Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ARCHITECTURE (Matériaux et techniques) Plastique

Il est devenu banal de souligner, à propos de l'« architecture en plastique », que, bien qu'on en parle beaucoup, les réalisations de ce type sont rares et en restent au stade expérimental.

Au contraire, les statistiques relatives à la construction mettent en évidence une grande progression dans l'emploi des plastiques.

Il est clair que l'expression « architecture en plastique » ne fait pas allusion à la quantité de ce matériau utilisée, mais à un certain type d'architecture lié aux caractéristiques particulières du plastique et à toutes les relations imaginaires qu'un matériau nouveau entretient avec les signes de la modernité. Le mot « architecture », en effet, renvoie à deux réalités bien distinctes : d'une part, la construction, c'est-à-dire les modalités techniques selon lesquelles sont édifiés les bâtiments, et, d'autre part, ce que l'on appelle habituellement l'architecture, c'est-à-dire le référentiel esthétique général qui permet de situer la construction dans la catégorie des productions artistiques et de l'articuler sur une pratique sociale.

Dans la société industrielle moderne, cette confusion entre technique de construction et catégorie de l'esthétique est loin d'être innocente et paraît particulièrement significative en ce qui concerne l'« architecture en plastique ».

Il semble que, lorsqu'on évoque l'architecture en plastique, on entende, et c'est une attitude relativement nouvelle, que la totalité du bâtiment est constituée de plastique. Ce matériau polymorphe qui peut être à la fois souple et dur, opaque, transparent ou translucide, qui est mauvais conducteur du bruit et de la chaleur, se substitue en quelque sorte à tous les autres matériaux, dans l'imaginaire et, potentiellement, dans la réalité. Mais cette universalité le trahit ; à pouvoir tout faire il devient suspect, on s'en méfie ! Il est maintenant associé à la vulgarité de ses utilisations banales. Et, paradoxalement, cette souplesse d'emploi, cette diffusion populaire du plastique constitue un obstacle majeur à son entrée dans cette catégorie noble de l'art : l'architecture. Dans sa nouveauté, il s'inscrit à la fois comme signe de la modernité la plus avancée et comme indice de la décadence de l'esthétique moderne (« mauvais goût » et « camelote »). Il existerait donc une architecture de « camelote » en contradiction fondamentale avec l'immutabilité des valeurs culturelles que sous-entend le mot « architecture ». À partir de cette contradiction entre modernité et culture s'organise une certaine utilisation des plastiques dans la construction.

À partir du découpage traditionnel entre gros œuvre (infrastructure) et second œuvre (superstructure) des bâtiments, on peut établir une histoire de l'utilisation des plastiques. Tandis que dans le second œuvre ce matériau est largement utilisé : tuyauterie, gouttières et chéneaux, étanchéités, joints, revêtements de sol, panneaux de façade, équipement électrique et même mobilier et équipement sanitaire incorporés, dans le gros œuvre on n'a affaire pour l'instant qu'à des applications expérimentales qui mettent à profit ses qualités propres : coques moulées, éléments structurels combinables. Dans ce type de construction, la séparation entre ce qui ressortit au second œuvre et ce qui constitue l'infrastructure tend à disparaître par la possibilité que l'on a de combiner des éléments modulaires où tout serait incorporé. C'est probablement ce modèle théorique de la maison préfabriquée conçue d'une seule pièce et livrée toute faite, phantasme ultime de la toute-puissance créatrice de l'architecte, qui représente le facteur de « libération » le plus sérieux de la construction en plastique. L'architecture[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : assistant associé à l'institut d'urbanisme de Paris

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ARCHITECTURE & ÉTAT AU XXe SIÈCLE

    • Écrit par Anatole KOPP
    • 3 970 mots
    • 3 médias

    L'intervention de l' État dans le domaine de l' architecture ne constitue pas un phénomène nouveau. De tout temps et sous tous les régimes, l'État est intervenu dans la mesure où toute réalisation architecturale met en cause les intérêts de couches de population bien plus larges que celles...

  • ARCHITECTURE & MUSIQUE

    • Écrit par Daniel CHARLES
    • 7 426 mots
    • 1 média

    La comparaison, tentée à maintes reprises, entre architecture et musique a donné lieu en général à des slogans du genre « l'architecture est une musique figée ». On ne s'est pas privé non plus de constater que les œuvres de la « grande » musique occidentale s'étaient peu à peu solidifiées en objets,...

  • INGÉNIEUR ET ARCHITECTE

    • Écrit par Antoine PICON
    • 4 261 mots
    • 5 médias

    Au cours de la Renaissance, les figures de l'architecte et de l'ingénieur se confondent pratiquement. Filippo Brunelleschi, généralement considéré comme un des pères fondateurs de l'architecture renaissante, est presque autant ingénieur qu'architecte. Ne conçoit-il pas les machines destinées...

  • ANDROUET DU CERCEAU JACQUES (1520-1586)

    • Écrit par Jean GUILLAUME
    • 967 mots

    Jacques Androuet du Cerceau (appelé le plus souvent « Du Cerceau », dû au motif de l'enseigne de la boutique de son père qui était marchand de vin) fut à la fois un graveur, un dessinateur, un créateur d'ornements, un inventeur d'architectures réelles ou imaginaires et l'auteur du premier ouvrage...

  • ANTHROPOMORPHIQUE ARCHITECTURE

    • Écrit par Martine VASSELIN
    • 1 060 mots

    De tout temps les architectes ont senti qu'il existait des affinités autres que d'usage entre les édifices et les hommes. La critique architecturale l'exprime confusément qui parle de l'ossature, des membres, de la tête ou de l'épiderme d'une construction. Mais cette impression...

  • APPAREIL, architecture

    • Écrit par Roland MARTIN
    • 4 325 mots
    • 2 médias

    En termes d' architecture, l'appareil désigne les modalités d' assemblage, de liaison et de mise en valeur des matériaux de la construction. Il est un des éléments essentiels du caractère de l'édifice dont il souligne au premier coup d'œil les structures et souvent la fonction....

  • ARC DE TRIOMPHE

    • Écrit par Gilbert-Charles PICARD
    • 1 627 mots
    • 9 médias

    Un arc de triomphe est une structure architectonique composée de deux pylônes reliés par une voûte en plein cintre ; elle supporte par son intermédiaire un attique, base rectangulaire massive qui elle-même porte des statues. L'arc comprend en outre des colonnes plaquées contre les pylônes qui soutiennent...

  • Afficher les 40 références

Voir aussi