BEST-SELLER

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'apparition d'un mot – comme « intellectuel » au moment de l'affaire Dreyfus – cristallise toujours des réalités nouvelles. C'est ainsi que « best-seller », anglicisme apparu en France au milieu des années 1930, se fixe à la fin des années 1940 sur le produit où on l'attendait le moins : le livre. Le Dictionnaire des anglicismes, de Josette Rey-Debove et Gilberte Gagnon, et à sa suite Le Robert le datent de 1948 et se réfèrent à deux citations de Simone de Beauvoir : « Le dernier best-seller américain, Babbit, nous parut laborieusement plat » (La Force de l'âge, 1960) et « Un écrivain qui ne fabrique pas délibérément des best-sellers a le plus grand mal à vivre de sa plume » (L'Amérique au jour le jour, 1948). On aurait tort, cependant, de ne voir là qu'une importation américaine. Il est vrai que le livre de poche, lancé par Henri Filipacchi en 1953, est un démarquage du pocket book ; que le Club français du livre – créé en 1947 mais dont l'essor date de 1952 – a été directement inspiré par le Book of the Month Club ; et que l'apparition dans L'Express, en avril 1955, d'une liste des meilleures ventes est la pure application d'une pratique américaine. Mais il y avait en France bien assez de traditions éditoriales pour expliquer l'explosion du phénomène au plein moment de la croissance économique. Tout le problème du best-seller est là : s'agit-il d'un phénomène entièrement neuf, induisant une transformation radicale du champ éditorial, ou est-ce, à la faveur de la troisième révolution industrielle, le point d'aboutissement logique du phénomène éditorial lui-même, dans sa version moderne qui s'est mise en place dès les années de la monarchie de Juillet, et qui a toujours visé à la multiplication des éditions et à l'augmentation des tirages.

Quels critères pour le best-seller ?

Le best-seller est en effet une catégorie fourre-tout où le très gros tirage recouvre des types d'ouvrages très différents. La confusion du discours ordinaire à son propos vient de ce qu'il mêle des réalités profondément hétérogènes. Il y a, d'une part, la grande diffusion, qui constitue à elle seule un système autonome dont se sont dotés la plupart des grands groupes d'édition. Elle a ses grands managers, son réseau de 20 000 à 25 000 points de vente, ses modalités spéciales de publicité et ses liens avec les médias. Elle a sa production spécifique, dont l'infinie variété se regroupe autour de quatre pôles : le roman sentimental et la riche gamme de la littérature dite populaire, ou enfantine, ou policière ; les grands classiques ; les livres utilitaires, qui englobent eux-mêmes ce genre en pleine expansion que constitue la littérature du bien-vivre ou du mieux-être, comme Mes Recettes de santé de Rika Zaraï, les Quid, les guides pratiques ou les manuels de bricolage ; enfin, les bandes dessinées. Mais la grande diffusion, dont le best-seller a besoin, ne constitue pas le phénomène lui-même. Il y a, d'autre part, le best−seller programmé – Lapierre et Collins, Denuzière ou Sulitzer –, dont chaque année, l'été surtout, voit monter la marée et s'organiser la guerre. Le genre suppose une panoplie d'ingrédients précis pour un produit parfaitement repéré : des sujets étudiés en fonction du marché, un type d'écriture sans risques, un objet plaisant, une structure éditoriale très adaptée à l'indispensable collaboration de l'éditeur et de l'auteur, une procédure de lancement bien rôdée à la routine comme à l'innovation, un suivi maîtrisé des médias, un large budget de publicité au moins (20 p. 100 du chiffre d'affaires escompté), une collaboration des libraires et vendeurs divers assurée par des sur−remises, un auteur prêt au marathon du service après−vente, enfin une large déclinaison possible du produit selon les supports de vente : librairies, clubs, livres de poche.

Infiniment plus riche est la troisième – et sans doute la seule vraie – des catégories de best-sellers : le best-seller inattendu. À savoir, le livre qui échappe aux circuits de distribution prévus, l'ouvrage tiré à 3 000 exemplaires et qui court à 30 000 ou 300 000 exemplaires. Pourquoi le succès complètement imprévisible de L'Homme, cet inconnu, d'Alexis Carrel, en 1935 ? Pourquoi Bonjour tris [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales, membre de l'Académie française

Classification

Autres références

«  BEST-SELLER  » est également traité dans :

FLAMMARION HENRI (1910-1985)

  • Écrit par 
  • Louis AUDIBERT
  •  • 890 mots

Flammarion s'inscrit dans la tradition des maisons fondées au xix e  siècle, lorsque librairie et édition allaient de pair. Des arcades du théâtre de l'Odéon, où son fondateur Ernest Flammarion lance, après 1876, modestement puis triomphalement, les œuvres de son frère aîné, le génial Camille ( L'Astronomie populaire ), et Hugo, Michelet, Zola, à la forte bâtisse du 26, rue Racine, construite en 1 […] Lire la suite

LIVRE

  • Écrit par 
  • Jacques-Alexandre BRETON, 
  • Henri-Jean MARTIN, 
  • Jean TOULET
  •  • 26 565 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Des best-sellers mondiaux »  : […] Les éditeurs, qui obéissent prosaïquement aux lois du marché et sont attentifs aux goûts du public et aux évolutions des chiffres de vente, travaillent à la constitution d'un corpus, sinon de chefs-d'œuvre, du moins de best-sellers mondiaux. Les États-Unis en demeurent les principaux pourvoyeurs. Les listes des meilleures ventes d'ouvrages de fiction et de non fiction qu'Alice Payne Hackett publ […] Lire la suite

SAGAN FRANÇOISE (1935-2004)

  • Écrit par 
  • Frédéric MAGET
  •  • 1 766 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « « Mademoiselle tristesse » »  : […] Françoise Quoirez naît le 21 juin 1935 à Cajarc dans le Lot. Ses parents, Pierre Quoirez, fils d'industriels du nord de la France, ingénieur en électricité et Marie Quoirez, née Laubard, ont eu précédemment deux autres enfants : une fille, Suzanne, née en 1922 et un fils, Jacques, né en 1925. La famille vit à Paris, au 167 boulevard Malesherbes, dans le XVII e  arrondissement. La jeune Françoise […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre NORA, « BEST-SELLER », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/best-seller/