Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

MESSMER PIERRE (1916-2007)

Pierre Messmer est né le 20 mars 1916 d'un père industriel. Son engagement dans les Forces françaises libres, sa carrière de haut fonctionnaire colonial, puis ses responsabilités ministérielles, dès les premières années de la Ve République, ont progressivement fait de lui une des figures historiques du gaullisme, jusqu'à sa mort, le 29 août 2007.

Breveté de l'École nationale de la France d'outre-mer en 1937, Pierre Messmer est par ailleurs diplômé de l'École des langues orientales et se destine alors à une carrière d'administrateur colonial. Le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale va pourtant donner un tour imprévu à son existence. Il effectue son service militaire dans l'infanterie coloniale au moment de la déclaration de guerre et se trouve maintenu sous les drapeaux en tant que sous-lieutenant. Stationné dans le Puy-de-Dôme en 1940, il refuse la capitulation et réussit à gagner l'Angleterre dès le mois de juillet. Il s'engage alors dans les Forces françaises libres et participe au ralliement de l'Afrique-Occidentale française. Il s'illustre ensuite à l'occasion des campagnes d'Érythrée, de Syrie, de Libye. Après la campagne de Tunisie, il rejoint l'Angleterre et occupe des responsabilités d'état-major jusqu'en août 1944, moment où il revient en France et participe à la libération de Paris.

Le deuxième chapitre de la vie de Pierre Messmer, qui va en faire un des principaux artisans de la décolonisation française, débute de manière aventureuse. Promu commandant, il est parachuté au Tonkin le 25 août 1945 et fait prisonnier par le Viêt-minh. Il réussit à s'évader après deux mois de captivité. Rendu à la vie civile, il reste en Indochine, en devenant directeur de cabinet du haut-commissaire, Émile Bollaert. De 1950 à 1959, il occupe successivement différentes responsabilités de gouverneur et de haut-commissaire de la République, en Afrique-Équatoriale et occidentale française. En 1956, il est directeur de cabinet de Gaston Deferre, ministre de la France d'outre-mer, et participe à l'élaboration de la loi-cadre du 23 juin 1956 qui accorde une autonomie accrue aux territoires d'outre-mer, première étape vers leur indépendance C'est en tant que dernier gouverneur général de l'Afrique-Occidentale française qu'il quitte Dakar en 1959.

Pierre Messmer et Alain Poher

Pierre Messmer et Alain Poher

Six semaines après avoir quitté le Sénégal, le 6 février 1960, Messmer est nommé ministre des Armées par le général de Gaulle et débute ainsi une carrière politique de premier plan. Travaillant directement sous l'autorité de ce dernier, il va établir un record de longévité à ce poste sous la Ve République, en l'occupant pendant neuf ans. Il est d'abord confronté à l'agitation de l'armée en Algérie et s'oppose vigoureusement au putsch des généraux d'avril 1961. Au lendemain du conflit, il s'investit dans la modernisation de l'appareil militaire : sous sa responsabilité, une réduction des effectifs est menée, ainsi qu'une réforme du service national et des organes centraux du ministère. Par ailleurs, il élabore les premières lois de programme nécessaires à la modernisation des équipements et à la constitution de la force de frappe nucléaire. Il quitte son ministère en 1969, après le départ du général de Gaulle. Membre du parti gaulliste, alors dénommé U.D.R., il est élu député de la Moselle en 1968, mandat qu'il conservera vingt ans. En 1971, il revient au gouvernement comme ministre d'État des Départements et Territoires d'outre-mer. De 1972 à 1974, il est Premier ministre. Confronté au choc pétrolier d'octobre 1973, il oriente durablement la politique énergétique de la France en lançant la construction de treize centrales nucléaires. Dans la perspective de l'élection présidentielle de 1974, il se déclare prêt[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur de sciences politiques, Institut d'études politiques de Toulouse

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Pierre Messmer et Alain Poher

Pierre Messmer et Alain Poher

Autres références

  • CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - La période post-gaullienne (1969-1981)

    • Écrit par Pierre BRÉCHON
    • 6 934 mots
    • 4 médias
    ...Georges Pompidou choisit un nouveau Premier ministre en juillet 1972, qui devra conduire la majorité dans la bataille législative de mars 1973. Il nomme Pierre Messmer, un gaulliste fidèle, longtemps ministre des Armées du général de Gaulle, qui ne développera pas de politique personnelle. Le nouveau gouvernement...
  • ÉCOLOGISTE MOUVEMENT

    • Écrit par Bruno VILLALBA
    • 12 350 mots
    • 5 médias
    Entre-temps, le contexte politique français s’est durci. En 1974, le plan Messmer (du nom du Premier ministrePierre Messmer) engage la France dans le tout-nucléaire. Les mobilisations antinucléaires s'intensifient (à Marckolsheim, à Plogoff…) mais sont source de divergences entre militants sur...
  • GAULLISME

    • Écrit par Serge BERSTEIN
    • 5 668 mots
    • 1 média
    ...révocation peut se comprendre comme un refus de la lecture sociale et libérale du gaullisme et comme un repli de celui-ci sur sa clientèle de droite. C'est la politique que, sous l'inspiration directe du président, met en œuvre le Premier ministre Pierre Messmer. Elle consiste à la fois en...

Voir aussi