PRÉCIPITATIONS, météorologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Précipitations : pluie, neige et grêle

Précipitations : pluie, neige et grêle
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Pluie

Pluie
Crédits : B. Haas/ National Geographic/ Getty)

photographie

Vitesses de chute des gouttes de pluie

Vitesses de chute des gouttes de pluie
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Irving Langmuir et E. D. MacArthur

Irving Langmuir et E. D. MacArthur
Crédits : Encyclopaedia Britannica, Inc

photographie


Givre

Le givre se forme dans des conditions assez analogues mais, bien entendu, aux températures négatives. Le givre n'est pas le gel de la rosée, c'est la condensation directe de la vapeur sous forme de glace sur la végétation ou sur les obstacles présentés par le sol. Il se traduit par le développement de formes cristallines variées, découlant du système de cristallisation de la glace par maclage, troncatures, etc., au gré des gradients de tension de vapeur au-dessus des microcristaux en formation.

Le givre, ou gelée blanche, peut se produire dans des conditions analogues à celles de la rosée, si la température est suffisamment basse et les vents pratiquement nuls. Il est à noter toutefois que, quelles que soient les conditions de formation du givre, la condensation initiale est presque toujours celle de la phase liquide. L'embryon d'eau ainsi formé gèle plus ou moins rapidement et, aussitôt, les transferts vapeur-glace prennent place car, pour une température négative donnée, les tensions de vapeur saturante par rapport à la glace sont, dans les domaines de température qui nous intéressent, notablement inférieures aux tensions de vapeur saturante par rapport à l'eau liquide en surfusion à cette même température.

Cela explique que le givre puisse se former et surtout croître rapidement en l'absence de ciel clair, dans des atmosphères de brouillards d'eau en surfusion, par évaporation des gouttelettes du brouillard au bénéfice des cristaux présents sur la végétation. Pour des vitesses de vent importantes, il y a capture mécanique des gouttelettes d'eau en surfusion par les obstacles déjà recouverts de givre et le phénomène prend alors le nom de givrage. Ces captures importantes par apport massif d'eau en surfusion font remonter le bilan thermique du dépôt par suite de la chaleur latente de solidification de la glace. Il se forme des dépôts de glace claire adhérente enrobant les objets au lieu de formations cristallines sous forme d'aiguilles et de dendrites de faible adhérence.

Tout comme dans le cas de la condensation en phase liquide, le changement de phase eau-gla [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  PRÉCIPITATIONS, météorologie  » est également traité dans :

ALASKA

  • Écrit par 
  • Claire ALIX, 
  • Yvon CSONKA
  •  • 6 018 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Climat »  : […] La côte sud de l'Alaska, du Panhandle aux Aléoutiennes, a un climat humide et frais, avec des écarts de température modérés. Au niveau de la mer, les températures estivales moyennes varient entre + 5  0 C et + 15  0 C ; en hiver, elles descendent peu au-dessous de 0  0 C. Le temps est toujours instable, souvent brumeux, et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alaska/#i_20977

AMÉRIQUE (Structure et milieu) - Géographie

  • Écrit par 
  • Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, 
  • Danièle LAVALLÉE, 
  • Catherine LEFORT
  •  • 18 005 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les grandes zones climatiques »  : […] La combinaison de tous ces facteurs substitue à la division zonale, parallèle à la latitude, un véritable quadrillage. Les anomalies sont surtout sensibles dans le domaine des précipitations : toute la partie occidentale des continents, bordée par des courants froids, même si elle est occupée par des reliefs élevés, connaît une aridité plus ou moins totale. Ainsi en est-il du versant ouest des A […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amerique-structure-et-milieu-geographie/#i_20977

ARCHÉOLOGIE (Méthodes et techniques) - L'archéologie environnementale

  • Écrit par 
  • Stéphanie THIÉBAULT
  •  • 4 211 mots

Dans le chapitre « Vers quel réchauffement climatique ? »  : […] Au cours du premier millénaire de notre ère, s'il apparaît que les iv e et v e  siècles connaissent une période de relative stabilité des paysages, il semble que, de la fin du v e au vii e  sièc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/archeologie-methodes-et-techniques-l-archeologie-environnementale/#i_20977

ASCENDANCE, météorologie

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 4 798 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L’organisation des systèmes convectifs développés »  : […] Dans les systèmes convectifs développés, l’élément de base est la cellule, région active composée d’une forte ascendance et d’un courant descendant accompagnant les précipitations. Ils sont composés d’une ou de plusieurs cellules indépendantes ou regroupées de manière organisée. Les cellules ordinaires ne dépassent pas quelques kilomètres de diamètre et durent rarement plus de 30 ou 40 minutes. P […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ascendance-meteorologie/#i_20977

BIOGÉOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Pierre DANSEREAU, 
  • Daniel GOUJET
  •  • 11 054 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre «  Notion de stratégie climatique »  : […] Les descriptions qui précèdent nous mettent en présence des principales pièces de la mosaïque mondiale à petite échelle. Ce sont ces unités-là qu'on utiliserait pour cartographier au 5/1 000 000. Il importe toutefois de situer ces classes de formation les unes par rapport aux autres afin de saisir leur dynamisme. Sachant que la distribution actuelle ne s'est pas nécessairement imposée depuis très […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/biogeographie/#i_20977

BROUILLARDS

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 4 261 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le brouillard d’évaporation »  : […] Lorsqu’une masse d’air froid et stable vient à surmonter une surface d’eau plus chaude (mer, étang, lac, rivière…), une partie de l’eau sous-jacente s’évapore, augmentant l’humidité relative de la masse d’air et pouvant créer des conditions favorables à la formation de brouillard. Cette évaporation sera d’autant plus rapide et le brouillard sera d’autant plus dense que la différence de températur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/brouillards/#i_20977

CHANGEMENT CLIMATIQUE

  • Écrit par 
  • Robert KANDEL
  •  • 8 794 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Modifications des précipitations »  : […] Le réchauffement modifie l'opération du cycle de l'eau ; que deviennent alors les ressources en eau et la biosphère ? On prédit (et dans une certaine mesure, on observe déjà) que les précipitations moyennes sur les terres augmenteront. Cependant, ce qui compte, c'est la répartition géographique de ces changements, mais on ne dispose pas encore de projections fiables des modifications de la carte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/changement-climatique/#i_20977

CHANGEMENT CLIMATIQUE - Aspects scientifiques

  • Écrit par 
  • Jean JOUZEL
  •  • 4 360 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les changements à venir du système climatique »  : […] La poursuite des émissions de GES va entraîner un réchauffement supplémentaire et provoquer des changements à long terme dans l’ensemble des composantes du système climatique. Les projections des émissions de GES d’origine anthropique couvrent un éventail très large de scénarios, fonction à la fois du développement socio-économique et des politiques climatiques. Ces émissions dépendent principalem […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/changement-climatique-aspects-scientifiques/#i_20977

CHANGEMENT CLIMATIQUE ET ÉVÉNEMENTS MÉTÉOROLOGIQUES MAJEURS

  • Écrit par 
  • Pascal YIOU
  •  • 3 666 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Classement des extrêmes »  : […] On peut considérer qu’il y a deux grands types de phénomènes extrêmes : ceux qui persistent (de plusieurs semaines à plusieurs mois) et ceux qui durent de quelques heures à quelques jours [Field et al., 2012]. Dans la première catégorie, on peut recenser les sécheresses météorologiques (liées à l’absence de précipitation, qui peuvent conduire à la désertification d’une région pour les plus intense […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/changement-climatique-et-evenements-meteorologiques-majeurs/#i_20977

CHANGEMENT CLIMATIQUE ET SANTÉ

  • Écrit par 
  • Virginie CAVIER
  •  • 2 488 mots
  •  • 2 médias

L’origine anthropique du réchauffement climatique est désormais admise par une majorité de scientifiques. L’augmentation globale des températures moyennes sur l’ensemble du globe est avérée. Toutefois, cette hausse n’est pas uniforme. Des disparités vis-à-vis des températures et des précipitations apparaissent à l’échelle nationale, voire régionale. Les effets attendus du réchauffement climatique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/changement-climatique-et-sante/#i_20977

CLIMATS (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 3 584 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Les conséquences du réchauffement »  : […] L’augmentation moyenne de la température de l’air à la surface du globe a été de 0,85  0 C de 1880 à 2012 et devrait s’intensifier dans l’avenir si rien n’est fait. Les premiers effets sont déjà apparus : diminution de l’étendue et de l’épaisseur des glaces de l’Arctique depuis 1950, augmentation des précipitations aux moyennes et hautes latitudes sur les continents de l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/climats-notions-de-base/#i_20977

EAU CYCLE URBAIN DE L'

  • Écrit par 
  • Nassima MOUHOUS-VOYNEAU
  •  • 1 758 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Effet sur les quantités »  : […] L’imperméabilisation du sol conduit à une augmentation du volume des ruissellements superficiels au détriment de la recharge des nappes phréatiques. Elle se traduit également par une diminution du temps de réponse des bassins versants et une augmentation des débits de ruissellement superficiel. Les pluies qui, avant urbanisation, ne provoquaient pas de dommages particuliers deviennent problémati […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cycle-urbain-de-l-eau/#i_20977

CYCLONES TROPICAUX

  • Écrit par 
  • René CHABOUD
  •  • 3 085 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les effets d'un cyclone »  : […] Toujours associé à une profonde dépression tropicale, le cyclone est un phénomène météorologique de grande ampleur. Quasi circulaire, la zone cyclonique a un diamètre généralement compris entre 200 et 500 kilomètres, mais certains cyclones peuvent être de plus grande envergure, comme le cyclone tropical Georges (septembre 1998), d'un diamètre de 800 kilomètres. Les différents services météorologi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cyclones/#i_20977

DÉPRESSION, météorologie

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 3 414 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les dépressions dynamiques »  : […] Les dépressions dynamiques se forment en présence d’une forte divergence des vents. Elles créent alors un appel d’air qui peut favoriser la formation de courants provenant des couches adjacentes. Dans cette catégorie, on rencontre principalement les dépressions orographiques et les dépressions extratropicales. Les dépressions orographiques apparaissent sous le vent des barri […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/depression-meteorologie/#i_20977

DÔME DE THARSIS, Mars

  • Écrit par 
  • Gabriel TOBIE
  •  • 1 679 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Impact de la formation du dôme de Tharsis sur l’évolution géologique de Mars  »  : […] La formation du dôme de Tharsis a vraisemblablement débuté il y a plus de 3,7 milliards d’années, durant le Noachien (plus ancienne époque géologique martienne), et s’est poursuivie pendant plusieurs centaines de millions d’années, au cours de l’Hespérien, jusqu’à former un plateau de plus de 5 500 kilomètres de diamètre pour un volume de laves d’environ 300 millions de kilomètres cubes, ce qui co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dome-de-tharsis-mars/#i_20977

EAU - Les défis de l'eau

  • Écrit par 
  • Ghislain de MARSILY
  •  • 7 679 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Effets des changements climatiques annoncés »  : […] Le réchauffement climatique engendré par l'émission des gaz à effet de serre va-t-il modifier fortement la donne ? En première approximation, la réponse semble être non du seul point de vue de la production agricole, bien que les effets hydrologiques du changement climatique soient beaucoup plus incertains et bien moins connus que les effets thermiques. Il semblerait que, globalement, l'élévation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eau-les-defis-de-l-eau/#i_20977

EAU (notions de base)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DELÉAGE
  •  • 6 212 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le cycle de l'eau »  : […] Les cinq réservoirs d'eau de la planète subissent des transferts incessants selon un cycle bien connu dont la phase initiale est l'évaporation des eaux de surface des océans et des continents. Chaque jour, plus de 1 000 milliards de tonnes d'eau passent ainsi dans l'atmosphère, qu'elles quitteront un peu plus tard sous forme de précipitations. La fraction P de ces précipitat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eau-notions-de-base/#i_20977

ÉPISODE CÉVENOL, météorologie

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 1 431 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Des orages persistants »  : […] Plus que l’intensité des précipitations , c’est leur durée qui fait généralement la dangerosité des épisodes cévenols. Alors que, dans la plupart des cas, les cellules orageuses se déplacent rapidement et ne fournissent localement que de courtes averses, la présence de reliefs orientés perpendiculairement aux flux d’air chaud et humide bloque les cellules orageuses et favorise la formation continu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/episode-cevenol-meteorologie/#i_20977

ÉQUATORIAL MILIEU

  • Écrit par 
  • François DURAND-DASTÈS, 
  • Yves GAUTIER, 
  • Emmanuelle GRUNDMANN
  •  • 6 366 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Fortes précipitations »  : […] Les quantités annuelles de pluie sont abondantes ; si elles n'atteignent jamais de valeur record, elles sont néanmoins supérieures à 1 500 millimètres ordinairement. Plus important est le fait qu'aucun mois ne reçoit moins de 50 à 60 millimètres, et qu'en conséquence, à aucun moment de l'année, l'évapotranspiration n'est supérieure à l'apport pluvial. Ce sont donc des climats « axériques », c'es […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/milieu-equatorial/#i_20977

EUROPE - Géographie

  • Écrit par 
  • Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, 
  • Catherine LEFORT, 
  • Pierre-Jean THUMERELLE
  •  • 16 532 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Climat et végétation »  : […] S'il fallait définir d'un mot le climat européen par opposition à celui de tous les autres continents, on pourrait le qualifier d' « océanique ». Il le doit à sa position dans ces latitudes tempérées où la circulation atmosphérique se fait essentiellement d'ouest en est ; à sa situation sur la façade orientale de l'océan Atlantique ; à la disposition favorable de son relief ; enfin, à la présence […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/europe-geographie/#i_20977

FŒHN

  • Écrit par 
  • René CHABOUD
  •  • 996 mots
  •  • 1 média

Le mot Fœhn (allemand dialectal) vient du latin favonius , qui signifie « léger vent d'ouest ». En fait, le fœhn n'a pas de direction privilégiée. Sa présence est directement liée à la configuration générale des lieux et au relief de la région. C'est pourquoi il est plus juste de parler d'« effet de fœhn ». Un tel phénomène met parfaitement en évidence l'action du relief sur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/foehn/#i_20977

FORÊTS - La forêt, un milieu naturel riche et diversifié

  • Écrit par 
  • Yves BASTIEN, 
  • Marcel BOURNÉRIAS
  •  • 8 216 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Zonation des forêts en latitude »  : […] À l'échelle mondiale, la température et la pluviosité règlent la répartition des principales formations forestières naturelles. Ces deux facteurs interfèrent : la pluviosité du centre du Bassin parisien (600 mm) n'est suffisante que parce qu'elle est régulière, et surtout parce que les températures modérées n'entraînent pas une trop forte évapotranspiration. De nombreux procédés, chiffrés (indic […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/forets-la-foret-un-milieu-naturel-riche-et-diversifie/#i_20977

FRANCE (Le territoire et les hommes) - Données naturelles

  • Écrit par 
  • Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, 
  • Estelle DUCOM
  •  • 4 871 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le climat océanique »  : […] Le climat océanique s'étend largement en France ; sa pénétration est favorisée par la disposition même du relief, qui incline vers l'Océan les plaines soutenues par des montagnes, dont les pentes dissymétriques s'élèvent graduellement d'ouest en est. L'océan Atlantique, prolongé par la Manche et la mer du Nord, exerce son influence de deux manières : d'une part, par contiguïté (cette énorme masse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-le-territoire-et-les-hommes-donnees-naturelles/#i_20977

FRONT, météorologie

  • Écrit par 
  • Bernard GOSSET
  •  • 2 240 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Nuages et précipitations »  : […] Les masses nuageuses étendues et les zones de précipitations se situent principalement à l'avant des fronts chauds, à l'arrière des fronts froids et aussi de part et d'autre des fronts occlus. C'est ce que montre le schéma permettant de relier les fronts aux nuages et aux précipitations . Dans le cas d'un front chaud actif, les précipitations peuvent s'étendre jusqu'à 300 km du front de surface, e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/front-meteorologie/#i_20977

GIEC (3e RAPPORT D'ÉVALUATION DU)

  • Écrit par 
  • Robert KANDEL
  •  • 902 mots

Dans son troisième rapport, finalisé et publié au premier trimestre de 2001, le Groupe d'experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (G.I.E.C., ou I.P.C.C. en anglais) a confirmé la réalité du réchauffement planétaire au cours du xx e  siècle; l'influence significative et croissante des activités humaines sur ces changements; et la prob […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rapport-d-evaluation-du-g-i-e-c-3e/#i_20977

GIEC (4e RAPPORT D'ÉVALUATION DU)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DELÉAGE
  •  • 699 mots

Après six ans de travail auquel ont participé quelque deux mille cinq cents scientifiques du monde entier, le GIEC, Groupement intergouvernemental sur l'évolution du climat (en anglais IPCC pour Intergovernmental Panel on Climate Change), a remis son quatrième rapport d'évaluation en 2007. Cet organisme, dont le rôle est « d'évaluer l'information scientifique, technique et socio-économique pertin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rapport-d-evaluation-du-g-i-e-c-4e/#i_20977

GLISSEMENTS DE TERRAIN

  • Écrit par 
  • Pierre DUFFAUT
  •  • 2 405 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le risque de glissement de terrain »  : […] On classe souvent les catastrophes naturelles en météoriques (cyclones, crues, sécheresses, etc.) et telluriques (séismes, volcans, mouvements de terrains, etc.), mais comme la plupart des glissements de terrains accompagnent des précipitations exceptionnelles, l'Organisation météorologique mondiale les associe à la première catégorie. Quoique l'impact des mouvements de terrain (en nombre de vict […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/glissements-de-terrain/#i_20977

HUMIDITÉ

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 2 226 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La couche hydrique atmosphérique »  : […] Entièrement condensée et répandue sur la surface du globe, la vapeur d’eau contenue dans l’atmosphère composerait une couche d’eau liquide de 24 millimètres d’épaisseur, ce qui représente un volume d’environ 12 000 kilomètres cubes, soit un cent millième de la quantité d’eau de notre planète. Cette quantité peut paraître faible, mais elle est sans cesse renouvelée. Elle provient de l’évaporation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/humidite/#i_20977

HYDROLOGIE

  • Écrit par 
  • Pierre HUBERT, 
  • Gaston RÉMÉNIÉRAS
  •  • 9 869 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Le cycle de l'eau »  : […] Sous sa forme qualitative élémentaire, la description du cycle de l'eau est connue de tous. L'évaporation de l'eau sur les océans et les terres émergées alimente en vapeur les basses couches de l'atmosphère ; sous l'effet de la diffusion et de la convection turbulentes, cette vapeur s'élève et atteint éventuellement une altitude suffisante pour former, par condensation, des nuages. Au gré des ven […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hydrologie/#i_20977

HYDROLOGIE URBAINE

  • Écrit par 
  • Michel DESBORDES
  •  • 2 602 mots
  •  • 2 médias

3 octobre 1988 : les écrans de télévision montrent Nîmes ravagée par les eaux. Une ville meurtrie, des dégâts considérables à la suite d'un violent orage. Des images que l'on dirait venir d'une autre région du monde. Le moment de stupeur passé, on invoque le caractère « exceptionnel » des précipitations. On parle de « catastrophe naturelle ». En réalité, si l'orage qui s'est abattu sur Nîmes et sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hydrologie-urbaine/#i_20977

INDE (Le territoire et les hommes) - Géographie

  • Écrit par 
  • Philippe CADÈNE, 
  • François DURAND-DASTÈS, 
  • Georges MASCLE
  •  • 16 372 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les systèmes agricoles »  : […] Longtemps marquée par des retards dans les techniques de fertilisation, les modes de culture, la sélection des plantes cultivées, l'agriculture indienne a connu des transformations profondes depuis les années 1950. La « révolution verte » a permis une croissance de la production suffisante pour faire face à l'augmentation continue d'une population passée de 350 millions à plus de 1,2 milliard d'h […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-le-territoire-et-les-hommes-geographie/#i_20977

INDIEN OCÉAN

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre PINOT
  • , Universalis
  •  • 6 085 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Climat »  : […] Sauf près des côtes des continents, les amplitudes annuelles des températures, sur tout l'océan Indien au nord du parallèle 20 0  sud, ne dépassent nulle part 4  0 C ; les températures de l'air y sont, été comme hiver, supérieures à 23  0 C, et atteignent 27  0 C dans les régions les plus chaudes. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ocean-indien/#i_20977

INONDATIONS

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 4 241 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'impact de l'homme sur les inondations »  : […] Contre les inondations dues aux crues des très grands fleuves, avec des bassins versants de plusieurs milliers ou dizaines de milliers de kilomètres carrés, il n'y a pas de parade parfaitement efficace. Les efforts publics et privés déployés de longue date pour protéger les champs d'inondation par des digues, trop souvent compris par les habitants comme devant les libérer définitivement du risque […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inondations/#i_20977

INONDATIONS EN FRANCE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 1 367 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un début d’année 2016 très pluvieux »  : […] Après une fin d’année 2015 clémente et plutôt sèche, la France métropolitaine a connu un début d’année 2016 particulièrement arrosé et un printemps qui s’est achevé avec des épisodes de pluies très abondantes sur une grande partie du territoire. Après deux printemps particulièrement secs (80 p. 100 de la moyenne en 2014 et 2015), le printemps 2016 a été l’un des plus arrosés de ces cinquante dern […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inondations-en-france/#i_20977

IRLANDE RÉPUBLIQUE D' (EIRE)

  • Écrit par 
  • Brigitte DUMORTIER, 
  • Pierre JOANNON
  • , Universalis
  •  • 10 103 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Une périphérie océanique de l'Europe »  : […] Sur les franges atlantiques de l'Europe occidentale, entre 51 degrés et 55 degrés de latitude nord, entre 5 degrés et 10 degrés de longitude ouest, l'Irlande est la seconde des îles Britanniques par la superficie derrière la Grande-Bretagne, à l'ouest de laquelle elle se situe. Elle en est séparée par la mer d'Irlande, qui communique avec l'océan Atlantique par le canal […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/republique-d-irlande/#i_20977

KALAHARI

  • Écrit par 
  • Richard F. LOGAN, 
  • GEORGE BERTRAND SILBERBAUER
  •  • 3 524 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Climat »  : […] Une zone est traditionnellement qualifiée de désert lorsqu'elle reçoit moins de 250 millimètres de précipitations annuelles. Selon une définition plus précise, un désert est une région où l'évaporation potentielle est deux fois supérieure au volume des précipitations. Ces critères s'appliquent tous deux à la moitié sud-ouest du Kalahari. La partie nord-est, en revanche, reçoit plus de précipitati […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kalahari/#i_20977

LACS

  • Écrit par 
  • Bernard DUSSART
  •  • 9 334 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Variations de niveau »  : […] Les précipitations jouent un rôle à la fois direct et indirect : direct par la dilution des eaux de surface et les apports chimiques dus à l'eau de pluie ; indirect par la variation du débit des affluents. Ces deux rôles se conjuguent pour entraîner des différences de niveau appréciables et qui frappent les riverains et utilisateurs des lacs. Dans le Léman, elles étaient de trois mètres avant la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lacs/#i_20977

MAGHREB - Géographie

  • Écrit par 
  • Olivier PLIEZ, 
  • Bouziane SEMMOUD
  •  • 7 252 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Climat : la menace de l'aridité »  : […] Le Maghreb se caractérise par un climat sud- méditerranéen dominé par l'alternance d'une saison sèche et d'une saison humide et froide avec de grandes nuances régionales. L'extension septentrionale des hautes pressions subtropicales explique le temps sec et chaud qui s'installe en été pour une durée plus ou moins longue et qui s'accompagne parfois de vents desséchants appelés […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maghreb-geographie/#i_20977

MÉDITERRANÉENNE AIRE

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • Henri GAUSSEN, 
  • Hervé HARANT
  • , Universalis
  •  • 8 277 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Caractères bioclimatiques »  : […] En biogéographie, les données climatiques retenues seront celles qui influent sur les organismes animaux ou végétaux et sur leurs activités, c'est-à-dire essentiellement la température et les précipitations. Ainsi, si le mistral intéresse les êtres vivants par ses conséquences, sa cause est du ressort de la climatologie et non de la bioclimatologie (cf.  milieu tempéré ). […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aire-mediterraneenne/#i_20977

MÉTÉORES

  • Écrit par 
  • André VIAUT
  •  • 3 338 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Hydrométéores »  : […] Les hydrométéores sont toutes les manifestations aqueuses de l'atmosphère, qu'elles tombent des nuages (cf. précipitations  Météorologie), qu'elles proviennent de la mer ou d'un manteau neigeux ou qu'elles se déposent sur le sol, les plantes ou les objets. La pluie est constituée de particules liquides dont le diamètre est de l'ordre de 0,5 à 3 mm, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/meteores/#i_20977

MONTAGNES - Le milieu montagnard

  • Écrit par 
  • Pierre BARRERE
  •  • 2 856 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L'abondance des précipitations et de l'enneigement »  : […] Les masses d'air qui abordent les chaînes subissent une ascendance qui entraîne un double refroidissement, par détente et par contact avec l'air froid et les parois froides d'altitude. En exagérant la pente des fronts et la turbulence, la montagne en renforce les effets. L'accroissement des précipitations peut alors se manifester sur une bande de plusieurs dizaines de kilomètres ; cette ombre plu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/montagnes-le-milieu-montagnard/#i_20977

MOUSSON

  • Écrit par 
  • René CHABOUD, 
  • Francis ZIMMERMANN
  •  • 6 608 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La mousson d'été  »  : […] La situation météorologique qui engendre la mousson d'été asiatique se caractérise par une dépression centrée sur le nord de l'Inde, à proximité des versants sud de l'Himalaya, et par un anticyclone sur l'océan Indien. Ce dernier est à l'origine d'un courant d'abord orienté au sud-est. Par la suite, ce courant franchit l'équateur et s'oriente au sud-ouest. Ce courant de sud-ouest, de grande ampl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mousson/#i_20977

MOUSSON ASIATIQUE

  • Écrit par 
  • Alexis LICHT
  •  • 1 078 mots
  •  • 2 médias

La mousson – inversion saisonnière des vents à l’interface océan-continent – contrôle l’intensité des précipitations dans les régions les plus peuplées du globe, aux basses et moyennes latitudes. Pendant l’été , les zones continentales aux marges de la ceinture équatoriale reçoivent une forte insolation ; s’établit alors un fort gradient thermique entre océan et continent, forçant les vents océani […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mousson-asiatique/#i_20977

NEIGE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 3 582 mots
  •  • 10 médias

La neige est une précipitation de cristaux de glace isolés ou soudés, dont la taille est généralement comprise entre 2 et 5 millimètres. Lorsque la précipitation est constituée de petits cristaux de glace, qui tombent par ciel clair, on ne parle plus de neige, mais de « poudrins de glace ». Ces cristaux sont souvent tellement ténus qu’ils semblent être en suspension dans l’atmosphère et ont peu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neige/#i_20977

NUAGES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON, 
  • André VIAUT
  •  • 5 903 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Les systèmes nuageux »  : […] En fonction des conditions météorologiques ambiantes et de la stabilité de l'atmosphère, les nuages peuvent s'organiser en systèmes persistants de plus ou moins grandes dimensions. On distingue ainsi deux types principaux d'organisation : les systèmes dépressionnaires extratropicaux et les systèmes convectifs. Les perturbations qui affectent les régions tempérées (entre 35 et 65 degrés de latitu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nuages/#i_20977

ORAGES

  • Écrit par 
  • René CHABOUD
  •  • 3 247 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les orages de pluie, de neige, de grêle »  : […] Les orages de pluie peuvent être d'une intensité peu commune. Selon qu'ils éclatent à la campagne, sur la ville ou bien sur un camping, leurs conséquences peuvent être très différentes. Les uns passeront inaperçus, alors que les autres seront à l'origine de sérieux dégâts, voire de catastrophes. Les pluies les plus fortes recueillies à la surface de la planète ont toujours un caractère orageux tr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/orages/#i_20977

ORÉNOQUE

  • Écrit par 
  • Dieter BRUNNSCHWEILER, 
  • William M. DENEVAN, 
  • Mercedes Fermín GÒMEZ
  •  • 3 382 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le climat »  : […] Le bassin de l'Orénoque présente un climat tropical, avec des saisons davantage marquées par des différences de pluviométrie que de température. L'année est ainsi divisée en une saison des pluies (hiver) et une saison sèche (été), de novembre à mars ou avril. Ces deux saisons résultent de la migration saisonnière de la zone de convergence intertropicale, zone dépressionnaire où se rejoignent les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/orenoque/#i_20977

PARTICULES ATMOSPHÉRIQUES

  • Écrit par 
  • Karine DESBOEUFS, 
  • Jean-François DOUSSIN
  •  • 6 937 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Cycle des particules atmosphériques  »  : […] Le cycle de vie des particules (ou temps de résidence) correspond à l’intervalle de temps compris entre l’instant initial où elles se trouvent dans l’atmosphère et le moment où elles en disparaissent. Leur durée de vie, qui dépend essentiellement de leur taille et de leur composition chimique, peut aller de quelques minutes pour les particules les plus petites (inférieures à 0,1 µm) à plusieurs jo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/particules-atmospheriques/#i_20977

RHÔNE

  • Écrit par 
  • Jean de BEAUREGARD
  •  • 1 006 mots
  •  • 1 média

Du Valais suisse à la Camargue française, sur 812 kilomètres, le Rhône draine un bassin de 98 000 kilomètres carrés qui, traversant une région montagneuse soumise en partie aux influences méditerranéennes, lui vaut une variété de régimes unique au monde. Surtout alpestre, la chaîne et son rameau le Jura couvrent 64 500 kilomètres carrés ou les deux tiers de la surface réceptrice, auxquels il faut […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rhone/#i_20977

ROCHES (Formation) - Érosion et sédimentation

  • Écrit par 
  • Roger COQUE, 
  • André JAUZEIN
  •  • 7 038 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Bilans érosion-sédimentation »  : […] L'ablation consécutive aux phénomènes d'érosion n'est pas, en général, directement perceptible, même par des observations portant sur des périodes d'une dizaine d'années. Mais différentes méthodes permettent de la mesurer, aussi bien sur le terrain qu’au laboratoire. La quantification de l’érosion dépend de différents facteurs tels que l'érosivité des pluies, la résistance du sol, la longueur, la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roches-formation-erosion-et-sedimentation/#i_20977

SAISON CYCLONIQUE 2017 DANS L'ATLANTIQUE NORD

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 1 686 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Une succession inhabituelle d’ouragans en quelques semaines  »  : […] À première vue, une des caractéristiques de la saison cyclonique de l’Atlantique nord en 2017 est la rapidité de la succession de météores violents. Ils sont si rapprochés dans le temps et l’espace que, sur le même cliché satellitaire, on voit simultanément les cyclones Katia (en catégorie 2), Irma (en catégorie 5) et Jose (en catégorie 4). Ce dernier suit de deux jours le cyclone Irma sur une tr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/saison-cyclonique-2017-dans-l-atlantique-nord/#i_20977

TROPICAL MILIEU

  • Écrit par 
  • Roger COQUE, 
  • François DURAND-DASTÈS
  •  • 7 709 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Mécanismes atmosphériques à l'origine des climats tropicaux »  : […] L'existence des climats tropicaux est évidemment liée d'abord à l'activité solaire, importante toute l'année, tout en étant soumise à des variations sensibles. Mais la circulation atmosphérique intervient également, notamment pour fixer la répartition des périodes sèches et pluvieuses. On montrera les modalités de son action, en se limitant, pour des raisons de commodité, au cas de l'Ancien Monde […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/milieu-tropical/#i_20977

Voir aussi

CONGÉLATION    CHANGEMENT D' ÉTAT    GELÉE    GIVRAGE    GIVRE    TRANSITIONS DE PHASE    TENSION DE VAPEUR

Pour citer l’article

Léopold FACY, « PRÉCIPITATIONS, météorologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/precipitations-meteorologie/