PHYSIOCRATES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'influence en France

Les dissidents, Gournay et Turgot

Vincent de Gournay (1712-1759) ne s'est jamais mêlé d'écrire autre chose que ses rapports d'intendant du commerce ou de courtes notes de lecture sur des traductions d'économistes anglais. Mais cet homme d'affaires a exercé une grande influence sur son temps, par l'intermédiaire de son ami Turgot, qu'il initia à la spéculation économique. Auprès de ce « maître », qui avait beaucoup voyagé et pratiqué des auteurs comme Child, Tucker, ou Hume, Jacques Turgot (1727-1781), administrateur promis à de hautes destinées gouvernementales, fixa sa doctrine économique par le truchement d'un système théorique, librement adapté de celui des physiocrates et moins dogmatique.

L'œuvre écrite de Turgot fut pourtant peu abondante : en dehors d'ouvrages de circonstance, il ne donna guère que ses « Réflexions sur la formation et la distribution des richesses », traité fondamental quoique sommaire, écrit en 1766 et que Dupont publia dans les Éphémérides en 1769-1770. Esprit clair et remarquablement cultivé, il écrivit une critique de la philosophie de Berkeley et l'article « Étymologie » dans l'Encyclopédie méthodique. Turgot, à cette époque, se consacrait à ses tâches d'intendant du Limousin. Les « Réflexions » ne sont que la table des matières à peine développée de ce qui eût pu être le grand traité d'économie politique du temps. Si, parmi les thèses qui y sont développées brièvement se retrouvent les idées de Quesnay quant aux relations des diverses classes sociales dans la distribution et la production. Turgot ouvre des voies nouvelles à la recherche en formulant, à partir d'une approche marginaliste, les lois du rendement décroissant en agriculture et fournit une théorie du marché concurrentiel remarquable et précise. Le premier en France, il rompt avec une tradition hostile à l'épargne et indique comment la création du capital procède de l'épargne volontaire. Il expose comment la [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages





Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Clermont-Ferrand

Classification


Autres références

«  PHYSIOCRATES  » est également traité dans :

CANTILLON RICHARD (1680 env.-env. 1734)

  • Écrit par 
  • Bernard DUCROS
  •  • 695 mots

Banquier parisien, né d'une famille irlandaise, elle-même d'origine espagnole, selon son biographe, l'économiste Stanley Jevons, Cantillon rédigea un Essai sur la nature du commerce en général , qui ne fut publié qu'en 1755, sans nom d'auteur, après avoir circulé en manuscrit parmi les physiocrates et influencé fortement Gournay et, plus encore, Mirabeau dans son ouvrage L'Ami des hommes ou Trait […] Lire la suite

CLASSIFICATION, sociologie

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 996 mots

Une classification est une représentation du monde ou d’une partie du monde. Elle est basée sur un principe de division et, le cas échéant, sur un principe de hiérarchie. Dans la préface des Mots et les C hoses (1966), Michel Foucault évoque « une certaine encyclopédie chinoise » dans laquelle « les animaux se divisent en a) appartenant à l’Empereur, b) embaumés, c) apprivoisés, d) cochons de lai […] Lire la suite

COLONIALISME & ANTICOLONIALISME

  • Écrit par 
  • Jean BRUHAT
  •  • 6 479 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Du mercantilisme à la Révolution française »  : […] Désormais et pour près de trois siècles, la colonisation est liée au mercantilisme. Il faut augmenter le numéraire intérieur en achetant aussi peu que possible à l'extérieur et en favorisant les industries nationales pour développer les exportations. Des débouchés sont nécessaires. Dès lors les mercantilistes sont favorables à l'expansion coloniale. On ne renonce pas aux motivations d'hier (l'apo […] Lire la suite

DESPOTISME ÉCLAIRÉ

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques CHEVALLIER
  •  • 4 472 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Despotisme légal et despotisme éclairé »  : […] Joseph II, attentif à tous les aspects des Lumières, subit fortement l'influence des idées dites « physiocratiques ». Diderot déborda, un temps, d'enthousiasme pour l'un des ouvrages capitaux dus à la « secte » : L'Ordre naturel et essentiel des sociétés politiques , paru en 1767, qui avait pour auteur Lemercier de La Rivière, ancien intendant, « un de ces administrateurs français qui, dans la sec […] Lire la suite

DUPONT DE NEMOURS PIERRE SAMUEL (1739-1817)

  • Écrit par 
  • Louis TRENARD
  •  • 374 mots

Fils d'un horloger, Pierre Samuel fait ses études littéraires et scientifiques, devient un disciple de Quesnay et partage les travaux du groupe des physiocrates avec Turgot, Malesherbes, d'Argenson, l'abbé Baudeau, Gournay. Il est appelé comme conseiller du roi de Suède puis du margrave de Bade et enfin du roi Stanislas Poniatowski qui le nomme secrétaire d'un conseil d'instruction publique et gou […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Les grands courants

  • Écrit par 
  • Jérôme de BOYER
  •  • 8 716 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La physiocratie »  : […] Au xviii e  siècle, en France, l'agriculture est fragilisée par la politique colbertiste de bas prix des biens agricoles, l'État est incapable de prélever l'impôt et de limiter son endettement et on garde le souvenir de la banqueroute du système de Law en 1720. C'est dans ce contexte que la pensée libérale s'est forgée, au sein de l'école physiocratique menée par François Quesnay (1756-1757, arti […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - L'école classique

  • Écrit par 
  • Daniel DIATKINE
  •  • 6 853 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les classiques au sens de Marx et au sens de Keynes »  : […] L'opposition tracée par Marx dans Le Capital (1867) entre économie classique et économie vulgaire reflète celle qui distingue deux conceptions du profit. Les classiques se caractérisent par le concept de produit net, auquel sont associées deux propositions. La première est que l'économie produit chaque année plus qu'elle ne consomme. La seconde est que le prélèvement du produit net par certaines […] Lire la suite

ENQUÊTE SUR LA NATURE ET LES CAUSES DE LA RICHESSE DES NATIONS, Adam Smith - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Françoise DUBOEUF
  •  • 1 270 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'enrichissement capitaliste »  : […] Comment conduire la nation au plus haut niveau de richesse ? Puisque cette dernière est définie comme la production annuelle obtenue grâce au travail, l'enrichissement de la nation repose sur l'augmentation de la quantité de travail et l'amélioration de sa productivité. Dans le livre I, l'analyse est consacrée aux conditions d'amélioration de la productivité du travail : celles-ci s'appuient sur l […] Lire la suite

ESSAI SUR LA NATURE DU COMMERCE EN GÉNÉRAL, Richard Cantillon - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François ETNER
  •  • 1 561 mots

Dans le chapitre « Un traité systématique, un peu mercantiliste, un peu physiocratique, un peu classique »  : […] L' Essai sur la nature du commerce en général serait aujourd'hui présenté comme un traité d'économie théorique. « Économie » se disait alors « commerce », «  commerce en général  » prévenant qu'il ne s'agit pas d'analyser telle réforme particulière, de suggérer au roi de France ou d'Angleterre d'autoriser l'exportation du blé ou de taxer davantage le tabac. Divisé en trois parties et trente-cinq […] Lire la suite

GOURNAY VINCENT DE (1712-1759)

  • Écrit par 
  • Louis TRENARD
  •  • 291 mots

Ayant acquis ses premières notions d'économie auprès de son père, négociant, Vincent de Gournay élargit ses connaissances lors d'un séjour de plusieurs années à Cadix (1730-1744). Après des voyages successifs en Angleterre, à Hambourg, en Hollande, Gournay s'établit à Paris où l'appui de Machault, de Maurepas, de Trudaine lui procure une place de conseiller au Grand Conseil avant de lui obtenir l' […] Lire la suite

JEFFERSON THOMAS (1743-1826)

  • Écrit par 
  • André KASPI
  •  • 405 mots
  •  • 1 média

L'un des fondateurs de la République des États-Unis, Thomas Jefferson est issu d'un milieu aisé. Avocat en 1767, attiré par la vie politique et grand lecteur des philosophes, il écrit A Summary View of the Rights of British America (1774) et siège à la Chambre des bourgeois de Virginie de 1769 à 1775 ; puis il participe au Congrès continental, où il est chargé de rédiger la Déclaration d'indépend […] Lire la suite

LEMERCIER DE LA RIVIÈRE DE SAINT-MÉDARD PIERRE PAUL (1719-1801)

  • Écrit par 
  • Olivier COLLOMB
  •  • 422 mots

D'une famille de financiers, Pierre-Paul Lemercier (ou Mercier) de La Rivière débute comme conseiller au Parlement de Paris. Influent sur ses collègues, écouté par le contrôleur général Moreau de Séchelles, il travaille dans les années 1754-1757 à la conciliation entre le Parlement exilé et la cour. Une fois le Parlement rappelé, M me de Pompadour lui procure l'intendance des Antilles. De 1759 à […] Lire la suite

LIBÉRALISME

  • Écrit par 
  • Francis BALLE
  •  • 6 797 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le libéralisme économique »  : […] Moins qu'une doctrine au sens strict du mot, assurément plus que la justification a posteriori de certaines réalisations dans l'ordre économique, le libéralisme économique est aussi une logique d'action, fondée sur une éthique. Mais avant d'être l'objet d'une réflexion, le libéralisme économique s'est d'abord inscrit comme une réalité dans les événements de l'histoire. À l'origine, il fut une réa […] Lire la suite

MABLY GABRIEL BONNOT DE (1709-1785)

  • Écrit par 
  • Bernard DUCROS
  •  • 435 mots

Frère du philosophe Étienne Bonnot de Condillac, l'abbé de Mably, moraliste, économiste et historien, était entré au séminaire Saint-Sulpice mais ne reçut que le sous-diaconat. Introduit dans l'élite de la société, il travailla auprès du cardinal de Tencin, secrétaire d'État aux Affaires étrangères. Ses fonctions l'amenèrent à négocier, en 1743, avec l'ambassadeur de Prusse, un accord contre l'Aut […] Lire la suite

MATHÉMATIQUE ÉCOLE ÉCONOMIQUE

  • Écrit par 
  • François ETNER
  •  • 2 774 mots

Dans le chapitre « Mathématiques et science économique »  : […] Au xviii e  siècle, et en partie au siècle précédent, la pensée économique empruntait le style qui avait si bien réussi aux sciences de la nature. Elle cherchait des propositions très générales, si possible sous la forme de lois universelles, étayées par des chiffres. Les mathématiques ne dominaient certes pas, mais les calculs du moins étaient les bienvenus et nul n'avait à s'excuser d'y recourir […] Lire la suite

MIRABEAU VICTOR RIQUETTI marquis de (1715-1789)

  • Écrit par 
  • Olivier COLLOMB
  •  • 714 mots

« L'ami des hommes ». Né d'une famille noble, peut-être d'ancienne extraction chevaleresque, venue d'Italie et agrégée au xvi e  siècle à la haute noblesse provençale par de brillants mariages, propriétaire depuis 1570 de la terre de Mirabeau, érigée en marquisat par Louis XIV. Gentilhomme et grand seigneur en Provence, le marquis de Mirabeau l'est et veut l'être ; il prend très au sérieux son rô […] Lire la suite

PRODUCTION, économie

  • Écrit par 
  • Marc PÉNIN
  •  • 1 408 mots

Dans le chapitre « La genèse de la notion de production »  : […] Dans l'Antiquité, seule la production agricole a retenu l'attention, sous un angle principalement technique. L'Économique du Grec Xénophon (env. 380 av. J.-C.) présente un certain nombre de développements que l'on peut qualifier d'agronomiques – en même temps que des principes d'organisation domestique –, mais la notion générale de production y est totalement ignorée, comme ensuite chez les auteu […] Lire la suite

QUESNAY FRANÇOIS (1694-1774)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 641 mots

Économiste français, fondateur de la première école systématique d'économie politique, F. Quesnay , reçu docteur en médecine en 1744 puis médecin consultant de Louis XV, ne publia aucun ouvrage avant l'âge de soixante ans ; il produisit d'ailleurs essentiellement des articles anonymes. Mais, à Versailles, où il bénéficiait du soutien de M me  de Pompadour, on trouvait autour de lui et de Jean C. M […] Lire la suite

REVENU NATIONAL

  • Écrit par 
  • Véronique PAREL, 
  • Francisco VERGARA
  •  • 5 800 mots

Dans le chapitre « Le revenu en tant que produit de l'agriculture : le point de vue des physiocrates »  : […] Ainsi, pour François Quesnay (1694-1774), fondateur de l'école physiocratique, seules les activités agricoles sont productives. Selon lui, l'agriculture est censée produire chaque année une masse de nourriture et de matières premières (laine, lin, cuir, etc.) qu'il appelle « reproduction », ou « produit brut », ou « revenu national ». Une partie de ce produit est utilisée pour remplacer les « ava […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Abel POITRINEAU, « PHYSIOCRATES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/physiocrates/