MAIRE EDMOND (1931-2017)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Épinay-sur-Seine d'un père cheminot, Edmond Maire est entré dans la vie professionnelle dès sa sortie du lycée. Tout en travaillant aux peintures Valentine, il suit des cours de chimie au Conservatoire national des arts et métiers. Grâce à cette formation, il entre au centre de recherche Pechiney, en 1954, comme technicien chimiste. Il exerce peu son nouveau métier puisque, dès 1958, il devient permanent syndical : il a vingt-sept ans. Ce militant chrétien est alors secrétaire du syndicat CFTC des travailleurs des industries chimiques de la région parisienne. À partir de 1960, il exerce des responsabilités à la fédération des industries chimiques, d'abord comme secrétaire puis comme secrétaire général (1964-1970). Une petite fédération très dynamique qui sera une des plus actives dans la « déconfessionnalisation » de la centrale chrétienne. À ce titre, Edmond Maire est un des artisans de la création de la CFDT.

Élu membre de la commission exécutive de la CFDT en 1970, il succède à Eugène Descamps comme secrétaire général de la Confédération en 1971 et est régulièrement réélu à ce poste. Responsable du secteur social à la commission exécutive, c'est lui qui négocie avec Georges Séguy l'accord qui rapprochera la CGT et la CFDT dans l'action. Une rupture intervient pourtant peu après entre les deux syndicats à propos de l'intervention soviétique en Afghanistan et à cause du trop grand lien entretenu par la CGT avec le Parti communiste.

Ancien militant du PSU, proche de Michel Rocard, Edmond Maire adhère en même temps que lui au Parti socialiste en 1974. Il se montre ardent partisan de l'autogestion. En distinguant, lors du congrès de Nantes, le « socialisme autogestionnaire » du « socialisme centraliste » qu'il semble reconnaître dans le programme commun de la gauche, il agace François Mitterrand. Ses rapports avec [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  MAIRE EDMOND (1931-2017)  » est également traité dans :

C.F.D.T. (Confédération française démocratique du travail)

  • Écrit par 
  • René MOURIAUX
  •  • 1 973 mots
  •  • 1 média

La C.F.T.C. a mis vingt ans à se « déconfessionnaliser ». Le processus qui aboutit en 1964 à l'apparition de la Confédération française démocratique du travail (C.F.D.T.) passe en partie par la suppression de l'hégémonie de la Fédération intersectorielle des employés, symbolisée par la désignation d'un ouvrier métallurgiste, Eugène Descamps, au secrétariat général. Après l'abandon de la référence […] Lire la suite

NOTAT NICOLE (1947- )

  • Écrit par 
  • Dominique ANDOLFATTO
  •  • 1 124 mots

Nicole Notat a été secrétaire générale de la Confédération française démocratique du travail (C.F.D.T.) d'octobre 1992 à mai 2002. Elle est la première femme et, à ce jour, la seule à avoir accédé à la direction d'une centrale syndicale. Mais sa désignation revêtait surtout une signification politique. Elle consacrait un cours nouveau de la C.F.D.T., tournant la page du « mouvement ouvrier » et, s […] Lire la suite

Les derniers événements

France. Oppositions au projet sur la flexibilité du temps de travail. 4-31 décembre 1985

qu'elle avait déjà organisée le 4. Le 31, Edmond Maire annonce, au cours d'une conférence de presse, qu'il a écrit à François Mitterrand et Laurent Fabius. Il rappelle « toute l'importance » accordée par la C.F.D.T. à ce projet et estime « urgent » qu'il « aboutisse », alors que des informations ont […] Lire la suite

France. Conflit dans la fonction publique. 8-27 mars 1984

syndicales demandent le rattrapage du pouvoir d'achat après les pertes subies en 1982 et 1983 et sa remise à niveau par rapport aux prix du 1er janvier 1984. La C.F.D.T., mis à part quelques fédérations, n'appelle pas à la grève ; son secrétaire général, Edmond Maire, déplore […] Lire la suite

France. Inquiétude au sein de la gauche dans la perspective de reconversions industrielles. 3-29 janvier 1984

. est sévèrement critiquée et taxée de « maximaliste ». L'affaire Talbot jette une lumière brutale sur les conséquences sociales de la modernisation industrielle qui provoquent des remous au sein des forces de gauche. Le 9, Edmond Maire, secrétaire général de la C.F.D.T., demande au gouvernement un […] Lire la suite

France. Critiques à gauche contre la politique industrielle du gouvernement. 8-19 décembre 1983

» du gouvernement qui cherche à concilier les impératifs de l'emploi et ceux de la compétitivité. Le 14, sur Antenne 2, Edmond Maire dénonce à son tour l'attitude « secrète, immobile et incohérente » du pouvoir dans ce domaine. Selon le secrétaire général de la C.F.D.T., le gouvernement a « peur […] Lire la suite

France. Le débat sur la politique économique au centre de la campagne pour les municipales. 4-27 février 1983

Le 4, la revue L'Expansion publie un entretien de Michel Rocard, dans lequel ce dernier évoque la baisse inéluctable du pouvoir d'achat. Le ministre du Plan reprend ainsi le débat, amorcé le 31 janvier par Edmond Maire, sur la nécessité d'un second plan de rigueur. Dans un […] Lire la suite

Pour citer l’article

Christian SAUVAGE, « MAIRE EDMOND - (1931-2017) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/edmond-maire/