TCHAÏKOVSKI PIOTR ILITCH

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le musicien

Est-il possible de parler d'une « modernité » de Tchaïkovski sans risquer de faire sourire ? On peut aujourd'hui, avec Stravinski, dire que des deux voies de développement de la musique russe, depuis Glinka et Dargomijski, l'une passant par les « Cinq », l'autre par Tchaïkovski, cette dernière est la plus rigoureuse, la plus profitable, la plus riche d'enseignements. Par goût, on peut plus ou moins apprécier le langage du compositeur mais on aurait tort, semble-t-il, de confondre certains excès naturels avec la superficialité ou ce qu'on pourrait appeler le conformisme romantique. Ce qu'il a appelé « Ouvertures-Fantaisies » (Roméo et Juliette, 1869-1870 ; Francesca da Rimini, 1876) se démarquent des Poèmes symphoniques de Liszt. Elles ne sont pas descriptives mais elles sont l'expression de sentiments profondément vécus. Il en est de même des trois dernières symphonies et de la Symphonie en quatre tableaux, Manfred, que l'on baptise trop souvent « à programme ». Si programme il y a, il est psychologique et, dans le cas de Tchaïkovski, on pourrait dire psychanalytique ou freudien. À ce sujet, il n'est pas inutile de souligner la liberté et l'originalité avec lesquelles il assimila les enseignements occidentaux postmendelssohniens afin de les mettre au service d'une musique nationale qui ne s'embarrasserait pas de formes « octroyées ». Il est le premier à reconnaître qu'il lui était impossible de se plier à la « forme » bien qu'il fît ses classes au conservatoire de Saint-Pétersbourg (avec Anton Rubinstein, 1829-1894), puis de Moscou (avec Nicolaï Rubinstein, 1835-1881) avant d'y enseigner lui-même. Sans doute ces formes étaient-elles incompatibles avec sa nature slave et c'est à tort qu'on pensa longtemps voir en Tchaïkovski un otage de la musique occidentale. On aurait tort aussi de voir là une révolte de l'instinct alors que l'attitude du musicien fut fortement délibérée et nationaliste sur le terrain de l'opéra et du ballet.

D [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : écrivain et musicologue, secrétaire général adjoint de l'Académie Charles-Cros

Classification


Autres références

«  TCHAÏKOVSKI PIOTR ILITCH (1840-1893)  » est également traité dans :

TCHAÏKOVSKI PIOTR ILITCH - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 653 mots
  •  • 9 médias

25 avril (ancien style)/7 mai (nouveau style) 1840 Piotr Ilitch Tchaïkovski naît à Votkinsk, dans la province de Viatka, en Russie.4 (ancien style)/16 mars (nouveau style) 1870 La première version de Roméo et Juliette, « ouverture-fantaisie » d'après Shakespeare, est créée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tchaikovski-reperes-chronologiques/

SYMPHONIE PATHÉTIQUE (P. I. Tchaïkovski)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 223 mots
  •  • 1 média

À une époque où la musique russe cherche à affirmer son identité, Piotr Ilitch Tchaïkovski réalise une synthèse entre l'héritage traditionnel de son pays et les influences occidentales, notamment italiennes et françaises, qu'il a assimilées au cours de ses voyages. Pendant quatorze ans, de 1876 à 1890, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/symphonie-pathetique/#i_41234

Le Lac des cygnes, TCHAÏKOVSKI (Piotr Ilitch)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 554 mots

Dans le chapitre « Auteur »  : […] Tchaïkovski se détourne rapidement des sujets typiquement russes et tourne son regard vers l'Occident, se liant d'amitié avec Saint-Saëns, Liszt, Bizet... En 1877, une riche mécène, Nadejda von Meck, avec laquelle il entretiendra une correspondance suivie, lui permet de se dégager de ses obligations de pédagogue et de se consacrer à la composition. Sa musique orchestrale (symphonies, concertos, ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-lac-des-cygnes-tchaikovski-piotr-ilitch/#i_41234

PIANO

  • Écrit par 
  • Daniel MAGNE, 
  • Alain PÂRIS
  •  • 4 365 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Musique française et écoles nationales »  : […] Sans ignorer l'apport lisztien, l'école française s'oriente au xix e siècle dans des voies différentes : Alkan choisit la description, Saint-Saëns les lignes dépouillées du classicisme et la virtuosité à l'état pur, Franck transpose au piano la richesse polyphonique de l'orgue en conservant l'écriture cyclique qui lui est chère ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/piano/#i_41234

Pour citer l’article

Guy ERISMANN, « TCHAÏKOVSKI PIOTR ILITCH », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/piotr-ilitch-tchaikovski/