POLYCLÈTE (env. 480-apr. 420 av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Sculpteur grec originaire d'Argos, l'un des centres traditionnels de travail du bronze dans le Péloponnèse, Polyclète fut presque exclusivement un bronzier, dont l'œuvre nous est connue grâce à de très nombreuses copies en marbre d'époque romaine. Il s'agit de figures masculines nues, thème majeur de l'art grec, qu'il a renouvelé en établissant un modèle athlétique qui fit époque : d'abord diffusé par une école qui le prolonge pendant un siècle au moins, il est repris et varié à l'infini par l'éclectisme romain, féru de classicisme. Le volumineux catalogue de l'exposition du Liebighaus de Francfort (Polyklet, der Bildhauer der griechischen Klassik, Verlag Philipp von Zabern, Mayence, 1990) a fait commodément le point sur cet artiste majeur.

Le Doryphore, c'est-à-dire le Porteur de lance, est l'aboutissement de ses recherches sur le corps masculin au repos, consignées également dans un traité, le Canon, dont nous ne connaissons que quelques citations. Il y propose une formule plastique fondée sur une combinaison très complexe de proportions ne laissant rien au hasard : « l'œuvre réussie est, à peu de chose près, le produit de nombreux chiffres », aurait dit l'artiste. De ce système, typique du formalisme classique, on s'efforce aujourd'hui de retrouver la trame, mais l'incertitude reste grande (voir le catalogue de l'exposition de l'Antikenmuseum de Bâle : Der Entwurf des Künstlers, Bildhauerkanon in der Antike und Neuzeit, Bâle, 1992) ; du moins peut-on en apprécier l'effet.

Polyclète instaure une pondération nouvelle : la jambe fléchie, portée en arrière au niveau du talon de la jambe d'appui, ne repose que sur les doigts de pied... Cette attitude, tout en suggérant la profondeur, donne plus de légèreté et de souplesse à la figure. Le hanchement marqué qu'elle provoque est compensé par l'inclinaison inverse des épaules, ce qui inscrit le tronc dans un trapèze qui définit le chiasme typique des figures polyclétéennes. La tête, dont la sphéricité est accentuée par le peu de volume d'une chevelure en courtes mèches courbes et plates, est tournée du côté de la jambe d' [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : ancien membre de l'École française d'Athènes, professeur émérite d'archéologie grecque à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Autres références

«  POLYCLÈTE (env. 480-apr. 420 av. J.-C.)  » est également traité dans :

ANATOMIE ARTISTIQUE

  • Écrit par 
  • Jacques GUILLERME
  •  • 8 905 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Du réseau égyptien au canon de Polyclète »  : […] L'effigie est communément produite chez les Égyptiens dans une intention magique. Beaucoup de leurs images n'étaient pas faites pour la vue ; enfouies dans la nuit du sépulcre, leur mission était de capter et supporter une vie d'au-delà . De l'homme, une forme symbolique est conservée, libérée du temps et, par conséquent, de la représentation organique. Invariablement, la plastique égyptienne met […] Lire la suite

CRITIQUE D'ART, Antiquité gréco-romaine

  • Écrit par 
  • Agnès ROUVERET
  •  • 4 829 mots

Dans le chapitre « Art et savoir (« téchnē/epistémē ») : la revendication des artistes »  : […] Depuis le vi e  siècle et surtout au cours des v e et iv e  siècles, architectes, peintres et sculpteurs avaient laissé, en dehors de la transmission orale dans le secret des ateliers, des traités écrits sur leur art. Ainsi Vitruve donne-t-il dans la préface du livre VII (paragr. 7 à 11) une liste d'architectes, de peintres et de sculpteurs auteurs de traités. Il est significatif qu'il commence […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Les arts de la Grèce

  • Écrit par 
  • Pierre DEVAMBEZ, 
  • Agnès ROUVERET
  •  • 18 509 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre «  Le classicisme »  : […] On a l'impression que jusqu'à cette époque aucune doctrine artistique ne s'était imposée ; que des modes, bien sûr, avaient parfois prévalu, mais que jamais, si éminente que fût sa personnalité, aucun maître n'avait dominé ses contemporains. C'est au contraire une sorte d'hégémonie que, pendant une vingtaine d'années, va exercer Phidias. Athénien de naissance, homme de confiance de Périclès, il e […] Lire la suite

PORTRAIT, art grec

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 1 344 mots
  •  • 3 médias

Que l'art grec, si exclusivement attaché à la représentation de la figure humaine, ait tardé à pratiquer le portrait, ce n'est un paradoxe qu'en apparence : durant toute la période archaïque et jusqu'au second classicisme du ~ iv e siècle, les artistes grecs sont restés tributaires des types créés au ~ vii e siècle pour des fins religieuses. Couroi et corés, quand bien même placés sur des tombes […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bernard HOLTZMANN, « POLYCLÈTE (env. 480-apr. 420 av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 décembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/polyclete/