CŒNOCYTE ou CÉNOCYTE ou SYNCYTIUM

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Structure dérivée de la structure cellulaire et caractérisée par l'existence de noyaux plus ou moins nombreux au sein d'un cytoplasme indivis (absence de membrane plasmique). Synonymes de cœnocyte : syncytium, ou plasmode (ce dernier terme étant le plus souvent réservé aux cas des myxomycètes et des myxobactéries). Il suffit que la division des noyaux, constituant l'essentiel de la division cellulaire, ne soit pas suivie de la division des cytoplasmes pour que se forme un élément cellulaire à deux noyaux, puis à plusieurs noyaux, si le phénomène se reproduit. On rencontre une telle structure cœnocytique (à multiples « énergides »), par exemple, chez certains protozoaires flagellés, telles les opalines parasites des grenouilles (contenant plus de 100 noyaux par cellule, soit plus de 100 énergides), dans la plupart des organes des rotifères (animaux microscopiques des eaux ou de la mousse humide, caractérisés par un appareil rotateur), ou encore dans certains tissus des vertébrés, cellules hépatiques de mammifères, polycaryocytes de la moelle osseuse, fibres musculaires striées, placenta. Parmi les végétaux, les algues des genres Caulerpa, Vaucheria ou Cladophora ont un thalle à structure syncytiale ; quand un sporange se forme à partir d'un article défini du thalle, les diverses énergides qu'il renferme se séparent en zoospores uninucléées (cas de Cladophora), ou restent en une masse indivise, zoospore cœnocytique ou composée (cas de Vaucheria). De nombreux champignons inférieurs ont un thalle cœnocytique : Saprolegnia et genres voisins, le groupe des péronosporales, surtout parasites et comprenant les agents du mildiou de la vigne ou de la pomme de terre, les mucorales ou moisissures. Chez les gymnospermes, le prothalle ou gamétophyte femelle a souvent la structure d'un cœnocyte : par exemple, dans l'ovule de l'if, la cellule mère donne, après méiose, quatre tétraspores dont une seule grossit et se divis [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  COENOCYTE ou CÉNOCYTE ou SYNCYTIUM  » est également traité dans :

ÉNERGIDE

  • Écrit par 
  • Jacques DAUTA
  •  • 169 mots

D'après le botaniste Sachs (1892), l'énergide désigne le noyau et le territoire cellulaire soumis à son influence, même lorsqu'aucune membrane ne délimite le cytoplasme (cas des cœnocytes ou syncytiums). Sachs voyait surtout dans l'énergide une unité physiologique et avait suggéré, sans succès d'ailleurs, que ce terme remplaçât celui de cellule. Il est curieux de constater qu'on peut, dans des cas […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/energide/#i_2085

FIBRES MUSCULAIRE & NERVEUSE

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 605 mots
  •  • 3 médias

Malgré leurs surprenantes dimensions (quelques centimètres de longueur pour une fibre musculaire et plusieurs décimètres pour une fibre nerveuse), ces structures filamenteuses, étroites et allongées, ont une constitution cellulaire. Elles renferment un cytoplasme riche en organites (ribosomes, réticulum endoplasmique, mitochondries) délimité par une membrane cytoplasmique. Dans les deux cas, le mé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fibres-musculaire-et-nerveuse/#i_2085

RÉSERVES PHYSIOLOGIQUES - Réserves animales

  • Écrit par 
  • Marc PASCAUD, 
  • Jean-Marie VERNIER
  •  • 7 466 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Réserves énergétiques »  : […] Le glycogène des cellules embryonnaires et de la vésicule vitelline se présente sous forme de particules β. Il correspond au glycogène ovocytaire demeuré pour partie au niveau du vitellus et distribué, pour autre partie, entre les cellules embryonnaires au cours de l'organogenèse. Une extraordinaire abondance des particules β a été observée au niveau du blastodisque avant la première division de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reserves-physiologiques-reserves-animales/#i_2085

SPONGIAIRES

  • Écrit par 
  • Geneviève TERMIER, 
  • Henri TERMIER, 
  • Odette TUZET
  •  • 3 924 mots
  •  • 6 médias

Dans les années quatre-vingt, des découvertes ont apporté des connaissances nouvelles sur plusieurs groupes de Spongiaires tant fossiles qu'actuels. Ce sont des Métazoaires essentiellement pourvus de systèmes filtreurs comprenant de petits pores externes inhalants reliés par un système de canaux à de gros pores exhalants . L'existence de cellules à collerettes et flagelles dans une partie des ca […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/spongiaires/#i_2085

TUMEURS ET GALLES VÉGÉTALES

  • Écrit par 
  • Jean ROUSSAUX
  •  • 6 453 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Nématocécidies »  : […] Ces galles, le plus souvent racinaires, sont dues à de petits vers ronds du sol (nématodes). Ceux-ci, attirés par chimiotactisme, reconnaissent des lectines formées par la plante. Certaines espèces migrent dans les tissus et peuvent atteindre les parties aériennes de la plante (nématodes mobiles), d'autres s'établissent dans les racines et y donnent des galles ou des kystes (nématodes sédentaires) […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tumeurs-et-galles-vegetales/#i_2085

Pour citer l’article

Jacques DAUTA, « CŒNOCYTE ou CÉNOCYTE ou SYNCYTIUM », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/coenocyte-cenocyte-syncytium/