PRÉNOTION, sciences sociales

Dérivé du grec prolêpsis, qui désigne chez les stoïciens et les épicuriens les notions communes tirées de l'expérience antérieurement à toute réflexion, le concept de prénotion est utilisé par sir Francis Bacon, au début du xviie siècle, pour signifier, « dans l'effort de mémoire, l'idée vague et latente de ce que nous cherchons, qui limite et dirige le travail de l'esprit dans cette recherche » (André Lalande, Vocabulaire technique et critique de la philosophie, 1968). Bien qu'il ait prétendu avoir emprunté ce terme au philosophe anglais, Émile Durkheim lui a conféré une signification fort différente. En effet, pour le père fondateur de la sociologie universitaire française, il s'agit de donner un nom aux notions élaborées spontanément dans les actions de tous les jours, avant d'aborder l'étude scientifique des faits. Pour Durkheim, il s'agit avant tout de repérer et de se dégager de ces notions car, si on ne se livre pas à cet indispensable exercice, au lieu d'une science des réalités, on se contente d'une analyse idéologique : « Les faits n'interviennent alors que secondairement, à titre d'exemples ou de preuves confirmatoires, ils ne sont plus l'objet de la science. Celle-ci va des idées aux choses, non des choses aux idées. » (Les Règles de la méthode sociologique, 1895).

Indiquée dans les sciences physiques, cette règle méthodologique de base l'est encore davantage dans les sciences sociales, en particulier en sociologie. Il convient donc de se débarrasser sans ambages de ces prénotions. Car « les phénomènes sociaux sont des choses et doivent être traités comme des choses ». Et pour les libérer de la gangue prénotionnelle, « il suffit de constater qu'ils sont l'unique datum offert au sociologue. Est chose, en effet, tout ce qui est donné, tout ce qui s'offre ou, plutôt, s'impose à l'observation. Traiter des phénomènes comme des choses, c'est les traiter en qualité de data qui constituent le point de départ de la science ». Voilà qui est sans doute plus facile à dire qu'à faire. Durkheim en est bien conscien [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

Classification


Autres références

«  PRÉNOTION, sciences sociales  » est également traité dans :

EMPIRISME, sociologie

  • Écrit par 
  • Louis PINTO
  •  • 1 049 mots
  •  • 4 médias

L’empirisme peut être critiqué pour la confiance accordée aux « prénotions », aux données telles qu’elles se donnent. N’admettant d’autres questions que celles qui découlent de l’observation « sans préjugés » et les traitant de façon isolée, il interdit de s’avancer au-delà de faits pour découvrir des principes d’intelligibilité cachés, rigoureux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/empirisme-sociologie/#i_42933

RUPTURE ÉPISTÉMOLOGIQUE

  • Écrit par 
  • Claude JAVEAU
  •  • 807 mots

Ces considérations nous ramènent au problème des prénotions dont Émile Durkheim affirme que les sociologues doivent se débarrasser au départ de toute recherche. Ce sont elles qui constituent les véritables obstacles épistémologiques, voués à être l'objet de la rupture qui nous occupe. Mais il est souvent difficile de les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rupture-epistemologique/#i_42933

Pour citer l’article

Claude JAVEAU, « PRÉNOTION, sciences sociales », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 août 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/prenotion-sciences-sociales/