PLAGES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Vagues

Vagues
Crédits : Martin Barraud/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Jets de rive des vagues

Jets de rive des vagues
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Pente et granulométrie

Pente et granulométrie
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Île-Grande : composantes de la grève

Île-Grande : composantes de la grève
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Tous les médias


Types régionaux de plages

Les plages des mers sans marée (ou à faible marnage) sont plus difficiles à analyser que celles des mers à fort marnage, parce que les phénomènes que l'on distingue aisément les uns des autres sur ces dernières sont entremêlés et confondus sur les premières. En général, la dénivellation totale de la plage est beaucoup moindre, ainsi que la largeur. Les profils d'équilibre sont beaucoup moins réguliers, faute de lissage par la marée, mais ils sont plus vite atteints, parce que c'est toujours au même niveau que s'applique l'énergie des houles.

D'autre part, les plages des mers à faible marnage sont beaucoup plus sensibles aux variations, saisonnières ou accidentelles, du niveau moyen de la mer. C'est ainsi que des bermes imposantes sont construites par les hauts niveaux saisonniers, en automne par exemple, sur les rives méridionales du golfe du Mexique.

Dans chacune des grandes zones climatiques, les plages ont des particularités liées d'une part aux différents types d'apports de matériaux (apports éoliens, fourniture de matériaux gélifractés), d'autre part à la répartition saisonnière des houles.

C'est ainsi que des plages intertropicales, comme celles du golfe de Guinée, sont façonnées essentiellement par des houles très longues venant d'un front polaire, que le vent local ne force guère vers la côte, et accessoirement par les cyclones saisonniers. La constance remarquable des agents de façonnement fait qu'elles atteignent rapidement leurs profils d'équilibre saisonniers et s'y tiennent.

Les plages subtropicales, comme celles de Mauritanie ou de Californie, connaissent une alternance saisonnière bien tranchée, entre de fortes houles d'hiver dues aux perturbations du front polaire, qui arrivent toujours de la même direction, et des calmes estivaux. C'est là que l'on observe les plus grands reculs frontaux saisonniers en hiver, les plus considérables accrétions en bermes en été.

Les plages tempérées, pour lesquelles la répartition saisonnière est infiniment moins rigoureuse et qui, placées sous les ondulat [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  PLAGES  » est également traité dans :

ACCUMULATIONS (géologie) - Accumulations marines

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre PINOT
  •  • 7 908 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Plages adossées »  : […] Les accumulations adossées à un rivage de terre ferme ne peuvent pas sensiblement reculer, ou du moins ce mouvement est très ralenti. Aussi sont-elles assurées d'une plus longue vie que les accumulations, que rien ne soutient par derrière. La disposition du rivage à l'arrière de ces plages dicte en partie leur plan. Aussi distingue-t-on différentes plages : –  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/accumulations-geologie-accumulations-marines/#i_23985

CÔTES, géomorphologie et géographie

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre PINOT
  •  • 6 694 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « L'avant-côte »  : […] L'avant-côte, au sens strict, désigne la bande où se déposent les sédiments littoraux : devant une plage de sable, c'est la région sur laquelle s'étendent, vers le bas, les mouvements migratoires alternatifs qui caractérisent la dynamique des plages de sable (selon l'état de la mer, les mêmes particules vont et viennent entre le haut de plage et le bas de l'avant-côte) ; devant une côte rocheuse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cotes-geomorphologie/#i_23985

ÉROSION DU LITTORAL

  • Écrit par 
  • Ywenn DE LA TORRE, 
  • Éric PALVADEAU
  •  • 3 905 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Un phénomène global »  : […] Les processus et les formes de l’érosion côtière décrits précédemment conduisent donc à une perte de terrain au profit de la mer. Les plages s’amincissent, les dunes et les falaises reculent, les marais maritimes sont plus souvent ennoyés. Ce phénomène trouvant son origine dans le changement climatique et l’élévation du niveau de la mer, il est constaté sur l’ensemble des littoraux de la planète. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/erosion-du-littoral/#i_23985

LITTORAL MARITIME

  • Écrit par 
  • Jean-Marie PÉRÈS
  •  • 2 225 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Subdivision du système phytal »  : […] L'action plus ou moins intense de l'éclairement d'origine solaire, d'une part, et de l'humectation, d'autre part, permet, par l'influence que ces deux facteurs ambiants exercent sur la distribution d'un certain nombre d'espèces, d'établir au sein du système phytal une subdivision verticale en étages. L'atténuation graduelle de l'éclairement quand la profondeur croît tend à localiser dans des horiz […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/littoral-maritime/#i_23985

MARÉES NOIRES

  • Écrit par 
  • Lucien LAUBIER
  •  • 7 597 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La lutte à terre »  : […] Les déplacements des nappes d'émulsion en surface sont provoqués par les courants marins, qui entraînent les nappes dans leur direction et à leur vitesse propre, et par les vents, qui poussent les nappes dans leur direction, mais avec une vitesse de 3 p. 100 seulement de leur vitesse propre. Courants et vents combinent donc leur action et les nappes se déplacent selon la résultante de ces deux fo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marees-noires/#i_23985

TELLURIQUE MILIEU

  • Écrit par 
  • Roger DAJOZ
  •  • 4 881 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Les trois principaux domaines »  : […] Domaine des plages littorales. C'est dans le domaine des plages littorales que s'effectue le passage du milieu marin au milieu continental : il y a un raccordement progressif de la nappe phréatique terrestre à la nappe d'infiltration marine. La zone de mélange est d'autant plus près du rivage que le débit de la nappe phréatique est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/milieu-tellurique/#i_23985

Pour citer l’article

Jean-Pierre PINOT, « PLAGES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/plages/