TRUCHE PIERRE (1929-2020)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'image de Pierre Truche est spontanément associée au procès Barbie. L'y réduire constituerait non seulement une injustice mais surtout un contresens. Il aime à rappeler, en effet, que les procès extraordinaires doivent se traiter « à l'ordinaire », c'est-à-dire comme les autres. Il a abordé le crime contre l'humanité comme n'importe quel procès : voilà peut-être la raison de sa réussite. Pour lui, le pire des criminels, celui qui a refusé droits et respect à ses victimes, a néanmoins des droits à faire valoir, à commencer par le droit à la dignité. D'ailleurs tout procès n'a-t-il pas pour fonction in fine de rendre son humanité à tout criminel qui, du coup, quelle que soit l'horreur de son crime, cesse d'apparaître comme un monstre ? Un autre contresens consisterait à recenser les fonctions prestigieuses qu'il a occupées – depuis la présidence du groupe de travail de l'O.N.U. sur la création d'un Tribunal pénal international pour juger les crimes commis dans l'ex-Yougoslavie, sa participation à la fameuse commission Delmas-Marty jusqu'à la présidence de la commission de réflexion sur la justice, confiée par le président de la République en 1997. Parce que Pierre Truche est avant tout un procureur, donc un homme d'audience. D'ailleurs il n'a jamais servi ailleurs qu'en juridiction. Entré dans la magistrature en 1955, il fut substitut successivement à Arras, Dijon et Lyon puis, après un passage de quelques années à l'École nationale de la magistrature, avocat général à Grenoble, procureur à Marseille, procureur général de la cour d'appel de Lyon, puis de celle de Paris et de la Cour de cassation avant d'être nommé premier président de ladite Cour en 1996.

L'audience a fait Pierre Truche et c'est vers elle que se porte l'essentiel de sa méditation sur la justice. On retrouve chez lui des accents de d'Aguesseau lorsque, dans la postface de son livre L'Anarchiste et son juge, il énonce, sous forme de canons, sa conception de l [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : magistrat, secrétaire général de l'Institut des hautes études sur la justice

Classification

Les derniers événements

France. Conclusions de la commission Truche sur la réforme de la justice. 10 juillet 1997

de la Cour de cassation, Pierre Truche, préconise le maintien du lien hiérarchique entre le parquet et le ministre de la Justice. Celui-ci ne pourrait toutefois plus donner d'instruction dans les dossiers particuliers tout en conservant le droit de dialoguer avec le parquet à leur sujet. Sur ce premier […] Lire la suite

France. Intervention présidentielle sur la réforme de la justice. 20 janvier 1997

par Pierre Truche, premier président de la Cour de cassation – qui sera installée le lendemain par le chef de l'État – est chargée de faire des propositions, avant le 15 juillet, sur l'indépendance des magistrats du parquet vis-à-vis du garde des Sceaux et sur le respect de la présomption d'innocence […] Lire la suite

France. Polémique autour du retrait temporaire de son habilitation d'O.P.J. au directeur de la police judiciaire. 21 octobre - 5 novembre 1996

de cassation Pierre Truche et le premier président de la cour d'appel de Paris Guy Canivet s'élèvent contre les propos du ministre de l'Intérieur. Le 5 novembre, le garde des Sceaux Jacques Toubon déclare que « les décisions de justice et les hommes qui les rendent doivent être respectés ». […] Lire la suite

France. Polémique à propos du renouvellement de nombreux postes de hauts magistrats. 9-30 juillet 1996

hauts magistrats, le C.S.M. désigne Pierre Truche, procureur général près la Cour de cassation, à la première présidence de cette juridiction. Le 24, le choix des magistrats du parquet ne relevant pas du C.S.M., le Conseil des ministres nomme Jean-François Burgelin, procureur général près la cour […] Lire la suite

France. Suite du procès de Klaus Barbie à Lyon. 5-29 juin 1987

, Pierre Truche, procureur général, prononce son réquisitoire : dressant le bilan des faits examinés pendant le procès (842 déportations, 373 morts dont 52 enfants mineurs), il demande la réclusion à vie contre l'ancien S.S. jugé pour « crimes contre l'humanité ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Antoine GARAPON, « TRUCHE PIERRE - (1929-2020) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-truche/