PRIX

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Formation des prix

La question de la formation des prix est au cœur de la théorie économique. Il s'agit pour l'économiste de dépasser le constat que les prix sont in fine le résultat d'un marchandage entre deux parties, résultat nécessairement arbitraire puisque déterminé par le rapport de force des échangistes. Il cherche alors à établir les lois de formation et de variation des prix.

C'est ainsi que les économistes classiques – Adam Smith, David Ricardo – distinguent le prix de marché d'un bien, prix effectivement pratiqué et fluctuant au gré de l'offre et de la demande, de son prix naturel, déterminé par la quantité de travail nécessaire à sa production ; la concurrence est alors censée garantir la convergence du prix de marché vers le prix naturel, correspondant à la véritable valeur du bien. Les économistes néo-classiques, tels que Léon Walras ou Stanley Jevons, en revanche, abandonnent cette distinction : les prix résultent directement de la confrontation de l'offre et de la demande globales. Ces offres et demandes globales, sommes des offres et demandes individuelles, sont théoriquement obtenues à partir de la maximisation par les agents de l'utilité retirée de leur consommation ou du profit retiré de leur production. Leur confrontation doit provoquer les ajustements de prix, nécessaires à l'obtention d'un équilibre. Les déterminants des prix – relatifs ici – sont ainsi les goûts des consommateurs (à l'origine de l'utilité que chacun associe aux différents biens), leurs ressources et les techniques de production. Ces théories achoppent sur des problèmes sérieux : celui de l'évaluation en travail du prix naturel dans la théorie classique, celui de l'explication des variations des prix ou encore de la nécessité d'une organisation sociale centralisée dans la théorie néo-classique. Ainsi, force est de constater qu'il n'existe pas de théorie de la formation des prix satisfaisante en économie. Reste l'observation de l'évolution des prix nominaux.

Pour l'économiste, les prix constituent la principale information nécessaire aux individus pour agir, les signaux pertinents sur la base desquels se déterminent les décisions de production, d'investissement, de consommation. Il est donc indispensable qu'ils restent facilement prévisibles, toute prise de décisions devenant particulièrement risquée dans un environnement trop incertain. En témoignent les plaintes récurrentes concernant la volatilité de la Bourse ou des taux de change. Exception faite de tels secteurs où la spéculation est vive, les économies modernes se caractérisent – hors périodes de crise ou d'innovations importantes – par l'absence de fluctuations importantes des prix. Soit un accord tacite est passé entre les principaux producteurs afin d'éviter une guerre des prix, soit la concurrence est réglementée par l'État grâce à la mise en place d'autorités de régulation (dans certains secteurs, télécommunications, électricité, etc.), soit les prix sont directement administrés, c'est-à-dire déterminés par l'État.

L'économiste suppose souvent que la concurrence a pour effet d'uniformiser le prix d'un bien ; si en théorie, les comportements d'arbitrage des agents consistant à comparer les prix éliminent les différences de prix pour un même bien, en pratique, ces différences persistent. D'une part, cette tendance à l'uniformisation suppose, pour être effective, que les agents soient parfaitement informés des prix pratiqués ; d'autre part, un bien n'est pas seulement défini par ses caractéristiques physiques mais aussi par le lieu et le moment où il est disponible. Car si on peut admettre que deux unités d'un même bien disponible au même endroit et au même moment ont un même prix, tel n'est pas forcément le cas si ce bien est en vente à deux endroits différents. Dans le cas de la Bourse, l'absence de possibilité d'arbitrage – de faire un gain certain sans coût, ou à un coût moindre – est censée caractériser l'équilibre d'un marché efficient : toutes les possibilités d'arbitrage ont alors été exploitées. La considération a posteriori des prix des titres permet de constater que subsistent généralement des possibilités d'arbitrage (par l'achat ou la vente de combinaisons de titres et d'options). Cependant, les découvrir au moment où elles existent nécessite une recherche coûteuse et incertaine d'information, pouvant entraîner des dépenses supérieu [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  PRIX  » est également traité dans :

ACHAT POUVOIR D'

  • Écrit par 
  • Stéfan LOLLIVIER
  •  • 5 611 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'indice des prix à la consommation »  : […] La mesure du pouvoir d'achat fait intervenir les ressources, objet de la discussion précédente, mais également au dénominateur les prix des dépenses de consommation. L'outil de référence pour mesurer l'augmentation de ceux-ci est l'indice des prix à la consommation (I.P.C.). Depuis le début des années 2000 (et notamment depuis le passage à l'euro en 2002), celui-ci est suspecté de sous-estimer […] Lire la suite

ACIER - Économie

  • Écrit par 
  • Franco MANNATO
  •  • 10 109 mots

Dans le chapitre « Les prix des produits sidérurgiques »  : […] Les prix des produits sidérurgiques varient d'abord en fonction des produits et des qualités. Les prix peuvent varier de 1 à 60 selon qu'il s'agit de ronds à béton ou d'aciers très spéciaux, mais naturellement les quantités vendues ne sont pas les mêmes. L'un des éléments constitutifs des prix dans les différentes régions sont les coûts des sidérurgistes. Bien que la sidérurgie moderne emploie un […] Lire la suite

ALIMENTATION (Économie et politique alimentaires) - Économie agroalimentaire

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre HUIBAN, 
  • Egizio VALCESCHINI
  •  • 7 302 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'arrivée du « hard discount » relance la concurrence par les prix »  : […] Au début des années 1990, dans un contexte marqué par l'affaiblissement du pouvoir d'achat d'une partie croissante de la population, le hard discount (formule existant depuis l'après-guerre aux États-Unis) retrouve une nouvelle vitalité : les chaînes allemandes, comme Aldi ou Lidl, s'implantent dans le reste de l'Europe. Leur succès incite les grands groupes européens à investir dans ce mode de […] Lire la suite

ANTICIPATIONS, économie

  • Écrit par 
  • Christian de BOISSIEU
  •  • 6 070 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Nature et mesure des anticipations »  : […] La distinction suggérée par Gunnar Myrdal (1933) entre l' ex ante (a priori) et l' ex post (a posteriori) est au cœur de la dynamique économique : il n'y a aucune raison pour que les prévisions coïncident exactement avec les variations effectives ; de l'écart constaté par les agents entre les deux types de grandeurs découlent des adaptations des comportements et les mouvements économiques. Plus […] Lire la suite

ARBITRAGE, finance

  • Écrit par 
  • Gunther CAPELLE-BLANCARD
  •  • 1 269 mots

Dans le chapitre « Une stratégie financière »  : […] Dans le domaine de la finance, le terme arbitrage renvoie à une pratique qui ne laisse aucune place au jugement de valeur. Dans l'acception la plus large, arbitrer, en finance, signifie choisir parmi plusieurs stratégies similaires la plus avantageuse. Par extension, ce terme évoque la possibilité de réaliser un gain sans risque. Une opportunité d'arbitrage se définit comme une stratégie d'inve […] Lire la suite

AUTOFINANCEMENT

  • Écrit par 
  • Geneviève CAUSSE
  •  • 5 233 mots

Dans le chapitre « Le bien-fondé de l'autofinancement »  : […] Par référence explicite ou implicite au modèle de financement traditionnel selon lequel tous les fonds investis ont été épargnés préalablement, et où le financement des investissements n'interfère pas avec la distribution des revenus, on a pu dire que l'autofinancement, épargne forcée, affectait sensiblement la distribution et pesait notamment sur les consommateurs et sur les salariés des entrepr […] Lire la suite

BANQUE - Histoire de l'institution bancaire

  • Écrit par 
  • Patrice BAUBEAU
  •  • 6 502 mots

Dans le chapitre « Transfert de valeurs »  : […] Enfin, le transfert des valeurs dans le temps et dans l'espace représente le moins spécifique des métiers bancaires. Dans le monde à croissance lente précédant le xviii e  siècle, l'essentiel des profits dérive de la matérialisation d'un écart de prix entre deux lieux (l'argent métal vaut plus en Chine qu'en Europe ou au Japon du xv e au xviii e  siècle) ou entre deux moments (le prix du grain at […] Lire la suite

BIEN ÉCONOMIQUE

  • Écrit par 
  • Marc PÉNIN
  •  • 1 806 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Élargissement de la catégorie des biens économiques »  : […] La catégorie des biens économiques, définie de façon concrète, précise et limitée aux débuts de la science économique, a connu une extension continue à mesure que celle-ci a fait de l'analyse des prix et des marchés son sujet de prédilection. Tout élément ayant un prix monétaire ou susceptible de s'en voir donner un, sur la base de son coût ou autrement, peut devenir un bien économique, relié aux […] Lire la suite

BOURSE - Microstructure des marchés financiers

  • Écrit par 
  • Laurence LESCOURRET, 
  • Séverine VANDELANOITE
  •  • 5 865 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Prendre en compte la spécificité des marchés boursiers »  : […] Si on se réfère à la théorie économique, le commissaire-priseur imaginé par Léon Walras fournit la modélisation la plus connue du processus de formation des prix sur les marchés . Le prix d'équilibre est celui qui, au terme d'une procédure de tâtonnement, égalise l'offre et la demande de biens ; les échanges ont lieu en une seule fois lors d’une transaction multilatérale à un prix unique ; les age […] Lire la suite

CAPITAL

  • Écrit par 
  • Ozgur GUN
  •  • 1 382 mots

Dans le chapitre « Le capital en tant qu'ensemble de biens »  : […] Il est plus courant de voir dans le capital des biens ou des ensembles de biens plutôt qu'un rapport social. La caractéristique commune de ces biens est qu'ils servent à produire d'autres biens ; ils s'opposent en cela aux biens dits de consommation, qui ont pour but de satisfaire les besoins des personnes. Parmi ces biens, on distingue les biens-capitaux (ou biens durables), qui ne disparaissent […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

10-18 février 2022 France. Annonce du programme énergétique du président Emmanuel Macron.

EDF s’attend à une baisse de revenus de 19 milliards d’euros en 2022 : 8 milliards au titre du « bouclier tarifaire » instauré par le gouvernement pour limiter l’effet de l’augmentation des prix de l’énergie sur les consommateurs et 11 milliards au titre de la diminution de la production d’électricité en raison de la mise à l’arrêt pour travaux de plusieurs réacteurs. […] Lire la suite

13-31 janvier 2022 Canada. Mouvement de protestation des camionneurs contre les restrictions sanitaires.

L’opposition conservatrice et de nombreux représentants des sociétés commerciales demandaient le report de cette obligation, estimant que celle-ci allait fragiliser les chaînes d’approvisionnement et entraîner des augmentations de prix. Le 22 entrera en vigueur l’obligation de vaccination imposée par Washington à tous les étrangers arrivant aux États-Unis par les frontières terrestres et maritimes, y compris les transporteurs et les travailleurs frontaliers. […] Lire la suite

28 janvier 2022 France. Annonce d'une croissance de 7 % en 2021.

Les aides de l’État pendant la pandémie de Covid-19 ont entretenu la consommation et l’investissement au prix d’un accroissement du déficit public – qui atteint 7 % du PIB en 2021. Le commerce extérieur, en revanche, a très peu contribué à la croissance du PIB en 2021. […] Lire la suite

4-28 janvier 2022 Kazakhstan. Répression des troubles et purge de l'appareil d'État.

Le 4, des milliers de personnes manifestent à Almaty, la capitale économique du pays, contre la libéralisation brutale, le 1er, du prix des carburants, notamment du gaz de pétrole liquéfié (GPL). La contestation avait débuté le 2 dans l’ouest du pays. Les protestations visent notamment l’ancien président Noursoultan Nazarbaïev, qui préside le Comité pour la sécurité nationale (KNB) et qui est accusé de continuer à contrôler le pouvoir et l’économie. […] Lire la suite

13 janvier 2022 France. Limitation du prix de l'électricité.

La libéralisation européenne du marché de l’énergie oblige EDF à vendre à prix fixe à ses concurrents une partie de l’électricité qu’il produit, le temps de permettre à ceux-ci de déployer leur activité, en application du dispositif d’« accès régulé à l’électricité nucléaire historique » (ARENH). […] Lire la suite

Pour citer l’article

Nathalie BERTA, « PRIX », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/prix/