PLAGES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Vagues

Vagues
Crédits : Martin Barraud/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Jets de rive des vagues

Jets de rive des vagues
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Pente et granulométrie

Pente et granulométrie
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Île-Grande : composantes de la grève

Île-Grande : composantes de la grève
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Tous les médias


Structures et formes accessoires des plages

Structures internes

La masse entière d'une plage est faite d'éléments qui ont été mis en place en surface à un moment quelconque, puis inhumés sous d'autres éléments. Autrement dit, toute l'épaisseur de la plage est ainsi formée de lits sédimentaires superposés, dont la pente, la texture et la structure varient plus ou moins vite selon le degré de stabilité de l'état de la mer. De même qu'il peut exister en surface des contre-pentes au revers des barres d'estran, de même il en existe dans les laminations enfouies, et l'ensemble, vu en coupe, présente donc souvent ce qu'il est convenu d'appeler une stratification entrecroisée, qu'une étude attentive permet d'ailleurs de distinguer de celles qui existent dans les dunes ou dans les alluvions fluviales. Chaque lit individuel est composé de particules ayant le même « rayon équivalent hydraulique », c'est-à-dire auxquelles leur taille et leur forme donnent les mêmes réactions qu'une particule sphérique de ce rayon : coexistent ainsi des grains de quartz de faible diamètre et des coquilles brisées de bien plus grande largeur, mais de forme aplatie, des grains de densité usuelle et des minéraux lourds de plus petite taille. À cette règle générale du mélange des éléments de même rayon équivalent hydraulique, il existe des exceptions : d'une part, les couches qui étaient en surface lors d'un changement d'état de la mer comportent souvent un mélange d'éléments de diverses tailles, dont les uns étaient en équilibre avec l'état antérieur, les autres avec le nouvel état ; d'autre part, la réaction de particules de même rayon équivalent hydraulique à l'écoulement turbulent du jet de rive et à l'écoulement laminaire de la nappe de retrait n'est pas toujours identique ; elle varie avec leur forme et leur densité ; en particulier, le moindre frottement subi par les minéraux lourds fait que le jet de rive tend à les projeter un peu plus loin (un peu à la façon dont il projette les galets, dont le rapport masse-frottement est élevé et qui, de ce [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  PLAGES  » est également traité dans :

ACCUMULATIONS (géologie) - Accumulations marines

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre PINOT
  •  • 7 908 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Plages adossées »  : […] Les accumulations adossées à un rivage de terre ferme ne peuvent pas sensiblement reculer, ou du moins ce mouvement est très ralenti. Aussi sont-elles assurées d'une plus longue vie que les accumulations, que rien ne soutient par derrière. La disposition du rivage à l'arrière de ces plages dicte en partie leur plan. Aussi distingue-t-on différentes plages : –  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/accumulations-geologie-accumulations-marines/#i_23985

CÔTES, géomorphologie et géographie

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre PINOT
  •  • 6 694 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « L'avant-côte »  : […] L'avant-côte, au sens strict, désigne la bande où se déposent les sédiments littoraux : devant une plage de sable, c'est la région sur laquelle s'étendent, vers le bas, les mouvements migratoires alternatifs qui caractérisent la dynamique des plages de sable (selon l'état de la mer, les mêmes particules vont et viennent entre le haut de plage et le bas de l'avant-côte) ; devant une côte rocheuse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cotes-geomorphologie/#i_23985

ÉROSION DU LITTORAL

  • Écrit par 
  • Ywenn DE LA TORRE, 
  • Éric PALVADEAU
  •  • 3 905 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Un phénomène global »  : […] Les processus et les formes de l’érosion côtière décrits précédemment conduisent donc à une perte de terrain au profit de la mer. Les plages s’amincissent, les dunes et les falaises reculent, les marais maritimes sont plus souvent ennoyés. Ce phénomène trouvant son origine dans le changement climatique et l’élévation du niveau de la mer, il est constaté sur l’ensemble des littoraux de la planète. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/erosion-du-littoral/#i_23985

LITTORAL MARITIME

  • Écrit par 
  • Jean-Marie PÉRÈS
  •  • 2 225 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Subdivision du système phytal »  : […] L'action plus ou moins intense de l'éclairement d'origine solaire, d'une part, et de l'humectation, d'autre part, permet, par l'influence que ces deux facteurs ambiants exercent sur la distribution d'un certain nombre d'espèces, d'établir au sein du système phytal une subdivision verticale en étages. L'atténuation graduelle de l'éclairement quand la profondeur croît tend à localiser dans des horiz […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/littoral-maritime/#i_23985

MARÉES NOIRES

  • Écrit par 
  • Lucien LAUBIER
  •  • 7 597 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La lutte à terre »  : […] Les déplacements des nappes d'émulsion en surface sont provoqués par les courants marins, qui entraînent les nappes dans leur direction et à leur vitesse propre, et par les vents, qui poussent les nappes dans leur direction, mais avec une vitesse de 3 p. 100 seulement de leur vitesse propre. Courants et vents combinent donc leur action et les nappes se déplacent selon la résultante de ces deux fo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marees-noires/#i_23985

TELLURIQUE MILIEU

  • Écrit par 
  • Roger DAJOZ
  •  • 4 881 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Les trois principaux domaines »  : […] Domaine des plages littorales. C'est dans le domaine des plages littorales que s'effectue le passage du milieu marin au milieu continental : il y a un raccordement progressif de la nappe phréatique terrestre à la nappe d'infiltration marine. La zone de mélange est d'autant plus près du rivage que le débit de la nappe phréatique est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/milieu-tellurique/#i_23985

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Pierre PINOT, « PLAGES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/plages/