DU GUESCLIN BERTRAND (1320 env.-1380)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Noble breton, issu d'une famille moins modeste que la tradition ne l'affirme. Son père, Robert, possédait plusieurs seigneuries qu'hérita Bertrand. À partir de 1342, il prit part aux combats de la guerre de succession de Bretagne, le plus souvent pour son propre compte. Passé en 1357 au service de Charles V, il s'illustra contre les Anglais en Bretagne (il fut capitaine de Pontorson en 1357), puis en Normandie et en Maine. Il dirigea en 1364 la campagne contre les Navarrais qu'il vainquit à Cocherel. Il fut, peu après, vaincu à son tour par Chandos, chef de l'armée anglaise.

Charles V le chargea de diriger l'expédition française en Castille, destinée à soutenir la cause de Henri de Trastamare, mais aussi à éloigner de France les Grandes Compagnies les plus dangereuses. Du Guesclin fut vaincu par l'armée anglo-castillane que commandaient le roi Pierre le Cruel et le prince de Galles (Najera, 1367). Il dirigea également la seconde expédition française, en 1369, puis revint prendre part aux campagnes de Bretagne et d'Anjou, de Poitou, d'Angoumois et de Guyenne (1370-1374). Son succès le plus brillant fut la prise de La Réole.

Bien qu'il ait connu des échecs, sa réputation fut rapidement très grande. Il fut rançonné à deux reprises : en 1360 par les routiers et en 1367 par les Anglo-Castillans ; malgré son orgueilleuse réponse et la fixation par lui-même du taux élevé de sa rançon, il paya celle-ci de ses propres deniers, vendant pour cela les terres que lui avait données le roi de Castille, Henri de Trastamare. Mais ses talents d'organisateur, notamment déployés dans la mise en état de guerre des forteresses normandes, et ses capacités de commandement au combat firent de lui l'un des meilleurs soldats de la royauté des Valois ; rompant avec les règles de la guerre féodale, il pratiqua contre les Anglais une tactique de harcèlement, une sorte de guérilla qui renversa la situation militaire en faveur de la France. Charles V le fit [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : membre de l'Institut, directeur général des Archives de France

Classification


Autres références

«  DU GUESCLIN BERTRAND (1320 env.-1380)  » est également traité dans :

ARTILLERIE (HISTOIRE DE L')

  • Écrit par 
  • M. SCHMAUTZ
  •  • 6 767 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Naissance anarchique (1300-1450) »  : […] L' artillerie à feu va apparaître un peu partout dans le monde du xiv e siècle . Après les scopetti (1303 ?) et les vasi de 1331, les républiques italiennes se dotent de matériels moins primitifs. Venise les utilisera à la Chiozza (1378) pour y vaincre Gênes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/artillerie-histoire-de-l/#i_13840

CHARLES V LE SAGE (1337-1380) roi de France (1364-1380)

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 1 592 mots
  •  • 1 média

Roi de France. Fils aîné de Jean II le Bon et de Bonne de Luxembourg, le futur Charles V fut le premier fils de France à porter le titre de dauphin de Viennois, en même temps que celui de duc de Normandie. Présent aux côtés de son père pendant la bataille de Poitiers, il dut ensuite, comme lieutenant du roi, puis comme régent, gouverner le royaume pendant la captivité du roi Jean. C'est alors que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-v-le-sage/#i_13840

COMPAGNIES GRANDES

  • Écrit par 
  • André DAUBARD
  •  • 235 mots

Nom donné au xiv e siècle aux bandes composées de mercenaires licenciés par les princes qui avaient loué leurs services pour la durée d'une campagne, en particulier après la paix de Brétigny, en 1360. Les Grandes Compagnies continuaient la guerre pour leur propre compte. Formées d'aventuriers, en majorité anglais mais aussi bretons, français, gas […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grandes-compagnies/#i_13840

GUERRE DE CENT ANS - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 646 mots

1337 Édouard III d'Angleterre, petit-fils de Philippe le Bel, annonce qu'il conteste désormais le trône de France à Philippe VI, neveu de Philippe le Bel, sacré roi en 1328 quand est mort, sans laisser d'héritier mâle, Charles IV. 1346 La lourde cavalerie de Philippe VI est écrasée à Crécy-en-Ponthieu par les archers d'Édouard III (26 août). […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerre-de-cent-ans-reperes-chronologiques/#i_13840

PIERRE Ier LE CRUEL ou LE JUSTICIER (1334-1369) roi de Castille (1350-1369)

  • Écrit par 
  • Marie-France SCHMIDT
  •  • 1 079 mots

Fils d'Alphonse XI, roi de Castille et León, et de Marie de Portugal, le futur Pierre I er naquit à Burgos, mais fut élevé à Séville par les soins de sa mère, tandis que son père vivait au grand jour avec Éléonore de Guzmán dont il eut cinq fils. Alphonse, unique frère légitime de Pierre, étant mort enfant, celui-ci hérite du trône à la mort de son père, tué au siège de G […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-ier-le-cruel-le-justicier/#i_13840

SUCCESSION DE BRETAGNE GUERRE DE LA (1341-1365)

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 392 mots

Conflit ouvert en 1341, lorsque le duc de Bretagne Jean III meurt sans enfants, après avoir marié Jeanne de Penthièvre, fille de son frère Guy (mort en 1331), à Charles de Blois, neveu de Philippe VI de Valois. Le demi-frère de Jean III, Jean de Montfort, oppose ses droits à ceux de Jeanne de Penthièvre et prend les devants : il occupe les places fortes et s'allie aux Anglais. Philippe VI soutient […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerre-de-la-succession-de-bretagne/#i_13840

Pour citer l’article

Jean FAVIER, « DU GUESCLIN BERTRAND (1320 env.-1380) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bertrand-du-guesclin/