POLITIQUELa science politique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Définition et méthodes

Choix d'une définition et d'une dénomination

Ayant déterminé son objet et sa nature, il est possible de proposer une définition de la science politique. On dira qu'elle est la connaissance descriptive, explicative et prospective des phénomènes concernant l'État et les sociétés de même ordre qui le précèdent, le remplacent, l'accompagnent ou le dépassent.

Opposée à la conception analytique des sciences politiques spécialisées, cette conception synthétique invite à rechercher, pour la science politique, une dénomination concise qui ne porte pas le poids des confusions du passé et qui évoque ainsi l'existence ou au moins la recherche d'un système d'ensemble logique et articulé.

Par ailleurs, besoin est encore de choisir un terme pour désigner les hommes de science qui s'adonnent à l'étude de la politique. On ne saurait les appeler « politiques », et moins encore « politiciens », ces vocables visant les hommes d'action engagés dans la vie publique à ses divers échelons. Plusieurs vocables ont été proposés ou suggérés. Pour la science elle-même, on a avancé « statistique », « cybernétique », « statologie », « politicologie » ; pour les adeptes de la science, on a retenu « politicologues », « politistes » ou même le terme anglais political scientists. Toutes ces appellations sont, à divers titres, récusables. Par contre, échappent à la plupart des griefs les vocables « politologie » et « politologues » apparus quasi simultanément il y a une quinzaine d'années en Allemagne et en France. Déjà utilisé en 1948 par Eugen Fischer Baling, le terme « politologie » a été lancé en 1954 par le professeur Gert von Einern (dans le premier numéro de la Zeitschrift für Politik). En France, la même année, un critique littéraire, André Thérive, interpellé par Julien Freund, avait lui-même « mis politologue sur les fonts baptismaux » (Carrefour, 11 août 1954).

Certaines objections ont été faites aux deux termes, dont la moins piquante n'est pas que ces vocables, correctement formés de deux racines grecques (ce qui n'es [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages





Écrit par :

  • : sénateur, recteur honoraire, professeur à la faculté de droit et des sciences économiques de Paris

Classification


Autres références

«  POLITIQUE  » est également traité dans :

POLITIQUE - La philosophie politique

  • Écrit par 
  • Éric WEIL
  •  • 10 294 mots

La philosophie politique se définit, depuis ses débuts en Grèce, comme la tentative de saisir par la pensée la nature (la structure fondamentale) de l'État. Elle n'est pas une science positive des phénomènes politiques, des facteurs observables, des faits statistiques, etc., données dont elle profitera pour pouvoir vé […] Lire la suite

POLITIQUE - Le pouvoir politique

  • Écrit par 
  • Jean William LAPIERRE
  •  • 7 276 mots

La lutte pour le pouvoir est au centre de la vie politique : selon les sociétés et les régimes, des partis, des factions, des clans ou des familles se battent pour prendre le pouvoir ou s'y maintenir. La réflexion sur le pouvoir est au centre de la philosophie politique : depuis Platon, elle ne cesse de se demander […] Lire la suite

POLITIQUE - Les régimes politiques

  • Écrit par 
  • Georges BURDEAU
  •  • 8 477 mots

Jusqu'à une époque que l'on peut approximativement fixer aux alentours de la Première Guerre mondiale la distinction entre la société et l'État, c'est-à-dire entre le social et le politique, permettait de cerner la notion de régime politique par des contours relativement précis et spécifiques. Le régime politique d'un Éta […] Lire la suite

POLITIQUE - La sociologie politique

  • Écrit par 
  • Delphine DULONG
  •  • 1 399 mots

Expliquer ce qu'est lasociologie politique serait assez simple si cette sous-discipline des sciences sociales était née dans des laboratoires de sociologie et si ceux qui s'en réclament aujourd'hui partageaient la même conception de leur travail. On pourrait alors se contenter de dire, sans nulle autre précision, qu'il s'agit d'une approche sociologique des phénomènes politiques. Mais l'histoire e […] Lire la suite

POLITIQUE - La communication politique

  • Écrit par 
  • Jacques GERSTLÉ
  •  • 3 388 mots
  •  • 1 média

Si la révolution de l'information et de la communication qui a pris naissance au xxe siècle présente la même portée que la révolution industrielle du siècle précédent, en permettant l'émergence d'une production immatérielle en voie de supplanter la pr […] Lire la suite

1848 ET L'ART (expositions)

  • Écrit par 
  • Jean-François POIRIER
  •  • 1 190 mots

Deux expositions qui se sont déroulées respectivement à Paris du 24 février au 31 mai 1998 au musée d'Orsay, 1848, La République et l'art vivant , et du 4 février au 30 mars 1998 à l'Assemblée nationale, Les Révolutions de 1848, l'Europe des images ont proposé une réflexion remarquable sur un épisode important des rapports entre art et politique. Contrairement à la révolution de 1830 à laquelle […] Lire la suite

ABRABANEL (1437-1509)

  • Écrit par 
  • Colette SIRAT
  •  • 909 mots

Abrabanel ou Abarbanel (Isaac ben Juda ou Yzḥaq ben Yehūdah) est considéré comme le dernier philosophe juif d'Espagne. Il fut d'abord un homme d'État et servit la maison royale d'Espagne jusqu'à l'expulsion des Juifs, en 1492. Il se réfugia alors en Italie où il composa ses ouvrages, qui consistent surtout en des commentaires. Ces œuvres sont le reflet de l'époque : par leur étendue d'abord et pa […] Lire la suite

ABSTENTIONNISME

  • Écrit par 
  • Daniel GAXIE
  •  • 6 285 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'explication politique »  : […] Une deuxième tradition privilégie l'explication « politique ». Françoise Subileau et Marie-France Toinet soutiennent en ce sens que l'électeur participe d'autant plus volontiers qu'il perçoit l'utilité politique de son vote. L'abstention est également expliquée par des raisons et des raisonnements politiques. Ce sont par exemple des situations hégémoniques sans espoir de basculement qui démobilis […] Lire la suite

ACTION HUMANITAIRE INTERNATIONALE

  • Écrit par 
  • Pierre GARRIGUE
  • , Universalis
  •  • 7 272 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'entrée en scène de l'humanitaire d'État »  : […] Dès la fin des années 1970, on voit se dessiner dans les grandes démocraties, nettement à travers le discours et de façon plus floue dans la pratique, l'idée d'une politique étrangère au service de l'action humanitaire et des droits de l'homme. Aux États-Unis, Jimmy Carter, dont le sous-secrétaire d'État, Christopher Warren, déclare dans un discours prononcé en février 1978 à La Nouvelle-Orléans  […] Lire la suite

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Littératures

  • Écrit par 
  • Jean DERIVE, 
  • Jean-Louis JOUBERT, 
  • Michel LABAN
  •  • 16 604 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « En Afrique »  : […] Cette néo-oralité concerne : – en premier lieu, la médiatisation par la radio, la télévision ou les disques et cassettes de genres oraux traditionnels, parfois quelque peu adaptés aux exigences de ces médias. De nombreux pays réservent des émissions où conteurs et artistes de la parole interprètent dans une des langues nationales des œuvres d'un répertoire traditionnel. Cette pratique a même pu d […] Lire la suite

AGENCE FRANÇAISE POUR LA BIODIVERSITÉ

  • Écrit par 
  • Denis COUVET
  •  • 1 548 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un appui aux politiques publiques »  : […] L’Agence française pour la biodiversité devra s’occuper des différentes politiques publiques existant déjà dans ce domaine. Elle devra contribuer aux comptes rendus prévus, coopérer avec les instances européennes et internationales, appuyer la mise en œuvre des directives européennes et des conventions internationales concernant l’eau et la biodiversité. Ces conventions sont principalement la C.D […] Lire la suite

ALAIN ÉMILE CHARTIER, dit (1868-1951)

  • Écrit par 
  • Robert BOURGNE
  •  • 4 551 mots

Dans le chapitre « Journalisme et politique »  : […] L'élément dans lequel l'écrivain Alain opère sa pensée est la plénitude de la langue naturelle. En cela l'écriture ne vient pas orner la méditation : elle a une fonction philosophique, car elle signifie et actualise le nécessaire débordement de la pensée logique, et elle explicite le rejet du formalisme en quoi se retranche la rationalité scientifique sous l'aspect linguistique ou épistémologique. […] Lire la suite

ALMOND GABRIEL ABRAHAM (1911-2002)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 345 mots

Spécialiste américain de science politique né le 12 janvier 1911 à Rock Island (Illinois) et mort le 25 décembre 2002 à Pacific Grove (Californie). Gabriel Abraham Almond est connu pour ses travaux sur la nature et l'évolution des systèmes politiques. Almond obtient son doctorat à l'université de Chicago en 1938 et enseigne au Brooklyn College de 1939 à 1946 – sauf entre 1942 et 1945, période dura […] Lire la suite

AMÉNAGEMENT LINGUISTIQUE

  • Écrit par 
  • Loïc DEPECKER
  •  • 4 727 mots

La réflexion sur le concept d'aménagement des langues est récente. Heinz Kloss fut l'un des premiers à en poser les fondements, en 1969, par la distinction restée à ce jour opératoire entre language corpus planning et language status planning . La “planification” du corpus concerne toute intervention sur la forme de la langue (système d'écriture, graphie, lexique, etc.). La “planification” du sta […] Lire la suite

ANDERSON BENEDICT (1936-2015)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 1 219 mots

L’historien et politologue irlandais Benedict Anderson tient une place importante dans l’historiographie anglo-saxonne pour ses travaux sur les origines du nationalisme. Benedict Richard O’Gorman Anderson est né le 26 août 1936 à Kunming, dans le sud de la Chine, où son père occupe un poste au Bureau des douanes maritimes de l’Empire, un organisme britannique chargé de superviser le commerce avec […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE POLITIQUE

  • Écrit par 
  • Georges BALANDIER
  •  • 5 804 mots
  •  • 1 média

L'anthropologie politique poursuit un projet fort ancien orientant déjà la réflexion d'Aristote dans sa Politique  : la définition de l'homme en tant qu'être « naturellement » politique. Elle apparaît, sous sa forme moderne, comme une discipline de constitution tardive ; elle délimite alors un domaine d'étude au sein de l'anthropologie sociale ou de l'ethnologie. Elle s'attache à la descriptio […] Lire la suite

ARISTOTE

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 23 833 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La politique »  : […] Au livre I er de l' Éthique à Nicomaque , Aristote désignait la politique comme « la première des sciences, celle qui est plus que toute autre architectonique ». Cette affirmation, étrange pour nous, était justifiée par le fait que la politique est la science des fins les plus hautes de l'homme, par rapport auxquelles, les autres ne sont que moyens. De fait, s'il est vrai, comme nous l'apprend le […] Lire la suite

ARISTOTÉLISME

  • Écrit par 
  • Hervé BARREAU
  •  • 2 239 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'éthique et la politique »  : […] Pour Aristote l'éthique et la politique sont des disciplines connexes : toutes deux traitent du souverain bien, qui n'est pas idéal mais ne se distingue pas du bonheur, et qui se propose autant à l'individu humain qu'à la cité, forme achevée de la vie sociale. D'ailleurs l'individu libre est le citoyen d'une cité et la justice du citoyen est sa conformité aux lois d'une cité. Il n'en reste pas mo […] Lire la suite

ARTHAŚĀSTRA

  • Écrit par 
  • Charles MALAMOUD
  •  • 2 779 mots

Dans le chapitre « Kauṭilya »  : […] Tel que nous le lisons aujourd'hui, le texte de l' Arthaśāstra est d'abord celui de manuscrits découverts dans l'Inde du Sud, dans les premières années du xx e siècle. Cette trouvaille a ouvert un domaine nouveau aux études indiennes et fourni le thème d'âpres polémiques. Les Indiens, en général, s'enorgueillissent de ce traité original de politique, qui ne doit rien à Aristote et qui, par son […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

31 décembre 1984 • États-Unis • Retrait des États-Unis de l'U.N.E.S.C.O.

Les États-Unis quittent l'Organisation des nations unies pour l'éducation, la science et la culture. Ce retrait, qui prive l'Organisation du quart de son budget, sanctionne, selon Washington, la gestion controversée du secrétaire général, Amadou Mahtar M'Bow, ainsi que la dérive politique [...] Lire la suite

14 septembre - 2 octobre 1981 • Royaume-Uni • Remaniement gouvernemental et congrès des partis libéral et travailliste

Le 14, Margaret Thatcher procède à un remaniement de son gouvernement. Dix postes sur vingt-deux sont affectés par ce mouvement. James Prior passe du secrétariat à l'Emploi au secrétariat pour l'Irlande du Nord, sir. Keith Joseph de l'Industrie à la Science. Nigel Lawson remplace David Howell [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Marcel PRÉLOT, « POLITIQUE - La science politique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/politique-la-science-politique/