Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PORT, botanique

On désigne sous le nom de port l'aspect général d'une plante. La diversité du monde végétal se manifeste notamment par la diversité du port des différentes espèces contribuant, en participant à des formations végétales différentes, à caractériser les paysages naturels et ceux qu'a créés l'homme. Vis-à-vis du fonctionnement de la biosphère, le port des végétaux intervient dans l'efficacité de captation de la lumière, car il conditionne la disposition des lames foliaires dans l'espace. Il intervient aussi dans la structuration de l'espace, créant des biotopes variés pour les animaux, et il contribue à la stratification de la végétation et à la création de microclimats.

Parmi les plantes ligneuses, on distingue deux ports principaux : arborescent et buissonnant. L'arbre possède un axe dressé, le tronc, dont la partie inférieure est généralement dépourvue de ramifications latérales. L'ensemble des branches forme le houppier. Cette définition correspond à l'archétype de l'arbre, mais on peut reconnaître les diverses espèces à leur port particulier, en l'absence des feuilles. Le buisson est dépourvu de tronc, et sa ramification débute dès la base.

Entre ces deux types existent de nombreux intermédiaires : les arbustes sont de petits arbres, les arbrisseaux sont de petits buissons. Les arbustes en espalier sont appliqués sur le substrat, les plantes en coussinet sont des arbrisseaux réduits et très ramifiés, en boule et sans tronc avec une réitération herbacée importante.

Les plantes herbacées offrent des ports très variés selon l'architecture de la plante, sa ramification plus ou moins dense. Certaines espèces ont une tige nue à la base et ramifiée au sommet (Euphorbia helioscopia), d'autres sont ramifiées dès la base, d'autres enfin sont dépourvues de toute ramification (E. lathyris). Parfois épaissie, crassulente, la tige prend un aspect columnaire.

Le port en touffes ou cespiteux est caractéristique de certaines espèces de Graminées et de Cypéracées. Les Bryophytes ont aussi des ports typiques : dressé, rampant, en coussinet, en lames foliacées...

Dans la réalisation du port interviennent surtout la rigidité des axes et les caractéristiques de la ramification. La rigidité peut être acquise de deux façons principales :

— par épaississement des parois cellulaires et surtout par leur incrustation de lignine (le bois assure de cette façon la rigidité des troncs et des branches), chez les plantes herbacées, d'autres tissus (sclérenchyme surtout) déterminent une certaine rigidité ;

— par turgescence des tissus ; elle intervient surtout chez les Cactées, les Crassulacées, les plantes halophiles succulentes, mais aussi chez les espèces pauvres en tissus de soutien dont le port est affecté lors de la fanaison.

La ramification, très importante dans la réalisation du port, permet de définir des types architecturaux. On peut opposer le type arbre au type buisson par le mode de ramification. L'arbre est caractérisé par une acrotonie et une hypotonie. L'acrotonie est la propriété qu'ont les bourgeons situés dans la partie apicale du rameau de se développer de façon plus vigoureuse, en donnant des pousses de grande taille, alors que les bourgeons de la partie basale sont petits et ne se développent quelquefois pas du tout, ce qui produira un tronc cylindrique, comme celui des palmiers, le stipe. Le buisson, au contraire, présente une basitonie (pousses vigoureuses à partir des bourgeons situés à la base des rameaux) et une épitonie, d'où une densification progressive du centre du buisson.

La longueur des entre-nœuds, la taille des unités de croissance, les rythmes de croissance, le mode de ramification, monopodiale ou sympodiale, sont importants dans la réalisation des types architecturaux.

Le port spécifique d'une espèce est[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : agrégé de l'Université, assistant à l'École normale supérieure de Saint-Cloud

Classification

Pour citer cet article

Christian BOCK. PORT, botanique [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références

  • ANGIOSPERMES

    • Écrit par et
    • 6 132 mots
    • 8 médias
    Les plantes à fleurs se répartissent en quatre grandes catégories selon leur aspect général (on parle de port) et leur mode de croissance. Le port arborescent (arbres) qualifie les plantes dont la tige principale, fortement lignifiée, atteint une hauteur de plus de 2 ou 3 mètres (cette limite étant souple)...
  • ARBRE

    • Écrit par
    • 4 236 mots
    • 4 médias
    Souvent, même lorsqu'il est défeuillé, on peut reconnaître un arbre à son port. Ce caractère physionomique tient à plusieurs causes : taille et forme du tronc, angles que forment les branches entre elles, importance relative des rameaux...
  • DÉVELOPPEMENT, biologie

    • Écrit par , et
    • 19 221 mots
    • 14 médias
    ...d'une sorte de squelette cellulaire capable de résister aux contraintes mécaniques externes. Elle a donc été déterminante pour l'acquisition du port érigé des organismes et pour leur adaptation – et leur réussite – en milieu terrestre. Ainsi, le port d'un arbre est rendu possible uniquement par...
  • HERBACÉS GROUPEMENTS

    • Écrit par
    • 5 006 mots
    • 11 médias
    ...Ce sont parfois aussi des chaméphytes (végétaux nains) caractérisés par leurs bourgeons dormant au-dessus du sol mais à faible distance ; leur port est érigé (thym vulgaire), prostré (serpolet) ou en coussinet, traduisant dans chaque cas un mode déterminé de résistance aux conditions extrêmes....