BAKÉLITE

En 1907, le chimiste américain d'origine belge Leo Hendrik Baekeland met au point la Bakélite, nom commercial de la résine synthétique à base de phénols et de formaldéhyde. Résistante à la chaleur et à de nombreux produits chimiques, isolant électrique, légère et semi-transparente, la Bakélite peut se substituer à de nombreux matériaux tels que la porcelaine ou encore le celluloïd, premier plastique mis au point par l'Américain John W. Hyatt à la fin des années 1860. Il semble que cette résine ait été découverte avant Baekeland mais c'est ce dernier qui a mis au point le procédé d'obtention de ce premier plastique thermodurcissable, c'est-à-dire durci de façon permanente après chauffage et moulage. Cette propriété ouvre à ce composé une variété d'usages en électricité, chimie, etc. Pour ses recherches, Baekeland a utilisé l'argent qu'Eastman Kodak lui avait versé pour acquérir son brevet sur un papier photographique ainsi que l'entreprise qu'il avait fondée pour le commercialiser. Le développement de la Bakélite aux propriétés étonnantes marque le début de l'industrie des plastiques qui se développera au cours du xxe siècle.

—  Olivier LAVOISY

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

Classification


Autres références

«  BAKÉLITE  » est également traité dans :

BAEKELAND LEO HENDRIK (1863-1944)

  • Écrit par 
  • Georges BRAM
  •  • 219 mots

à partir de 1905, il étudie les produits de condensation du formol et du phénol. Cela le conduit, en 1907, à la découverte de la Bakélite, premier plastique thermodurcissable, c'est-à-dire durci de façon permanente après chauffage et moulage. Ce matériau, résistant à la chaleur et excellent isolant électrique, marque le début de l'industrie des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leo-hendrik-baekeland/#i_12783

MATÉRIAUX

  • Écrit par 
  • François DAGOGNET
  •  • 6 597 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La deuxième génération »  : […] les ressources naturelles qu'on dénaturait. Ainsi, Leo Baekeland crée le premier plastique véritable, la bakélite. Il part de l'acide phénolique et du formol, en présence de catalyseurs alcalins, d'où une sorte de gomme-laque, capable de remplacer des productions connues et diverses – comme l'onyx, la porcelaine, le marbre –, elle-même […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/materiaux/#i_12783

PHÉNOLS

  • Écrit par 
  • Jacques METZGER
  •  • 3 378 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Hydroxyalkylation »  : […] Ce dernier s'anhydrise, par départ d'eau entre deux hydroxyles alcooliques, pour former une résine tridimensionnelle appelée « bakélite ». Il est d'ailleurs possible que, dans les bakélites, les ponts qui unissent les noyaux ne soient pas exclusivement − CH2 − O − CH2, mais aussi − CH2 − O −, − CH2 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phenols/#i_12783

PLASTIQUES

  • Écrit par 
  • Pierre LASZLO
  •  • 4 106 mots

Dans le chapitre « Un premier âge »  : […] La Bakélite fut le premier plastique de synthèse. Son inventeur, le Belge Léo Baekeland (1863-1944), avait à Yonkers (New York) un laboratoire privé. Riche du million de dollars perçu de George Eastman pour l'invention antérieure d'un papier […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/plastiques/#i_12783

Pour citer l’article

Olivier LAVOISY, « BAKÉLITE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 octobre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bakelite/