DÉCLAMATION, théâtre

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Issue directement de la rhétorique latine, telle que Cicéron et Quintilien l'ont recueillie des Grecs, la déclamation relève de la pronunciatio, moment ou partie du discours qui enseigne à l'orateur l'usage efficace de sa voix en fonction de la forme et du style, du but à atteindre et du public à convaincre. Les tragédiens grecs et romains — car cet art ne s'épanouit que dans les morceaux en vers ou en prose élevés et passionnés — s'exerçaient à déclamer grâce à des exercices de pose de voix, puis de scansion, exercices dirigés au son d'un instrument par un musicien. En outre, il est possible que l'acteur ait accompagné la mélodie d'un cercle de la main afin de battre la mesure du vers antique. Cet art de dire se présente comme un ensemble de règles et de techniques destinées à maîtriser le timbre, l'intensité et le débit de la voix, à la moduler suivant les mouvements de l'âme, à respecter la ponctuation, à déblayer (soit accélérer sa diction) en cas d'énumération, à amplifier le rythme dans un crescendo, etc.

Redécouverte avec la rhétorique, la connaissance et la transmission de cet ensemble de règles appartinrent davantage à partir du Moyen Âge aux gens de théâtre qu'aux rhéteurs. C'est ainsi que même s'ils furent des amateurs, les acteurs des mystères se plièrent aux exigences de la prosodie, celles du rondeau, de la complainte, des mètres octosyllabiques, des petits vers, toutes formes destinées à produire des effets émotionnels gradués, les petits vers donnant une impression de halètement et de souffrance, les longs d'ampleur et de gravité. L'attention des acteurs professionnels vers 1550 suit de près l'arrêt prononcé en 1548 par le Parlement de Paris interdisant les mystères, car « les joueurs sont [...] artisans mécaniques [...] qui n'ont ni langue diserte, ni langage propre, ni [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  DÉCLAMATION, théâtre  » est également traité dans :

ACTEUR

  • Écrit par 
  • Dominique PAQUET
  •  • 6 796 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Naissance du comédien »  : […] L'édition en français de la Poétique d'Aristote en 1555 fait fleurir une kyrielle de lectures exégétiques et de réflexions sur le théâtre grec, dont les textes sont, après la chute de Constantinople et l'arrivée en Occident de nombreux Grecs en exil, enfin disponibles. L'art de l'acteur baroque puis classique, étayé par le savoir antique et celui de la commedia dell'arte ita […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acteur/#i_94753

DICTION, théâtre

  • Écrit par 
  • Olivier NEVEUX
  •  • 1 274 mots

La diction est l'un des éléments du jeu du comédien caractérisant l'énonciation d'un texte. Elle prend en compte l'intonation, le débit, l'articulation, la prononciation, le volume sonore, etc. Souvent associée à la versification, elle déborde cependant le seul cas de l'alexandrin (« diction classique ») : tout acteur confronté à un texte travaille sa diction. L'intérêt porté à cette notion, s'il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/diction-theatre/#i_94753

LULLY JEAN-BAPTISTE

  • Écrit par 
  • Philippe BEAUSSANT
  •  • 2 203 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Un génie novateur »  : […] Lully a opéré une sorte de synthèse entre les différents genres pratiqués en France – ballet de cour, tragédie, tragédie en musique (ce genre mixte où une musique de scène complète le spectacle), pastorale (le genre à la mode au milieu du siècle), comédie même –, avec un apport non négligeable venu des opéras italiens donnés en France grâce à Mazarin : l' Orfeo de Luigi Ross […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-baptiste-lully/#i_94753

THÉÂTRE OCCIDENTAL - L'interprétation des classiques

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 7 281 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le retour du baroque et l'avènement d'un autre classicisme »  : […] Depuis près de trente ans, la période baroque (le « premier » xvii e  siècle) a bénéficié d'un regain d'intérêt. Elle est même devenue centrale. Alors que la musique de scène (ballets, opéras, tragédies lyriques) était mieux connue, notamment grâce au travail de William Christie et des Arts florissants, et que les musiciens et les instrumentistes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-occidental-l-interpretation-des-classiques/#i_94753

Pour citer l’article

Dominique PAQUET, « DÉCLAMATION, théâtre », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/declamation-theatre/