PUTSCH DES GÉNÉRAUX (1961)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

photographie : Salan et Jouhaud

Salan et Jouhaud

Le général Raoul Salan (1899-1984), délégué général en Algérie, et son adjoint le général Edmond Jouhaud (1905-1995). 

Afficher

À la suite de la conférence de presse du 11 avril 1961 où le président de Gaulle précise ses intentions quant à l'Algérie, les généraux Challe, Jouhaud et Zeller quittent la France et prennent le pouvoir à Alger dans la nuit du 21 au 22 avril. Venant d'Espagne, le général Salan les rejoint le 23. L'une des premières actions des conjurés est de faire arrêter le général Gambiez, le délégué général Morin, le ministre R. Buron alors en mission à Alger. Cependant, le général Gouraud se rallie au putsch, qu'il quittera deux jours plus tard, tandis que les généraux Ailleret, de Pouilly, Lennuyeux ainsi que l'amiral Querville restent fidèles au gouvernement. Ce même 23 avril, le président de Gaulle, dans une allocution télévisée, condamne les révoltés — le « quarteron » — et annonce la mise en application de l'article 16. Laissant entendre que des unités parachutistes sont prêtes à s'envoler pour une action en métropole, le Premier ministre Michel Debré, dans un appel à la nation, prépare l'opinion à une situation qui peut devenir explosive. Mais en Algérie même, le contingent refuse de se joindre aux généraux et d'entrer en dissidence. Dans la nuit du 25 au 26 avril, les chefs de la révolte perdent tout espoir de réussite ; tandis que Zeller se perd discrètement dans la foule du Forum, que Jouhaud gagne, à Zéralda, le camp du 1er R.E.P., qui sera dissous le lendemain, Challe se constitue prisonnier. Le général Salan annonce qu'il continue la lutte ; son entrée dans la clandestinité et les déplacements des membres de l'O.A.S. qu'il dirige inquiètent Paris — tout particulièrement les services de sécurité de la présidence — jusqu'au jour d'avril 1962 où il est arrêté. Traduit devant un Haut Tribunal militaire, juridiction d'exception constituée pour la circonstance, il est défendu par Me Tixier-Vignancour et condamné à la détention perpétuelle. La Haute Cour, qui avait, semble-t-il, été soumise aux pressions de la présidence de la République, est dissoute et remplacée par une Cour militaire de justice devant laquelle seront traduits d'autres officiers supérieurs.

—  Pierre-Robert LECLERCQ

Écrit par :

Classification

Autres références

«  PUTSCH DES GÉNÉRAUX (1961)  » est également traité dans :

ALGÉRIE

  • Écrit par 
  • Charles-Robert AGERON, 
  • Sid-Ahmed SOUIAH, 
  • Benjamin STORA, 
  • Pierre VERMEREN
  •  • 42 226 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « L'opinion réclame qu'on en finisse avec cette guerre »  : […] Le 22 avril 1961, trois des plus hautes figures de l'armée française, les généraux Maurice Challe, Edmond Jouhaud, André Zeller, rejoints le 23 par Raoul Salan, appuyés par les parachutistes de la Légion et les commandos de l'air, tentent de s'emparer du pouvoir en Algérie. L'opération, aussi mal organisée qu'impopulaire en métropole et parmi le contingent, tourne rapidement court. Dans une allocu […] Lire la suite

ARTICLE 16 (Constitution française de 1958)

  • Écrit par 
  • Annie GRUBER
  •  • 1 023 mots

Dans la Constitution française du 4 octobre 1958, l'article 16 autorise, en cas de nécessité, le président de la République à exercer une dictature temporaire, au sens romain du terme. Il introduit dans la Constitution un régime d'exception prévu pour faire face à une crise institutionnelle particulièrement grave. Il dispose en effet, dans son premier paragraphe : « Lorsque les institutions de la […] Lire la suite

CHALLE MAURICE (1905-1979)

  • Écrit par 
  • Jean PLANCHAIS
  •  • 1 054 mots

Maurice Challe est né le 5 septembre 1905 au Pontet (Vaucluse). À sa sortie de Saint-Cyr, il choisit l'aéronautique. En 1927, il est lieutenant pilote. Il fait une carrière rapide dans les états-majors d'escadre, à la tête de la 2 e  escadrille de la 35 e  escadre, de 1934 à 1936, puis, après son passage à l'École supérieure de guerre aérienne, à l'état-major de la VII e  armée en 1939 et du grand […] Lire la suite

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - La période gaullienne (1958-1969)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 8 841 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Décolonisation et fin de la guerre d'Algérie »  : […] Le problème le plus urgent à régler était bien sûr celui de l'Algérie mais c'était aussi le plus explosif et le plus difficile à traiter. Le général ne semble d'ailleurs pas avoir eu à l'époque une position très arrêtée. Lors de son voyage en Algérie au début de juin 1958, il reste d'une grande prudence, même si ses propos sont interprétés comme étant favorables à la solution militaire de pacifica […] Lire la suite

GUERRE D'ALGÉRIE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 216 mots

1 er novembre 1954 Déclenchement de l'insurrection armée par le F.L.N. nouvellement créé. 12 mars 1956 L'Assemblée nationale vote la loi sur les « pouvoirs spéciaux » pour l'Algérie. 20 août 1956 Congrès de la Soummam où le F.L.N. définit sa stratégie. 7 janvier 1957 Début de la « bataille d'Alger ». 13 mai 1958 Création, à Alger, d'un Comité de salut public présidé par le général Massu. 1 e […] Lire la suite

GUERRE D'ALGÉRIE, en bref

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 227 mots
  •  • 1 média

Le 1 er novembre 1954, les différentes tendances du nationalisme algérien, unifiées dans le nouveau Front de libération nationale (F.L.N.), déclenchent une insurrection armée contre la France, métropole de l'Algérie depuis 1830. La révolte prend vite de l'ampleur et, de janvier à septembre 1957, la « bataille d'Alger » sème la panique parmi les colons. Le 13 mai 1958, ceux-ci se révoltent à leur […] Lire la suite

JOUHAUD EDMOND (1905-1995)

  • Écrit par 
  • Jean LACOUTURE
  •  • 869 mots
  •  • 1 média

Nul mieux qu'Edmond Jouhaud n'aura su incarner avec fougue et sincérité la cause de l'«  Algérie française » . Par ses origines, sa bravoure, son tempérament bouillant, son sens de la solidarité, son physique robuste et bien méditerranéen, il est en quelque sorte le « pied-noir » type, dont la carrière, la révolte et les malheurs ne cesseront de nourrir la légende de la communauté à laquelle il ap […] Lire la suite

ZELLER MARIE-ANDRÉ (1898-1979)

  • Écrit par 
  • Jean PLANCHAIS
  •  • 933 mots
  •  • 1 média

Marie-André Zeller est né le 1 er  janvier 1898, à Besançon, d'une famille d'ingénieurs et d'officiers. En 1915, à dix-sept ans, il s'engage dans l'artillerie comme simple soldat. À la fin de la guerre, il commande une batterie. Officier dans ce qu'on appelait alors « les armes savantes », il poursuit sa carrière dans l'artillerie. Technicien et organisateur, il devient, à la veille de la dernière […] Lire la suite

Les derniers événements

21-26 avril 2021 France. Lettre ouverte de militaires contre le « délitement » de la patrie.

putsch fomenté par quatre généraux contre la politique algérienne du président Charles de Gaulle, l’hebdomadaire Valeurs actuelles publie une lettre ouverte adressée aux gouvernants et signée par « une vingtaine de généraux, une centaine de hauts gradés et plus d’un millier d’autres militaires », pour la plupart à la retraite. Ceux-ci dénoncent le  […] Lire la suite

2 septembre 2019 Burkina Faso. Procès de la tentative de putsch de 2015.

putsch de septembre 2015, les généraux du Régiment de sécurité présidentiel Gilbert Diendéré et Djibrill Bassolé, respectivement à vingt et dix ans de prison, le premier pour attentat à la sûreté de l’État et meurtre, le second pour trahison. Fidèles du président Blaise Compaoré, chassé du pouvoir en octobre 2014, les putschistes avaient tenté de mettre […] Lire la suite

17 décembre 2010 France – Chili. Condamnation à Paris d'agents du régime d'Augusto Pinochet

putsch du général Augusto Pinochet, en septembre 1973, la cour d'assises de Paris condamne, en l'absence des accusés, les deux anciens chefs de la direction du renseignement national, les généraux Manuel Contreras et Pedro Espinoza, à la prison à vie, et onze autres agents au service de la junte à des peines de quinze à trente ans de prison. C'est  […] Lire la suite

30 septembre 1991 Haïti. Coup d'État militaire contre le président Jean-Bertrand Aristide

généraux duvaliéristes. À la suite de négociations avec les putschistes menées par l'ambassadeur français, le père Aristide parvient à quitter Port-au-Prince pour Caracas. La France, les États-Unis, la C.E.E. et l'Organisation des États américains (O.E.A.) condamnent le coup d'État et annoncent la suspension de leur aide économique et militaire. Depuis […] Lire la suite

22 mai 1990 Éthiopie. Exécution des auteurs du putsch de mai 1989

généraux, dont le commandant de l'armée de terre et le commandant de la police, accusés d'avoir participé à une tentative de coup d'État, le 16 mai 1989, contre le président Menguistu Haïlé Mariam. Deux autres généraux ont été condamnés à des peines de prison. Les organisateurs du putsch étaient partisans d'un règlement pacifique du conflit de l'Érythrée […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre-Robert LECLERCQ, « PUTSCH DES GÉNÉRAUX (1961) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/putsch-des-generaux/