PRAGUE (PRINTEMPS DE)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

1962 à 1989. De la guerre froide à la détente

1962 à 1989. De la guerre froide à la détente
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Lettre ouverte à Dubcek, juillet 1968

Lettre ouverte à Dubcek, juillet 1968
Crédits : Hulton Getty

photographie


La période de libéralisation et de démocratisation du système socio-politique tchécoslovaque dite Printemps de Prague a été préparée dès le début des années 1960. À partir de 1961, le pays subit en effet une crise sans précédent : le système d'économie extensive, calqué sur celui de l'U.R.S.S., ne convient plus à ce pays industrialisé ; de 1961 à 1965, le taux de croissance stagne puis baisse, de même que les salaires. En janvier 1965, une importante réforme économique réhabilite les notions de rentabilité et de déconcentration, mais ses effets sont limités par l'action des bureaucrates qui refusent de laisser un pouvoir quelconque aux techniciens ; ceux-ci, Ota Šik en tête, rallient alors les oppositions politiques. Ces oppositions sont diverses et soudées entre elles par le refus du stalinisme des années cinquante. Il aura en effet fallu attendre 1962-1963 pour qu'une déstalinisation timide prenne corps en Tchécoslovaquie. La réforme économique et la liberté d'expression deviennent alors indissociables.

1962 à 1989. De la guerre froide à la détente

1962 à 1989. De la guerre froide à la détente

Vidéo

Néo-colonialisme. Choc pétrolier. Coexistence pacifique.Au lendemain de la crise des missiles de Cuba, qui a fait surgir le spectre d'une troisième guerre mondiale, la "détente" est à l'ordre du jour des relations Est-Ouest.Mais de nombreux conflits périphériques persistent. Au Vietnam, les... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Le Printemps de Prague commence en 1967 par une révolte des intellectuels. Les écrivains, réunis en congrès en mai-juin, réclament la liberté d'expression. Le pouvoir monopolisé depuis 1956 par Antonin Novotny, à la fois premier secrétaire du Parti communiste et président de la République, réagit de manière brutale. En octobre, les étudiants sont durement réprimés par la police alors qu'ils manifestaient pour des revendications matérielles ; Novotny traite de « nationaliste bourgeois slovaque » le secrétaire du Parti communiste slovaque, Alexander Dubček, qui réclamait un plus grand contrôle des Slovaques sur leurs richesses. Ce plenum du comité central reprendra en décembre-janvier, les oppositionnels sachant attendre et s'organiser. Novotny, lui, accumule erreur sur erreur (tentative de coup de force déjouée par les officiers libéraux, visite intempestive d'un Brejnev rassuré par Dubček). Le 5 janvier 1968, le présidium élit Dubč [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : docteur de troisième cycle, diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris, diplômé de l'École nationale des langues orientales, chargé de recherche au C.N.R.S., chargé de conférences à l'École pratique des hautes études

Classification


Autres références

«  PRAGUE PRINTEMPS DE (1968)  » est également traité dans :

PRINTEMPS DE PRAGUE, en bref

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 197 mots
  •  • 1 média

Alexandre Dubček, qui devient premier secrétaire du Parti communiste tchécoslovaque (P.C.T.) en janvier 1968, engage une série de réformes libérales. Le 5 mars, la censure est supprimée. En avril est accepté le principe d'un « socialisme à visage humain ». Des écrivains emprisonnés pour délit d'opinion sont libérés. L'attitude de l'État vis-à-vis de l'Église devient plus conciliante. Mais cette po […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/printemps-de-prague-en-bref/

BACILEK KAROL (1896-1974)

  • Écrit par 
  • Ilios YANNAKAKIS
  •  • 637 mots

Le nom de Karol Bacilek est étroitement lié à la période la plus sombre de l'histoire tchécoslovaque de l'après-guerre : les « procès » politiques des années 1950. Surnommé le Beria tchécoslovaque, Bacilek a été un des principaux organisateurs des procès contre Slansky et d'autres éminents dirigeants communistes et contre certains hauts responsables du Parti communiste slovaque accusés de « natio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/karol-bacilek/#i_41645

DUBČEK ALEXANDRE (1921-1992)

  • Écrit par 
  • Jacques RUPNIK
  • , Universalis
  •  • 1 320 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Réformer le Parti »  : […] Première idée-force : la réforme économique (l'introduction de mécanismes de marché) n'a aucune chance sans réforme politique. Il faut, pour ce faire, briser l'emprise de l'État-parti sur la société. Le parti, affirmait Dubček, ne doit pas « diriger » (au sens de régir), mais « guider », fixer les grandes orientations. Instituer la séparation de l'État et du parti, institutionnaliser le pluralisme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandre-dubcek/#i_41645

GUERRE FROIDE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 3 551 mots

Dans le chapitre « La détente (1962-1975) »  : […] La crise de Cuba suscite paradoxalement un apaisement rapide. La prise de conscience du péril nucléaire conduit à un « équilibre de la terreur », fondé sur la possibilité de destruction mutuelle. Washington et Moscou établissent alors une liaison permanente (le « téléphone rouge »), tandis que le dialogue diplomatique aboutit progressivement à une limitation des armements (négociations SALT, pour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerre-froide-notions-de-base/#i_41645

HUSÁK GUSTÁV (1913-1991)

  • Écrit par 
  • Bernard FÉRON
  •  • 891 mots
  •  • 2 médias

Né à Bratislava, Gustáv Husák adhère au mouvement communiste alors qu'il est étudiant. Pendant la guerre, il prend une part active au travail clandestin du parti. Il est l'un des organisateurs du soulèvement de la Slovaquie en 1944. Il est alors nommé membre du præsidium du comité central et vice-président du Parti communiste en Slovaquie. De 1946 à 1950, il préside le Conseil des commissaires (qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gustav-husak/#i_41645

JEUX OLYMPIQUES - Les dissensions au sein du bloc de l'Est et les Jeux

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 1 790 mots
  •  • 1 média

Quand débutent les compétitions olympiques à Melbourne, la Hongrie est à feu et à sang. Le pays souhaite se libérer du joug stalinien, un vaste mouvement populaire prend forme en octobre 1956, de grandes manifestations s'organisent, les travailleurs créent des conseils ouvriers et prennent la direction des usines. Imre Nagy, entraîné par ce mouvement populaire, constitue un gouvernement dans lequ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jeux-olympiques-les-dissensions-au-sein-du-bloc-de-l-est-et-les-jeux/#i_41645

KOUDELKA JOSEF (1938- )

  • Écrit par 
  • Armelle CANITROT
  •  • 659 mots

Josef Koudelka, qui restera à jamais le photographe des Gitans et du Printemps de Prague, voit le jour le 10 janvier 1938 à Boskovice en Moravie (Tchécoslovaquie). Vers 1952, un boulanger ami de son père l'initie à la photographie, qu'il pratique alors avec un appareil en bakélite. Encouragé par le photographe et critique Jiri Jenicek, il expose en 1961 pour la première fois ses photographies au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/josef-koudelka/#i_41645

KUNDERA MILAN (1929- )

  • Écrit par 
  • Martine BOYER-WEINMANN
  •  • 2 105 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « D'un Kundera l'autre »  : […] Fils d'un musicologue lui-même élève de Janáček, Milan Kundera est le contemporain complexe de la jeune République tchécoslovaque anéantie par les conséquences du traité de Munich, du partage de l'Europe issu de la Seconde Guerre mondiale et des turbulences de la guerre froide. Encarté au Parti communiste en 1947 dans le lyrisme de ses dix-huit ans, deux fois exclu, membre de l'association des écr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/milan-kundera/#i_41645

PAVEL JOSEF (1908-1973)

  • Écrit par 
  • Vladimir Claude FISERA
  •  • 650 mots
  •  • 1 média

Ayant adhéré au Parti communiste tchécoslovaque, en 1929, Pavel étudie de 1935 à 1937 à l'Académie Lénine de Moscou et à l'école militaire de Riazan. Commandant des brigades internationales créées pour venir en aide aux républicains espagnols, il assure, en 1937-1938, le commandement du bataillon Čapaev et du régiment Georges Dimitrov ; il obtient ses étoiles de général. Interné de 1939 à 1942 dan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/josef-pavel/#i_41645

PRAGUE INTERVENTION DE (1968)

  • Écrit par 
  • Vladimir Claude FISERA
  •  • 856 mots
  •  • 2 médias

Le 20 août 1968, vers vingt-trois heures, des dizaines de milliers de parachutistes soviétiques débarquent à l'aérodrome de Prague , transportés en avions-cargos Antonov 24 à partir de Moscou et de Lvov. Quelques instants auparavant, des soldats est-allemands et polonais, soviétiques, hongrois et bulgares avaient franchi les frontières nord, est et sud du pays, où ils étaient massés depuis trois m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/intervention-de-prague/#i_41645

ŠIK OTA (1919-2004)

  • Écrit par 
  • Vladimir Claude FISERA
  •  • 882 mots

Né à Plzeň, Ota Šik est d'abord technicien dans l'industrie électrique. En 1940, il adhère au Parti communiste tchécoslovaque (P.C.T.) et connaît la déportation à Mauthausen, où il restera cinq ans sans cesser de militer. De 1947 à 1952, il étudie à l'Institut d'études politiques et sociales de Prague, où il sera, de 1952 à 1958, assistant puis professeur d'économie politique. Malgré une attitude […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ota-sik/#i_41645

TCHÉCOSLOVAQUIE

  • Écrit par 
  • Marie-Elizabeth DUCREUX, 
  • Michel LARAN, 
  • Jacques RUPNIK
  •  • 12 872 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Le Printemps de Prague »  : […] Malgré une autocritique tardive et même des préparatifs de coup d'État militaire (préparé par les généraux Šejna et Rytiř) dans les derniers jours de l'année, Novotný sera démis de ses fonctions. D'abord, le 5 janvier Alexander Dubček est nommé à sa place premier secrétaire du parti, puis le 30 mars le général Ludvík Svoboda lui succède comme président de la République. Le 29 mai, Novotný est ex […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tchecoslovaquie/#i_41645

VACULÍK LUDVÍK (1926-2015)

  • Écrit par 
  • Ivo FLEISCHMANN
  •  • 412 mots

Né le 23 juillet 1926 à Brumov, en Moravie, Ludvík Vaculík en garde et la nostalgie et la langue drue. Le régime collectiviste lui ayant ouvert l'accès à l'enseignement supérieur, il suit à Prague les cours de l'École des études politiques et sociales. Journaliste à la radio gouvernementale, il devient, en 1965, publiciste aux Literární Noviny , hebdoma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ludvik-vaculik/#i_41645

Pour citer l’article

Vladimir Claude FISERA, « PRAGUE (PRINTEMPS DE) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/prague-printemps-de/