PIERRE IV LE CÉRÉMONIEUX (1319-1387) roi d'Aragon (1336-1387)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Roi d'Aragon (1336-1387), né le 5 septembre 1319 à Balaguer en Catalogne, mort le 5 janvier 1387 à Barcelone.

Fils d'Alphonse IV, Pierre IV le Cérémonieux succède à son père sur le trône d'Aragon en janvier 1336. Roi espagnol le plus cultivé du xive siècle, il est aussi un intrigant notoire. Son abondante correspondance témoigne du fonctionnement de son esprit bien mieux que celui de tout autre souverain espagnol de son époque. S'étant querellé avec Jacques II (ou Jacques III) de Majorque, il annexe les possessions de ce dernier, les îles Baléares et le Roussillon, en 1343-1344. Il anéantit ensuite les prétentions des nobles aragonais en battant les armées de l'Union à Épila en 1348, mais le contrôle que ces derniers exercent sur le pouvoir monarchique depuis le règne d'Alponse III (1285-1251) est confirmé. Pierre IV affiche dès lors un caractère extrêmement vindicatif, caractéristique de l'état d'esprit dans lequel il se trouve lorsque son autorité est défiée. Il s'empare en outre de la Sardaigne en 1354 mais ne réussira pas à la pacifier complètement. Il parvient néanmoins, par diverses manœuvres politiques et militaires, à préparer la future réunion de la Sicile à la couronne aragonaise. De même, les Almogavares, en Catalogne, le reconnaissent duc d'Athènes et de Neopatras en 1380.

Le règne de Pierre IV est surtout marqué par la guerre qui surgit par intermittence avec le roi Pierre Ier de Castille entre 1356 et 1366. Poussé par la France et par ses propres ambitions, Pierre IV soutient en effet les prétentions d'Henri de Trastamare à la Couronne de Castille en échange d'un sixième de ce royaume. Le conflit est désastreux pour l'Aragon, qui ne sera sauvé que par l'intervention des Grandes Compagnies venues de France sous la conduite de Bertrand du Guesclin. Ces mercenaires réussissent brièvement à imposer Henri de Trastamare sur le trône de Castille, mais ce dernier ne tient aucune des promesses faites à Pierre IV. À partir de 1369, le roi de France Charles V montre ouvertement qu'il préfère s'allier au royaume de Castille plutôt qu'à celui d'Aragon. Pierre adopte alors une attitude de neutralité complexe, légèrement favorable aux Anglais, dans la guerre de Cent Ans. Ses dernières années sont assombries par la querelle qui le sépare de son héritier, le futur Jean Ier, qui est devenu le jouet des intrigues de la France contre la neutralité aragonaise.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  PIERRE IV LE CÉRÉMONIEUX (1319-1387) roi d'Aragon (1336-1387)  » est également traité dans :

PIERRE Ier LE CRUEL ou LE JUSTICIER (1334-1369) roi de Castille (1350-1369)

  • Écrit par 
  • Marie-France SCHMIDT
  •  • 1 079 mots

Fils d'Alphonse XI, roi de Castille et León, et de Marie de Portugal, le futur Pierre I er naquit à Burgos, mais fut élevé à Séville par les soins de sa mère, tandis que son père vivait au grand jour avec Éléonore de Guzmán dont il eut cinq fils. Alphonse, unique frère légitime de Pierre, étant mort enfant, celui-ci hérite du trône à la mort de so […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-ier-le-cruel-le-justicier/#i_88209

Pour citer l’article

« PIERRE IV LE CÉRÉMONIEUX (1319-1387) - roi d'Aragon (1336-1387) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-iv-le-ceremonieux/