PROSODIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La prosodie au niveau de l'énoncé et du discours

Outre le groupement prosodique, la prosodie peut également transmettre du sens par elle-même au niveau de l'énoncé et du discours, comme l'illustre pour le français une comparaison entre l'affirmation : « elle chante » (intonation descendante), la question : « elle chante ? » (montée nette) et l'élément de liste : « elle chante, elle jongle,… » (montée plus douce). Dans d'autres langues (par ex., l'italien napolitain), en revanche, non seulement les affirmations, mais aussi les questions se terminent par une intonation descendante.

La prosodie contribue à la construction d'un discours cohérent en signalant quelles informations sont connues ou partagées par les deux interlocuteurs et lesquelles sont nouvelles ou focalisées. Ainsi, pour signaler le contraste dans « je ne pars pas lundi après-midi, je pars mercredi après-midi », un locuteur produirait un pic de F0 important sur une des syllabes de « mercredi », puis un plateau bas de F0 jusqu'à la fin de l'énoncé.

La prosodie aide également à réguler les tours de parole en conversation. Un locuteur peut, par exemple, accélérer ou ralentir son débit d'élocution pour signaler son intention de garder ou de céder son tour, respectivement.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

prosodie

prosodie
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Modèles de la mélodie du langage

Modèles de la mélodie du langage
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : chargée de recherche CNRS, Laboratoire parole et langage CNRS - université de Provence-Aix-Marseille

Classification

Autres références

«  PROSODIE  » est également traité dans :

ACCENT, linguistique

  • Écrit par 
  • C.-H. VEKEN
  •  • 850 mots

On rencontre sous la rubrique « accent » des phénomènes très divers, ce qui est souvent source de confusion. En général, il s'agit de phénomènes d'ordre phonique qui consistent à donner un certain relief à telle ou telle partie de la chaîne parlée (syllabe, mot, syntagme, etc.) en faisant contraster un segment particulier avec le reste de l'énoncé. Cette mise en relief peut être réalisée par des m […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE DE LA COMMUNICATION

  • Écrit par 
  • Julien BONHOMME
  •  • 4 199 mots

Dans le chapitre « De la parole à la communication »  : […] L’anthropologie de la communication se démarque également des approches plus étroitement linguistiques sur un autre point. Si, entre 1962 et 1964, Hymes passe de l’ethnographie de la parole à l’ethnographie de la communication, c’est pour souligner le fait que celle-ci ne se limite pas à l’échange de messages verbaux. La communication non verbale joue un rôle important dans la vie sociale, même s […] Lire la suite

CERVEAU ET LANGAGE ORAL

  • Écrit par 
  • Jean-François DÉMONET
  •  • 2 865 mots
  •  • 5 médias

De tous les moyens dont dispose l’être humain pour communiquer avec ses semblables, le langage est le plus efficace. Comme la bipédie, le langage oral est un comportement universel, au développement spontané dans notre espèce et, sauf à être empêchées par la maladie, les prémices de cette fonction peuvent être mises en évidence dès avant la naissance. Le langage se compose d’un ensemble hiérarchi […] Lire la suite

DÉCLAMATION, théâtre

  • Écrit par 
  • Dominique PAQUET
  •  • 897 mots

Issue directement de la rhétorique latine, telle que Cicéron et Quintilien l'ont recueillie des Grecs, la déclamation relève de la pronunciatio , moment ou partie du discours qui enseigne à l'orateur l'usage efficace de sa voix en fonction de la forme et du style, du but à atteindre et du public à convaincre. Les tragédiens grecs et romains — car cet art ne s'épanouit que dans les morceaux en vers […] Lire la suite

ÉCRIT ET ORAL (linguistique)

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 1 110 mots

Si l'origine du langage et donc des langues remonte à la nuit des temps, on peut raisonnablement postuler que, il y a 100 000 ans, Homo sapiens sapiens parlait déjà un langage parfaitement organisé. La naissance de l'écriture, quant à elle, remonte à environ 5 000 ans (chez les Sumériens et les Égyptiens). Le fossé entre ces deux ordres de datation suffit à révéler le caractère fondamentalement […] Lire la suite

HYPERBATE, rhétorique

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 172 mots

Figure de rhétorique par laquelle on ajoute un syntagme à la fin d'une phrase qui semblait se terminer. L'accent affectif tombe sur ce rajout qui, par sa position même, se trouve souligné : « Il était beau, hein, Narcisse ? et distingué ! » (Jules Laforgue, cité par le groupe Mu). L'hyperbate garde quelque chose de la spontanéité du style oral, où l'hésitation et l'autocorrection sont de mise. Son […] Lire la suite

DÉBUTS DE L'ACQUISITION DU LANGAGE

  • Écrit par 
  • Anne CHRISTOPHE, 
  • Isabelle DAUTRICHE
  •  • 1 520 mots

Dans le chapitre « Découvrir les mots dans les phrases »  : […] Le signal de parole est continu et ne contient pas de silences entre les mots, qui joueraient un rôle équivalent aux espaces dans un texte écrit. Pourtant, les enfants doivent découper la parole en mots. Lorsqu’on parle, les mots sont regroupés dans de petites unités d’intonation. Par exemple, la phrase le petit garçon a mangé une pomme est produite en deux unités, [le petit garçon] et [a mangé un […] Lire la suite

LINGUISTIQUE - Le langage au carrefour des disciplines

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 10 045 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Langue orale, langue parlée  »  : […] Les cultures de l'oralité ont joué un rôle important au cours de l'histoire (pensons à la rhétorique ou à la transmission des récits légendaires dans l’Antiquité) et sont encore très développées dans certaines sociétés, à l'heure actuelle : de nombreuses langues à la surface du globe sont de tradition purement orale. Toutefois, il semble que l'écriture ait largement contribué à la prise de consci […] Lire la suite

MÉDITATIONS POÉTIQUES, Alphonse de Lamartine - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Yves LECLAIR
  •  • 951 mots

Dans le chapitre « À l’aube du romantisme »  : […] Le titre et le genre des Méditations s'inscrivent dans le souvenir à la fois de Descartes, de Malebranche, de Bossuet et de Volney. À des « contemplations », le poète penseur a préféré des « méditations » dont le climat de pensée profonde résonne plus gravement. Si la plupart des poèmes obéissent aux règles rigoureuses de la prosodie classique (alexandrins, octosyllabes, rimes suivies ou croisées […] Lire la suite

MÉTRIQUE

  • Écrit par 
  • Benoît de CORNULIER
  •  • 6 942 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Métrique syllabique simple : le vers français classique »  : […] L'expression Léandre le sot , qui peut, isolée ou placée dans un roman, être de la prose non rimée, est un vers, et rime, dans le sizain cité ci-dessus. Ce vers n'est donc pas plus vers en soi, que sa rime en -ot n'est rime en soi. De même que la qualité de rime de sot n'existe, ici, que par l'équivalence contextuelle des fins de lignes en sot et en saut , de même la qualité de vers de Léandre […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pauline WELBY, « PROSODIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/prosodie/