PLASMODE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Masse de protoplasme visqueux, appartenant à des organismes singuliers, qui se rattachent, les uns aux bactéries (myxobactéries), les autres aux champignons (myxomycètes).

Les plasmodes de myxobactéries se rencontrent sur des milieux organiques humides (débris végétaux, sol moussu, etc.), sous l'aspect de masse gluante immobile, dotée d'une forme définie (vésicules, parfois attachées sur des pédicelles), contenant des inclusions non digérées et des bâtonnets ressemblant à des bactéries. Ils forment des spores.

Les plasmodes de myxomycètes se trouvent sur les sols de forêts humides, sous l'apparence de masses de protoplasme nu, mobiles grâce à des pseudopodes, et pouvant recouvrir des zones de quelques centimètres à deux ou trois décimètres de diamètre. On dirait une amibe géante, et l'affinité de ces plasmodes avec les protozoaires ou avec les champignons peut encore être discutée. Mais chaque plasmode contient des centaines de noyaux baignant dans un cytoplasme continu (structure cœnocytique), ainsi que des mitochondries et des vacuoles digestives. Les bactéries du sol constituent leur nourriture. Le cycle vital comporte aussi des phases flagellées et des zoospores.

Les plasmodes de myxomycètes ont servi de matériel d'étude pour les mouvements propres du cytoplasme. En effet, les pseudopodes y prennent souvent la forme de réseaux de canaux de calibres variés, qui sont le siège de pulsations à la fréquence d'environ une à la minute et variant avec la température, ainsi que de courants qui s'inversent par moments. Ces mouvements propres du cytoplasme (rendus spectaculaires par le cinéma accéléré) pourraient être liés au transport des substances dans le plasmode. En outre, les plasmodes présentent divers mouvements orientés par rapport à un stimulus (tactismes), rendus possibles par une protéine cytoplasmique contractile : c'est ainsi qu'ils fuient les fortes lumières (phototactisme négatif) et sont attirés par les zones de températures voisines de 30 à 35 0C, alors qu'ils évitent les températures supérieures (thermotactisme positif ou négatif) ; ils répondent aussi à des différences d'humidité ou d'acidité.

—  Jacques DAUTA

Écrit par :

Classification


Autres références

«  PLASMODE  » est également traité dans :

CŒNOCYTE ou CÉNOCYTE ou SYNCYTIUM

  • Écrit par 
  • Jacques DAUTA
  •  • 647 mots

Structure dérivée de la structure cellulaire et caractérisée par l'existence de noyaux plus ou moins nombreux au sein d'un cytoplasme indivis (absence de membrane plasmique). Synonymes de cœnocyte : syncytium, ou plasmode (ce dernier terme étant le plus souvent réservé aux cas des myxomycètes et des myxobactéries). Il suffit que la division des noyaux, constituant l'essentiel de la division cellul […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/coenocyte-cenocyte-syncytium/#i_2772

MYXOMYCÈTES

  • Écrit par 
  • Louis FAUREL
  •  • 2 027 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Plasmode »  : […] Le type primitif, ou protoplasmode, se réduit à une lame semi-fluide minuscule, amiboïde, à courants cytoplasmiques faibles. Le type le plus évolué, ou phanéroplasmode, a une structure beaucoup plus diversifiée, comportant un réseau de veines anastomosées, fortement ramifiées surtout vers la périphérie où les arbusculations terminales se fondent en une mince lame cytoplasmique plaquée sur le supp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/myxomycetes/#i_2772

THALLE

  • Écrit par 
  • Jean FELDMANN, 
  • Marie-Thérèse L'HARDY-HALOS
  •  • 3 946 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les archéthalles »  : […] Formées de cellules nues et amiboïdes, les structures archéthalliennes caractérisent l'appareil végétatif des Myxomycètes. Les archéthalles unicellulaires sont des amibes isolées et uninucléées susceptibles de se transformer en amibes géantes et plurinucléées qualifiées de plasmodes. Les archéthalles pluricellulaires appelés pseudoplasmodes sont des agrégats d'amibes uninucléées. Ces deux types d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thalle/#i_2772

Pour citer l’article

Jacques DAUTA, « PLASMODE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/plasmode/