour souligner le fait que celle-ci ne se limite pas à l’échange de messages verbaux. La communication non verbale joue un rôle important dans la vie sociale, même s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anthropologie-de-la-communication/#i_9061

CERVEAU ET LANGAGE ORAL

  • Écrit par 
  • Jean-François DÉMONET
  •  • 2 863 mots
  •  • 5 médias

De tous les moyens dont dispose l’être humain pour communiquer avec ses semblables, le langage est le plus efficace. Comme la bipédie, le langage oral est un comportement universel, au développement spontané dans notre espèce et, sauf à être empêchées par la maladie, les prémices de cette fonction peuvent être mises en évidence dès avant la naissance. Le langage se compose d’un ensemble hiérarchi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cerveau-et-langage-oral/#i_9061

DÉCLAMATION, théâtre

  • Écrit par 
  • Dominique PAQUET
  •  • 897 mots

Issue directement de la rhétorique latine, telle que Cicéron et Quintilien l'ont recueillie des Grecs, la déclamation relève de la pronunciatio , moment ou partie du discours qui enseigne à l'orateur l'usage efficace de sa voix en fonction de la forme et du style, du but à atteindre et du public à convaincre. Les tragédiens grecs et romains — car cet art ne s'épanouit que dan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/declamation-theatre/#i_9061

ÉCRIT ET ORAL (linguistique)

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 1 110 mots

Si l'origine du langage et donc des langues remonte à la nuit des temps, on peut raisonnablement postuler que, il y a 100 000 ans, Homo sapiens sapiens parlait déjà un langage parfaitement organisé. La naissance de l'écriture, quant à elle, remonte à environ 5 000 ans (chez les Sumériens et les Égyptiens). Le fossé entre ces deux ordres de datation suffit à révéler le caract […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecrit-et-oral/#i_9061

HYPERBATE, rhétorique

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 172 mots

Figure de rhétorique par laquelle on ajoute un syntagme à la fin d'une phrase qui semblait se terminer. L'accent affectif tombe sur ce rajout qui, par sa position même, se trouve souligné : « Il était beau, hein, Narcisse ? et distingué ! » (Jules Laforgue, cité par le groupe Mu). L'hyperbate garde quelque chose de la spontanéité du style oral, où l'hésitation et l'autocorrection sont de mise. Son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hyperbate-rhetorique/#i_9061

DÉBUTS DE L'ACQUISITION DU LANGAGE

  • Écrit par 
  • Anne CHRISTOPHE, 
  • Isabelle DAUTRICHE
  •  • 1 520 mots

Dans le chapitre « Découvrir les mots dans les phrases »  : […] Le signal de parole est continu et ne contient pas de silences entre les mots, qui joueraient un rôle équivalent aux espaces dans un texte écrit. Pourtant, les enfants doivent découper la parole en mots. Lorsqu’on parle, les mots sont regroupés dans de petites unités d’intonation. Par exemple, la phrase le petit garçon a mangé une pomme est produite en deux unités, [le petit garçon] et [a mangé un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/debuts-de-l-acquisition-du-langage/#i_9061

LINGUISTIQUE - Le langage au carrefour des disciplines

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 8 258 mots

Dans le chapitre « Langue orale, langue parlée  »  : […] Les cultures de l'oralité ont joué un rôle important au cours de l'histoire (pensons à la rhétorique) et sont encore très développées dans certaines sociétés, à l'heure actuelle : de nombreuses langues à la surface du globe sont de tradition purement orale. Toutefois, il semble que l'écriture ait largement contribué à la prise de conscience linguistique nécessaire à toute entreprise d'analyse de l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/linguistique-le-langage-au-carrefour-des-disciplines/#i_9061

MÉTRIQUE

  • Écrit par 
  • Benoît de CORNULIER
  •  • 6 941 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Métrique syllabique simple : le vers français classique »  : […] L'expression Léandre le sot , qui peut, isolée ou placée dans un roman, être de la prose non rimée, est un vers, et rime, dans le sizain cité ci-dessus. Ce vers n'est donc pas plus vers en soi, que sa rime en -ot n'est rime en soi. De même que la qualité de rime de sot n'existe, ici, que par l'équivalence contextuelle des fins de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metrique/#i_9061

MOYEN ÂGE - La littérature en prose

  • Écrit par 
  • Nicola MORATO
  •  • 6 837 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Prose chrétienne et rhétorique classique »  : […] La production littéraire médiévale latine et romane, tant en prose qu’en vers, a lieu dans un même horizon rhétorique et discursif. Dans la Rome classique, les poètes suivaient une formation rhétorique et les rhétoriqueurs tiraient des enseignements et des exemples des œuvres en vers, par exemple grâce à la pratique des paraphrases. Parfois, les deux modes d’expression sont en contact comme dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-la-litterature-en-prose/#i_9061

PAROXYTON

  • Écrit par 
  • Nicole QUENTIN-MAURER
  •  • 27 mots

En prosodie, un mot qui porte l'accent sur l'avant-dernière syllabe, ou pénultième. On appelle proparoxyton un mot accentué sur l'antépénultième. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paroxyton/#i_9061

PHONÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Denis AUTESSERRE
  •  • 3 557 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Transmission de la parole »  : […] Les progrès réalisés dans la théorie acoustique, au xix e  siècle, avec les travaux de J. Fourier (applicables à la décomposition analytique des vibrations sonores complexes), la « théorie de la résonance » de H. von Helmholtz et la « théorie des formants » de L. Hermann ont permis l'essor de la phonétique acoustique. Deux types d'appareils sont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phonetique/#i_9061

PHONOLOGIE

  • Écrit par 
  • Jean Léonce DONEUX, 
  • Véronique REY, 
  • Robert VION
  •  • 7 452 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les faits prosodiques »  : […] Les phonologies se sont le plus souvent limitées à l'étude des unités minimales que sont les phonèmes et les tons . Par ton , il faut entendre les valeurs mélodiques à fonction linguistique qui, dans certaines langues (amérindiennes, négro-africaines ou du Sud-Est asiatique), portent sur une voyelle ou une syllabe. Ainsi en pékinois, le monosyllabe « ma  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phonologie/#i_9061

PRODUCTION DE MOTS (psycholinguistique)

  • Écrit par 
  • Patrick BONIN
  •  • 1 618 mots

Dans le chapitre « À l’oral »  : […] Selon une étude américaine, nous produisons en moyenne quotidiennement 16 000 mots, mais il existe de larges différences entre individus. La production verbale est rapide – nous produisons environ 3 mots à la seconde –, et précise – nous commettons moins d’une erreur lexicale sur 1 000 mots produits. Cette apparente simplicité ne doit cependant pas occulter la complexité des mécanismes qui sous-te […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/production-de-mots/#i_9061

RECONNAISSANCE DES MOTS À L'ORAL

  • Écrit par 
  • Régine KOLINSKY
  •  • 1 064 mots

Reconnaître les mots prononcés par un autre locuteur paraît naturel et aisé. Pourtant, reconnaître les mots parlés implique la résolution de problèmes complexes liés aux particularités de la parole. Lors d’une conversation ordinaire, l’auditeur doit traiter environ 200 mots par minute et ne dispose donc que de quelques centaines de millisecondes pour apparier chaque mot entendu avec un seul des 5 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reconnaissance-des-mots-a-l-oral/#i_9061

SEGMENTATION, psycholinguistique

  • Écrit par 
  • Odile BAGOU, 
  • Ulrich FRAUENFELDER
  •  • 1 057 mots

Dans la parole, deux énoncés peuvent être très similaires du point de vue de leur forme sonore mais pourtant très différents du point de vue de leur interprétation. Ainsi, « lundi commence la semaine » et « l’un dit : comment cela se mène ? » sont deux énoncés quasi homophones que nous sommes cependant capables de comprendre sans ambiguïté, souvent grâce au contexte phrastique, mais également grâc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/segmentation-psycholinguistique/#i_9061

SPÉCIALISATION ET INTÉGRATION INTERHÉMISPHÉRIQUE

  • Écrit par 
  • Laura CARON-DESROCHERS, 
  • Anne GALLAGHER
  •  • 3 019 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Prosodie et musique »  : […] La prosodie réfère aux indices non verbaux dans la parole, telles l’accentuation et l’intonation. Le traitement des indices prosodiques du langage est associé à une activation dominante à droite, ce qui est très similaire au traitement de la mélodie dans la musique. Le traitement du langage et de la musique peuvent ainsi être mis en parallèle. Un autre exemple concerne la structure du langage (sy […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/specialisation-et-integration-interhemispherique/#i_9061

ACQUISITION DE LA SYNTAXE

  • Écrit par 
  • Michèle KAIL
  •  • 1 216 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De la régularité des formes sonores aux constructions syntaxiques »  : […] Les recherches empiriques de ces dernières décennies ont permis de comprendre que l’émergence de la grammaire est préparée par l’existence chez le bébé d’une sensibilité aux régularités de la langue. L’utilisation de paradigmes expérimentaux sophistiqués a révélé que le bébé est capable vers sept mois de traiter comme identiques des séquences de sons différents mais partageant les mêmes relations […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acquisition-de-la-syntaxe/#i_9061

TON, linguistique

  • Écrit par 
  • Nicole QUENTIN-MAURER
  •  • 120 mots

Hauteur relative du son de la voix à un moment donné de la chaîne parlée. Dans certaines langues, notamment d'Afrique et d'Extrême-Orient, ce fait prosodique peut devenir une unité discrète, au même titre que les phonèmes, et être de ce fait utilisé à des fins distinctives ; on parlera alors de langues à tons. Lorsqu'un seul point de la courbe mélodique intervient de façon pertinente, on parle de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ton-linguistique/#i_9061

Pour citer l’article

Robert SCTRICK, Louis-Jean CALVET, « PROSODIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/prosodie/