FINLEY MOSES (1912-1986)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à New York en 1912, Moses Finley fit des études d'histoire du droit et de l'Antiquité à l'université Columbia, mûri en même temps, comme il le reconnaissait lui-même, par la conjoncture internationale : la crise de 1929, la montée du nazisme et la guerre d'Espagne ancrèrent pour toujours sa réflexion d'historien de l'Antiquité dans le monde moderne. Il fut très tôt influencé par les problématiques développées par les sciences sociales. En dehors du milieu universitaire, avec un groupe d'étudiants, il découvrit le sociologue Max Weber, alors inconnu aux États-Unis : il en acquit la conviction que les institutions et leur évolution ne pouvaient être comprises que dans la structure sociale de leur époque. Il lut également beaucoup Marx : « Sa génération, disait-il, ne pouvait l'éviter. » Victime du maccarthysme, il avait pourtant sur le marxisme une position nuancée qui l'avait même amené à se déclarer « contremarxiste » à la fin de sa vie, politiquement, par refus d'un système totalitaire, et intellectuellement, parce que les postulats et méthodes marxistes ne lui paraissaient présenter aucun intérêt pour les périodes précapitalistes. Les similitudes qu'il avait relevées dans les analyses de Marx et de Weber lui permirent de formuler, dès 1959, un de ses postulats fondamentaux, à savoir qu'« un aspect essentiel de l'histoire grecque était la marche en avant, main dans la main, de la liberté et de l'esclavage ».

C'est pour l'étude de l'esclavage antique que l'apport de Finley est le plus riche de conséquences, car les catégories de servitude antique, qu'il s'efforça d'isoler dans une série d'articles vers 1960, ont été, dès lors, reprises par tous : il distingua l'esclavage-marchandise, quand l'esclave est acheté comme force de travail, des formes de dépendance où interviennent des contraintes non économiques, telles que celle des ilotes à Sparte, et il se démarqua de l'école marxiste en refusant une catégorie immuablement reproduite de l'escl [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : docteur ès lettres, maître de conférences d'histoire ancienne à l'École normale supérieure

Classification


Autres références

«  FINLEY MOSES (1912-1986)  » est également traité dans :

HOMÈRE (exposition)

  • Écrit par 
  • Hervé DUCHÊNE
  •  • 1 272 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De l’œuvre au mythe »  : […] Quant à l’œuvre, nous n’avons qu’une certitude : elle est le fruit d’une combinaison de récits et d'épisodes indépendants, issus d'une tradition plus ancienne que le choix opéré par ceux qui ont composé par la suite l’ Iliade et l’ Odyssée . Ces rhapsodes ont effectué un travail de couture, sélectionnant dans une matière abondante des morceaux pour les assembler de manière originale. Pour Alexan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/homere-exposition/#i_98124

VIDAL-NAQUET PIERRE (1930-2006)

  • Écrit par 
  • Alain SCHNAPP
  •  • 1 110 mots

Dans le chapitre « L'appel de l'histoire »  : […] Né le 23 juillet 1930 à Paris, au sein d'une famille bourgeoise originaire du Comtat Venaissin, Vidal-Naquet a ressenti très tôt l'appel de l'histoire, mais cette vocation, a-t-il écrit lui-même, s'inscrit dans une blessure intime : l'arrestation, puis la déportation à Auschwitz de ses parents, capturés dans leur refuge familial à Marseille par la police allemande, le 15 mai 1944, et qu'il ne deva […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-vidal-naquet/#i_98124

Pour citer l’article

Marie-Françoise BASLEZ, « FINLEY MOSES - (1912-1986) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/moses-finley/