PLASTIQUES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un premier âge

Vers le milieu du xixe siècle, la pénurie en ivoire devint préoccupante. En Europe et aux États-Unis, on en faisait notamment des boules de billard. Une firme qui produisait celles-ci, Phelan & Collander, lança un concours pour un produit de remplacement : l'inventeur recevrait 10 000 dollars, somme alors considérable. L'Anglais Alexander Parkes (1813-1890), inventeur prolifique, trouva en 1856 un ersatz, la Parkesine. Elle est faite de cellulose traitée par de l'acide nitrique – un « collodion » –, et l'incorporation d'éthanol (l'alcool ordinaire) comme solvant la rendait plastique. Cet ivoire artificiel valut à Parkes la renommée. Daniel Spill (1832-1887), qui fabriquait des imperméables pour son frère George, fut séduit par l'imperméabilité de la Parkesine. La société George Spill & Co, à Stepney Green, près de Londres, commença donc à la fabriquer. Mais cette matière demeurait onéreuse, en raison de l'alcool entrant dans sa composition. De plus elle avait pour défaut de se déformer et de se fissurer rapidement.

L'annonce du prix de Phelan & Collander mit l'Américain John Wesley Hyatt (1837-1920) en quête lui aussi d'ivoire artificiel. Comme Spill et Parkes, Hyatt incorpora du camphre au collodion. Mais il eut l'idée astucieuse, pour éviter l'ajout d'éthanol, d'additionner le camphre à chaud et sous pression. De ce fait, son produit ne présentait plus le vieillissement rapide de la Parkesine. Il le breveta et mit sur le marché en 1863 ce dérivé de la cellulose, sous le nom de Celluloïd. John W. Hyatt (qui s'associa avec son frère Isaiah Smith) construisit des machines permettant de mouler le Celluloïd par injection. Fille de deux substances naturelles, la cellulose du bois et le camphre, la première matière plastique artificielle était née. La Parkesine ne soutint pas la concurrence. Sa fabrication cessa dès 1868. En 1870, les frères Hyatt fondèrent une première société à Albany, l'Albany Dental Plate Company [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

  • : professeur honoraire à l'École polytechnique et à l'université de Liège (Belgique)

Classification

Autres références

«  PLASTIQUES  » est également traité dans :

ACROLÉINE

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 227 mots

Aldéhyde acrylique Masse moléculaire : 56,06 g Masse spécifique : 0,841 g/cm 3 Point d'ébullition : 52,5 0 C Point de fusion : —87,7 0 C. Liquide incolore, inflammable, à odeur âcre. L'acroléine, ou propénal (prop-2-énal) possède les propriétés dues au groupement aldéhyde et à la présence de la double liaison (addition d'hydracides). L'acroléine a, de plus, une propriété particulière : elle peut j […] Lire la suite

ARCHITECTURE (Matériaux et techniques) - Plastique

  • Écrit par 
  • Hubert TONKA
  •  • 3 124 mots

Dans le chapitre « L'économie esthétique des plastiques »  : […] Les plastiques apparurent très tardivement dans l'art. Leur usage courant, en dehors de quelques utilisations techniques précises, en faisait un matériau à la fois trop connu et étrange. Étrange, parce qu'au-delà de son apparence familière sa mise en œuvre est complexe ; elle fait appel à une chimie mystérieuse. Mais le résultat ne montre rien de la poésie de la fabrication. Ce matériau, on le vo […] Lire la suite

BAEKELAND LEO HENDRIK (1863-1944)

  • Écrit par 
  • Georges BRAM
  •  • 219 mots

Chimiste américain d'origine belge né à Gand et mort à Beacon (État de New York). Après avoir effectué ses études supérieures à l'université de sa ville natale, il y obtient en 1884 un doctorat en sciences naturelles et y commence une carrière d'enseignant. En 1889, son voyage de noces l'ayant amené aux États-Unis, il décide de s'installer dans ce pays dont il obtient la nationalité. La société qu […] Lire la suite

BAKÉLITE

  • Écrit par 
  • Olivier LAVOISY
  •  • 208 mots

En 1907, le chimiste américain d'origine belge Leo Hendrik Baekeland met au point la Bakélite, nom commercial de la résine synthétique à base de phénols et de formaldéhyde. Résistante à la chaleur et à de nombreux produits chimiques, isolant électrique, légère et semi-transparente, la Bakélite peut se substituer à de nombreux matériaux tels que la porcelaine ou encore le celluloïd, premier plasti […] Lire la suite

CHIMIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Élisabeth GORDON, 
  • Jacques GUILLERME, 
  • Raymond MAUREL
  •  • 11 167 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La chimie moléculaire et la biochimie »  : […] La chimie organique traditionnelle s'est fortement élargie et s'étend aussi bien aux molécules biologiques complexes qu'aux molécules inorganiques ou aux macromolécules. Elle crée des édifices plus ou moins complexes et explique leurs propriétés. Outre les composés organiques classiques, on prépare et on étudie des molécules dans lesquelles le squelette organique est lié à des atomes métalliques […] Lire la suite

COLLAGE, physique

  • Écrit par 
  • Jacques COGNARD
  •  • 6 457 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le traitement plasma »  : […] La formation d'un gaz ionisé, le « plasma », au voisinage de la surface des substrats permet de modifier l'adhérence des colles. Certains travaux expérimentaux décrivent un effet sur les surfaces d'acier, mais cela n'est pas courant. En revanche, l'effet du plasma sur les matières plastiques est spectaculaire. Il est attribué, en partie, à la formation de groupes polaires ; sur une surface plast […] Lire la suite

ÉCONOMIE CIRCULAIRE

  • Écrit par 
  • Cécile EZVAN
  •  • 4 896 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Vers une société circulaire »  : […] Le passage des modèles linéaires aux modèles circulaires ne va pas de soi. Il s’agit d’un radical changement de paradigme qui se fait par étapes. Le premier stade micro-circulaire, à l’échelle d’une entreprise ou d’une gamme de produits, permet de développer des « outils utiles ». Il présente néanmoins plusieurs risques et en particulier celui d’un « effet rebond », qui voit croître la production […] Lire la suite

ÉLASTOMÈRES ou CAOUTCHOUCS

  • Écrit par 
  • Christian HUETZ DE LEMPS, 
  • Françoise KATZANEVAS
  •  • 7 914 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Caractéristiques fondamentales des élastomères »  : […] Bien que faisant partie d'une seule et même grande famille, celle des polymères, les élastomères ont un comportement très particulier et très différent des matières plastiques, ou plastomères. Pour qu'un matériau soit mécaniquement reconnu comme un caoutchouc, il doit être : – souple, c'est-à-dire de faible rigidité (quelques mégapascals) ; – hautement déformable, c'est-à-dire capable de supporte […] Lire la suite

EXTRÉMOPHILES

  • Écrit par 
  • Jacques DIETRICH, 
  • Jean GUEZENNEC
  •  • 2 850 mots

Dans le chapitre « Les polymères bactériens »  : […] Parmi les polymères d'origine biologique (biopolymères), les polysaccharides, longues molécules formées de l'enchaînement de motifs similaires, en l'occurrence de glucides appelés couramment sucres, présentent une diversité de structure qui offre un large spectre de propriétés fonctionnelles. Outre l'intérêt connu de ces biopolymères dans l'exploitation pétrolière, dans l'agro-alimentaire comme a […] Lire la suite

FROTTEMENT

  • Écrit par 
  • Jacques-Jean CAUBET, 
  • Jean POLTI
  •  • 3 375 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Données numériques et conclusions pratiques »  : […] Dans les problèmes de freinage, on cherche à avoir les coefficients de frottement les plus élevés, mais il est difficile, sans courir le risque d'une détérioration rapide des surfaces, de dépasser f  = 0,5. En mécanique, on cherche généralement, au contraire, à obtenir les coefficients de frottement les plus faibles. En première approximation, on obtient les valeurs suivantes : – acier cémenté tre […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre LASZLO, « PLASTIQUES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/plastiques/