PRÉCOLOMBIENSAmérique du Sud

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les Hautes Cultures andines préhispaniques

L'Amérique andine occupe tout l'ouest du sous-continent qui s'articule le long de l'axe nord-sud des hautes cordillères. Mais ces régions dites andines ne sont pas uniquement des terres d'altitude, elles incluent également les basses terres littorales bordant l'océan Pacifique. Elles présentent une infinie variété de paysages et de milieux naturels depuis les déserts arides jusqu'aux forêts équatoriales, en passant par les hautes vallées et les altiplanos des cordillères.

Ce n'est que pour les Amérindiens contemporains de la Conquête espagnole, au xvie siècle, que des sources écrites apportent quelques observations directes. Avant cette période de contact, l'absence totale d'écriture dans les Andes fait que ces civilisations n'ont laissé que des vestiges artistiques, monumentaux et domestiques. Seule l'archéologie, par les fouilles et par l'étude des collections, peut à présent nous restituer leur histoire.

L'archéologie des pays andins est très récente par rapport aux archéologies dites classiques de l'Ancien Monde. Elle ne s'est développée qu'au début du xxe siècle, et même si les dernières décennies ont apporté de remarquables et importantes découvertes, les fouilles sont encore loin de couvrir toutes les régions ou toutes les périodes. Malgré les différences qui caractérisent développement des recherches dans chacun des pays andins, on peut aujourd'hui proposer une synthèse de la succession d'étapes chrono-culturelles communes à ces diverses régions.

Pour étudier ces développements, les archéologues ont souvent utilisé des subdivisions chrono-culturelles et géo-culturelles, tenant compte des grandes unités naturelles du monde andin. Du nord au sud, on distingue ainsi les Andes septentrionales, qui correspondent à la majeure partie de la Colombie actuelle, les Andes équatoriales, incluant le territoire de l'Équateur et l'extrême nord du Pérou, puis les Andes centrales constituées par le reste du Pérou, suivies par les Andes circumlacustres des altiplanos péruano-boliviens du lac Titicaca, et par les Andes méridionales englobant le sud de la Bolivie, le nord-ouest de l'Argentine et le nord du Chili. À l'extrême sud, les groupes amérindiens, essentiellement prédateurs, n'entrent plus dans le cadre des civilisations qui s'épanouirent après la néolithisation.

La néolithisation et la période formative

Sur le littoral caraïbe de la Colombie, des groupes côtiers inventèrent d'abord la poterie (vers 3500-3000 avant J.-C.) avant d'adopter beaucoup plus tard l'agriculture (vers 1000 avant J.-C.). La diversité des céramiques indiquerait des développements indépendants sur chacun des sites. Si certains chercheurs estiment que les premiers débuts de l'horticulture pourraient remonter au Ve millénaire avant J.-C., c'est beaucoup plus tard que l'horticulture se généralise. Des racines comestibles, comme le manioc, furent d'abord cultivées car elles s'adaptent mieux au milieu tropical humide que les céréales. À Momil, principal site de référence sur la côte caraïbe, la culture du manioc est attestée dès 1000 avant J.-C. environ, mais son introduction y est sans doute encore plus ancienne. Dans une seconde phase, plus tardive, le maïs apparaît vers 200 avant J.-C., peut être à la suite de contacts avec la Méso-Amérique. On doit noter que dans le sud du pays, sur la côte du Pacifique nord équatoriale, le maïs est attesté dans la région de Tumaco La Tolita vers 700-500 avant J.-C. et même dès le Formatif ancien au sud de l'Équateur. Dans l'évolution des sociétés d'agriculteurs, le maïs joue un rôle capital car il permet de produire d'importants surplus faciles à conserver. Il favorisa aussi la diffusion de ces populations vers l'intérieur du pays, où se trouvaient des terres bien drainées, propices à sa culture. Enfin, dans l'ensemble des Andes, la chicha, préparée à partir du maïs, constitue une boisson essentielle dans les fêtes et les rites.

Sur la côte centrale de l'Équateur, dès le précéramique de la culture Las Vegas, certains chercheurs suggèrent qu'apparaît l'horticulture en complément de techniques plus prédatrices. Par la suite, les groupes Valdivia pratiquent des activités allant de la pêche, la chasse et la cueillette à une agriculture clairement développée. Ces groupes Valdivia habitent divers établissements unis par des rapports de complémentarité. La céramique Valdivia nous a aussi laissé les plus anciens vestiges d'art plastique pour toute l'Amérique. Ses figurines féminines en céramique (souvent appelées Vénus) sont de petite taille, de l'ordre d'une dizaine de centimètres. Parfois un engobe rouge sombre recouvre tout le corps, seul ornement avec la coiffure, représentée par de fines incisions. Certaines, très rares, possèdent toutefois des détails plus précis : par exemple, un ventre proéminent qui représenterait une grossesse ou encore la présence de deux têtes jumelles accolées sur un même corps.

Succédant à la culture Valdivia, la culture Machalilla correspond, entre 2250 et 1300 avant J.-C., à la période du Formatif moyen de la région équatoriale. Beaucoup moins bien connue, son influence culturelle est cependant importante et son rayonnement dépasse les étroites limites géographiques de la culture Valdivia.

Vers 1300 avant J.-C. une nouvelle culture formative, Chorrera, prend le relais de Machalilla : cette nouvelle tradition semble être un amalgame de tous les groupes culturels peuplant alors la région équatoriale. Elle est présente non seulement dans la région côtière, mais aussi à l'intérieur des terres. C'est sans doute vers cette même période qu'apparaît une organisation des groupes en chefferies complexes, qui forment la base de l'organisation sociopolitique dans les Andes équatoriales. La céramique atteint alors un niveau d'expression artistique rarement égalé par la suite, en plus de techniques de fabrication parfaites.

À côté de récipients usuels aux formes fonctionnelles, la céramique Chorrera produit aussi des vases zoomorphes ou phytomorphes. En outre, on trouve en abondance d'admirables figurines anthropomorphes reproduisant des personnages dans une attitude hiératique, le plus souvent debout, parfois assis en tailleur. On reconnaît à présent divers styles chorreroïdes qui se relient toutefois à une même tradition culturelle, très visible dans la technologie. Entre 500 et 300 avant J.-C., ils donneront à leur tour naissance à des styles régionaux parfaitement différenciés. Si cette filiation est claire pour les régions les mieux connues (en particulier sur la côte) l'apparition de ces styles régionaux marque cependant, dans la chronologie des Andes équatoriales, la fin du Formatif tardif.

Dans les Andes centrales, vers 1800 avant J.-C., la céramique fait son apparition bien après les premières plantes cultivées et la sédentarisation. Entre 1 [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 35 pages

Médias de l’article

Amérique du Sud : préhistoire jusqu'en 8000 B.P.

Amérique du Sud : préhistoire jusqu'en 8000 B.P.
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Pointes du type "queue de poisson"

Pointes du type "queue de poisson"
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Pérou précéramique : sites d'horticulteurs

Pérou précéramique : sites d'horticulteurs
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Chulpa, sépulture préhispanique des Andes méridionales

Chulpa, sépulture préhispanique des Andes méridionales
Crédits : Frédéric Duchesne

photographie

Afficher les 10 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  PRÉCOLOMBIENS  » est également traité dans :

PRÉCOLOMBIENS - Le peuplement initial des Amériques

  • Écrit par 
  • Danièle LAVALLÉE
  •  • 3 068 mots
  •  • 2 médias

La ressemblance physique entre les aborigènes américains et les Asiatiques (Mongols, Tartares, Chinois), que les Européens s'attendaient à rencontrer, suscita dès le xvie siècle l'hypothèse que les Amérindiens étaient venus d'Asie, avant même que l'on sache si l'Amérique était un prolongement de ce continent. Cette hypothèse s'est maintenue et étayée […] Lire la suite

PRÉCOLOMBIENS - Amérique du Nord et Arctique

  • Écrit par 
  • Patrick PLUMET
  •  • 8 874 mots
  •  • 18 médias

La prise de conscience du passé préhistorique est survenue très différemment, et de façon presque opposée, en Amérique et en Europe. Sur le Vieux Continent, le temps « historique », dont l'origine fut longtemps confondue avec la Genèse biblique, semblait installé presque partout depuis le Déluge. Mais au xixe siècle, la reconnaissance d'une industrie […] Lire la suite

PRÉCOLOMBIENS - Méso-Amérique

  • Écrit par 
  • Rosario ACOSTA, 
  • Brigitte FAUGÈRE, 
  • Oruno D. LARA, 
  • Éric TALADOIRE
  • , Universalis
  •  • 17 165 mots
  •  • 24 médias

L'Amérique moyenne a fait l'objet, sous le nom de Mesoamerica, d'une proposition de définition de la part de l'ethno-historien Paul Kirchhoff en 1943. Cette proposition s'appuie sur les similitudes d'un ensemble de traits culturels, répartis sur un vaste territoire et identifiés depuis la Conquête. Au centre et au sud du Mexique, une grande partie de l'Améri […] Lire la suite

AGUADA CULTURE

  • Écrit par 
  • Susana MONZON
  •  • 372 mots

Développée dans le nord-ouest de l'Argentine, dans la région qui s'étend depuis la vallée Calchaqui jusqu'au nord de la province de San Juan, la culture aguada se situe, chronologiquement, dans la période céramique moyenne, entre 650 et 850. L'économie aguada était basée sur l'agriculture qui utilisait probablement des techniques d'irrigation ; elle était complétée par l'élevage du lama. L'artisan […] Lire la suite

AMÉRINDIENS - Hauts plateaux andins

  • Écrit par 
  • Carmen BERNAND
  •  • 4 680 mots

Dans le chapitre « Les Indiens, une invention coloniale »  : […] Avant l'arrivée des Espagnols, les vallées d'altitude de la Cordillère des Andes étaient habitées par des groupes ethniques qui reconnaissaient des lignées ancestrales spécifiques, possédaient leurs propres sanctuaires et lieux sacrés désignés sous le nom générique huacas , portaient des vêtements distinctifs et parlaient des dialectes divers dont les plus répandus étaient ceux issus du quechua o […] Lire la suite

AMÉRIQUE (Structure et milieu) - Géographie

  • Écrit par 
  • Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, 
  • Danièle LAVALLÉE, 
  • Catherine LEFORT
  •  • 18 056 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les plus anciens gisements archéologiques »  : […] Examinons maintenant les faits archéologiques et les différentes hypothèses qu'ils étayent avec plus ou moins de bonheur. Actuellement, trois thèses s'affrontent. Quelques chercheurs suggèrent une arrivée très ancienne, antérieure à la première crue froide du Wisconsin vers — 70 000 ou durant cette crue, entre — 70 000 et — 60 000 ; mais cela ne repose que sur des spéculations – généralement les a […] Lire la suite

ANDES CORDILLÈRE DES

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DELER, 
  • Olivier DOLLFUS
  •  • 10 949 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les modalités de l'occupation du sol »  : […] Les Andes tropicales sont le plus ancien foyer de peuplement humain actuellement connu de l' Amérique du Sud. Elles ont été le cadre de certaines des civilisations précolombiennes les plus élaborées. Aujourd'hui encore, on y trouve des densités rurales particulièrement élevées. Mais elles sont, pour les États andins, des secteurs en perte de vitesse. […] Lire la suite

ARCHAÏQUE, Amérique du Nord

  • Écrit par 
  • Patrick PLUMET
  •  • 2 388 mots
  •  • 3 médias

Le concept de « stade archaïque » ( Archaic Stage ) a été introduit en 1932 dans la préhistoire de l'Amérique du Nord par l'archéologue William A. Ritchie pour rendre compte d'une phase précéramique découverte dans l'État de New York et de ses points communs avec des phases équivalentes dans l'est du continent et jusqu'en Californie. Adapté en 1952 à l'évolution des connaissances par l'archéologu […] Lire la suite

ARTS DU NIGERIA (exposition)

  • Écrit par 
  • Vincent BOULORÉ
  •  • 1 554 mots

Réputés pour leur ancienneté et leur extrême diversité stylistique, les arts du Nigeria occupent une place de choix dans l'histoire de l'art africain. Les terres cuites de Nok (600 av.-250 apr. J.-C.), l'art d'Ifè ( ix e - xv e  siècle) et celui, palatial, du Bénin ( xiv e - xix e  siècle) sont ainsi désormais parmi les plus célèbres d'Afrique noire. Très appréciée des collectionneurs, la sculptu […] Lire la suite

AZTÈQUES

  • Écrit par 
  • Rosario ACOSTA, 
  • Alexandra BIAR, 
  • Mireille SIMONI
  •  • 11 273 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre «  Le Mexique avant les Aztèques »  : […] Pour tenter de comprendre l'aventure aztèque, il faut rappeler brièvement le passé mexicain, où l'on peut très sommairement distinguer quatre grandes périodes : Époque précéramique. Dans une première phase, que l'on peut dater de 15 000 à 1 500 avant J.-C., le pays a sans doute été peuplé de tribus nomades de chasseurs-collecteurs, à l'outillage lithique très restreint, suivant les migrations du […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-François BOUCHARD, André DELPUECH, Danièle LAVALLÉE, Dominique LEGOUPIL, Stéphen ROSTAIN, « PRÉCOLOMBIENS - Amérique du Sud », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/precolombiens-amerique-du-sud/