ABRABANEL (1437-1509)

Abrabanel ou Abarbanel (Isaac ben Juda ou Yzḥaq ben Yehūdah) est considéré comme le dernier philosophe juif d'Espagne. Il fut d'abord un homme d'État et servit la maison royale d'Espagne jusqu'à l'expulsion des Juifs, en 1492. Il se réfugia alors en Italie où il composa ses ouvrages, qui consistent surtout en des commentaires. Ces œuvres sont le reflet de l'époque : par leur étendue d'abord et par un raffinement scolastique un peu verbeux qui marque la fin de l'aristotélisme ; par leur érudition et par l'accumulation des discussions qui cache mal une pensée peu originale ; enfin, par des conclusions souvent contradictoires, qui reflètent le déchirement de la génération de l'Expulsion.

Le conflit entre les théories philosophiques universalistes et un attachement plus proprement religieux à la tradition existait depuis plus de deux siècles chez les penseurs juifs. La philosophie sous sa forme averroïste admettait généralement que la vérité philosophique ne différait de la vérité religieuse qu'en ce que la première est démontrée aux savants capables de la comprendre, tandis que la seconde, nécessaire à la vie politique, est destinée au peuple. Dans la période du grand danger couru par l'ensemble du peuple juif, savant et non savant, qui fut celle d'Abrabanel, le conflit ne pouvait être que plus aigu encore. Deux attitudes étaient possibles : retourner à un judaïsme fidéiste en acceptant la tradition, à laquelle s'identifiait souvent la Kabbale – c'est celle qu'adopta (avec beaucoup de modération) Isaac Abrabanel –, ou bien s'assimiler plus encore à la culture humaniste du monde chrétien – c'est ce que fit Judas, son fils (Léon l'Hébreu), qui se fixa en Italie et composa les Dialoghi d'amore.

C'est à la manière philosophique traditionnelle qu'Abrabanel aborde les grands problèmes posés à la conscience religieuse médiévale (création, prophétie), c'est Maimonide qu'il défend contre les attaques de Crescas. Mais la solution qu'il adopte finalement est influencée par la Kabbale et Isaac Arama : Dieu ne peut aucunement être connu par [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

  • : docteur ès lettres, directeur d'études à l'École pratique des hautes études (IVe section), chef de la section de paléographie hébraïque, Institut de recherche et d'histoire des textes, C.N.R.S.

Classification

Pour citer l’article

Colette SIRAT, « ABRABANEL (1437-1509) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 août 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/abrabanel/