ACCENT, linguistique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

On rencontre sous la rubrique « accent » des phénomènes très divers, ce qui est souvent source de confusion. En général, il s'agit de phénomènes d'ordre phonique qui consistent à donner un certain relief à telle ou telle partie de la chaîne parlée (syllabe, mot, syntagme, etc.) en faisant contraster un segment particulier avec le reste de l'énoncé. Cette mise en relief peut être réalisée par des moyens variés qui se présentent toujours comme plus ou moins liés entre eux : intensité, durée, hauteur. Elle affecte essentiellement les voyelles (éléments « voisés » par excellence, donc susceptibles d'être modulés), mais cela ne signifie pas que la voyelle — ou la syllabe — soient les seules unités linguistiques pouvant être accentuées : ce sont simplement celles où se manifeste la réalité physique du phénomène accent.

La question de savoir quelles fonctions peut remplir l'accent reste assez complexe (comme du reste l'ensemble des problèmes prosodiques). En effet, les diverses langues utilisent de manière fort différente les phénomènes accentuels. La fonction contrastive paraît néanmoins centrale car l'accent, dans tous les cas, a pour effet d'établir un contraste, que ce soit un contraste syntagmatique (entre tel fragment de l'énoncé et le reste de l'énoncé), ou un contraste paradigmatique (entre l'élément accentué dans l'énoncé et tous ceux qui auraient pu occuper la même position ; ce qui est une manière d'indiquer que c'est cet élément-là et nul autre qui figure dans l'énoncé).

Certaines langues ont, au niveau du mot, des schémas accentuels fixes : accent sur la première syllabe (tchèque, hongrois), sur la dernière (c'est la tendance du français), sur l'avant-dernière (polonais)... La fonction démarcative (permettre de repérer les limites du mot) est alors au premier plan. D'autres langues, où la place de l'accent est variable, utilisent cette place comme unité distinctive : la même séquence de phonèmes accentuée différemment aura des significations distinctes (ainsi en anglais index, un index, et index, le verbe indexer) et la répa [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  ACCENT, linguistique  » est également traité dans :

EMPHASE

  • Écrit par 
  • Robert SCTRICK
  •  • 264 mots

Procédure qui semble être le simple produit de la fantaisie du locuteur, et, comme telle, ne nécessiter aucun traitement particulier, l'emphase, ou accentuation au moyen de divers procédés phoniques, syntaxiques ou stylistiques, peut néanmoins faire l'objet d'une étude particulière, dans la mesure où elle fait porter une marque sur un énoncé, qu'elle situe alors au sein d'une opposition dont l'aut […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emphase/#i_39359

FRANCE (Arts et culture) - La langue française

  • Écrit par 
  • Gérald ANTOINE, 
  • Jean-Claude CHEVALIER, 
  • Loïc DEPECKER, 
  • Françoise HELGORSKY
  •  • 15 783 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une langue colorée et harmonieuse »  : […] Le lexique de l'ancien français, en harmonie avec la société médiévale, est dans l'ensemble concret et technique, c'est-à-dire tourné vers les réalités rurales ou guerrières et la vie pratique ; d'autre part, le système féodal et le monde courtois font naître un vocabulaire indiquant des rapports hiérarchiques ou aristocratiques complexes. À partir d'un fonds primitif provenant du roman commun, au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-arts-et-culture-la-langue-francaise/#i_39359

MÉTRIQUE

  • Écrit par 
  • Benoît de CORNULIER
  •  • 6 941 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Métrique quantitative, accentuelle ou de ton »  : […] La métrique syllabique simple à l'état pur, illustrée notamment par la poésie littéraire française et japonaise, ou par la poésie populaire hongroise, est d'un type minoritaire. Dans les langues où existe une opposition tranchée, et phonologiquement déterminée, entre plusieurs catégories de syllabes, par exemple longues et brèves, ou accentuées et inaccentuées, l'équivalence entre les vers repose […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metrique/#i_39359

ORTHOGRAPHE

  • Écrit par 
  • Liselotte BIEDERMANN-PASQUES, 
  • Fabrice JEJCIC
  •  • 4 753 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Histoire de l'orthographe à travers les imprimés »  : […] Dans le prolongement de l'orthographe des manuscrits et des incunables, l'histoire de l'orthographe à travers les imprimés est dépendante de facteurs matériels, mais aussi de facteurs socioéconomiques, de l'évolution de la langue et des théories de l'écrit dans lesquelles se situent les auteurs et leurs œuvres. Alors que l'écrit bénéficie au xvi e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/orthographe/#i_39359

PAROXYTON

  • Écrit par 
  • Nicole QUENTIN-MAURER
  •  • 27 mots

En prosodie, un mot qui porte l'accent sur l'avant-dernière syllabe, ou pénultième. On appelle proparoxyton un mot accentué sur l'antépénultième. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paroxyton/#i_39359

PHONOLOGIE

  • Écrit par 
  • Jean Léonce DONEUX, 
  • Véronique REY, 
  • Robert VION
  •  • 7 452 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les faits prosodiques »  : […] Les phonologies se sont le plus souvent limitées à l'étude des unités minimales que sont les phonèmes et les tons . Par ton , il faut entendre les valeurs mélodiques à fonction linguistique qui, dans certaines langues (amérindiennes, négro-africaines ou du Sud-Est asiatique), portent sur une voyelle ou une syllabe. Ainsi en pékinois, le monosyllabe « ma  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phonologie/#i_39359

POÉSIE

  • Écrit par 
  • Michel COLLOT, 
  • Dominique VIART
  •  • 9 390 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Modernité et altérité »  : […] D'une façon générale, la « révolution » qui a bouleversé le langage poétique en Occident, depuis le milieu du xix e  siècle, paraît souvent comme une contestation systématique de la prédominance du principe d'équivalence. À tous les niveaux de l'organisation du poème, elle a multiplié les ruptures, libérant la différence du cadre rassurant de l'al […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poesie/#i_39359

PORTUGAL

  • Écrit par 
  • Roger BISMUT, 
  • Cristina CLIMACO, 
  • Michel DRAIN, 
  • José-Augusto FRANÇA, 
  • Michel LABAN, 
  • Jorge MORAÏS-BARBOSA, 
  • Eduardo PRADO COELHO
  •  • 40 038 mots
  •  • 27 médias

Dans le chapitre « Phonologie »  : […] Le phonétisme portugais se trouve dominé par un fort accent d'intensité, qui peut tomber sur l'une des trois dernières syllabes de l'unité accentuelle. Celle-ci est le plus souvent le mot ( café « café », casa « maison », romântico « romantique », respectivement oxyton, paroxyton et proparoxyton), mais dans certains cas un seul m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/portugal/#i_39359

PROSODIE

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET, 
  • Robert SCTRICK
  •  • 981 mots

L'une des deux branches de la phonologie est la prosodie, l'autre branche étant constituée par la phonématique. La prosodie étudie les phénomènes « suprasegmentaux », c'est-à-dire ceux qui ne sont pas segmentables dans le cadre de la double articulation. On peut ainsi distinguer comme faits relevant de l'approche prosodique : – L'accent tonique, qui, par la mise en relief d'une syllabe par rapport […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prosodie/#i_39359

SLAVES

  • Écrit par 
  • Denise EECKAUTE, 
  • Paul GARDE, 
  • Michel KAZANSKI
  •  • 22 527 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « L'accent »  : […] Comme le sanskrit, le grec et le lituanien, le slave a hérité de l'indo-européen un accent libre, c'est-à-dire qui n'est pas fixé à une place déterminée comptée à partir de la limite de mot, mais qui peut frapper n'importe quelle syllabe et dont la place est donc distinctive : en russe, múka signifie « tourment » et muká « farine », […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/slaves/#i_39359

VERNER KARL ADOLF (1846-1896)

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET
  •  • 187 mots

Linguiste danois, apparenté à l'école dite des Junggrammatiker (jeunes grammairiens) et surtout connu pour la loi qui porte son nom (loi de Verner), formulée en 1875. Cette loi complète la loi de Grimm sur la mutation en haut-germanique, prenant en compte les exceptions à cette loi (passage des aspirées sourdes à des aspirées sonores). L'hypothèse de Verner est que le sanskr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/karl-adolf-verner/#i_39359

Pour citer l’article

C.-H. VEKEN, « ACCENT, linguistique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/accent-linguistique/