Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ROSANVALLON PIERRE (1948- )

Pierre Rosanvallon - crédits : Ulf Andersen/ Gamma-Rapho/ Getty Images

Pierre Rosanvallon

Pierre Rosanvallon est un historien et un théoricien politique français né le 1er janvier 1948 à Blois, d’un père industriel et d’une mère enseignante. Après le lycée, il suit à Tours une classe préparatoire à l’École des hautes études commerciales (HEC), qu’il intègre et où il s’engage à l’UGE, « l’UNEF des grandes écoles ». Fidèle au catholicisme social familial, Rosanvallon milite alors à la Jeunesse étudiante chrétienne.

De la CFDT à la recherche

À sa sortie de HEC en 1969, il devient conseiller économique de la centrale syndicale CFDT, puis conseiller politique de son secrétaire général Edmond Maire. En 1973, il fonde la revue interne CFDT Aujourd’hui (1973-1997). Ce rôle d’« idéologue officiel », selon ses propres mots, du syndicat et de la deuxième gauche se poursuit avec la publication de deux livres. En 1976, alors qu’il vit en communauté à La Celle-Saint-Cloud, paraît L’Âge de l’autogestion, consacré à une forme de socialisme fondée sur l’initiative des groupes et des individus. L’année suivante, il publie Pour une nouvelle culture politique avec Patrick Viveret. Les deux auteurs y développent une pensée d’inspiration autogestionnaire. Ces idées se retrouvent aussi dans la Revue « faire » (1975-1982), dans laquelle Rosanvallon est investi.

À la fin des années 1970, il a la possibilité de se présenter pour le Parti socialiste aux législatives à Blois, mais il renonce à se lancer dans une carrière politique. Il se consacrera à la recherche, avec l’ouverture d’un chantier colossal sur les contradictions de la démocratie, sur ce qui fait que son utopie fondatrice, celle d’une société des égaux bâtie par et pour le peuple, s’est étiolée. Pour lui, « il faut considérer […] que la démocratie est une histoire. Elle est indissociable d’un travail […] de compréhension et d’élaboration d’elle-même » (Pour une histoire conceptuelle du politique, 2003). Convoquant une pluralité de savoirs et de matériaux divers – écrits politiques d’auteurs célèbres ou inconnus (discours, pamphlets, débats parlementaires, correspondances…) –, l’œuvre de Rosanvallon est assurément singulière. Dans ses livres, l'histoire de l'âge moderne s’articule à l’étude du monde contemporain, au fil d’une analyse des tensions et contradictions de la démocratie, et en particulier de son « aporie constitutive » : le peuple, érigé en souverain depuis la Révolution française, ne correspond qu’imparfaitement à la figure sociale qui le porte. Éloignée de l’histoire des idées traditionnelles, l’histoire intellectuelle qu’il promeut, ancrée dans la dimension concrète de la vie politique, se veut attentive au contexte de production des idées.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : maître de conférences en sociologie, université de Lille, faculté des sciences économiques sociales et des territoires, Centre d'études et de recherches administratives, politiques et sociales

Classification

Pour citer cet article

Paula COSSART. ROSANVALLON PIERRE (1948- ) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Média

Pierre Rosanvallon - crédits : Ulf Andersen/ Gamma-Rapho/ Getty Images

Pierre Rosanvallon

Autres références

Voir aussi