PHILISTINS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les Philistins (en hébreu : Pelishtīm) sont un peuple d'origine égéenne. Au ~ xiie siècle, ils occupèrent la côte sud et le littoral méridional de Canaan ainsi que la plaine de la Shéphéla, à l'ouest des monts de Juda, territoires que la Bible appela « Philistie » (Pelēshēt, qui donna le nom de « Palestine », figurant d'abord comme adjectif joint à Syria). À l'époque des Juges et même après, ils constituèrent un grave danger pour Israël. La version biblique des Septante, soit traduit le terme et le transpose en « étrangers » (allophyloi), soit le rend simplement par Phylistiim. Dans les sources assyriennes, on rencontre la forme Pilishti ou Palashtu. Mais le nom se repère pour la première fois dans sa forme égyptienne Purusati pour désigner l'un des « peuples de la mer », qui appartenait à la seconde vague et qui fut vaincu à l'embouchure du Nil puis sur terre par Ramsès III vers 1175. C'est à cette date que le pouvoir égyptien concéda aux Philistins le littoral du sud cananéen. Là, ils établiront une confédération de cinq villes : Gaza, Ascalon, Gat, Ashdod et Eqrōn. Jusqu'à leur défaite par l'armée de David, cette pentapole fut gouvernée par des seranim (pluriel de serem, à rapprocher du grec tyrannos) qui formaient le Conseil suprême du peuple.

D'après les sources bibliques (Jér., xlvii, 4 ; Am., ix, 7 ; Deut., ii, 23), les Philistins seraient venus de Caphtor, qui serait la Crète ou peut-être la Cappadoce. Après avoir été probablement refoulés par la migration des Doriens (après la guerre de Troie, ~ 1180) avec les autres « peuples de la mer », leur population implantée en Canaan a dû s'accroître par les flots successifs de l'immigration. Simultanément, ils tentèrent de s'étendre vers les terrains de montagne occupés par les Israélites, ce qui fut la cause de conflits armés durant des siècles. Dans cette lutte, les Philistins furent longtemps avantagés : ils possédaient des troupes équipées de chars de combat et des armes de fer, dont ils avaient de surcroît le monopole commercial. Sous Samuel et Saül, la pression philistine fut une des causes de renforcement de l'effort d'unification d'Israël qui conduisit à la monarchie. David fut le grand vainqueur des Philistins, qu'il refoula vers la plaine côtière et dont il fit ses vassaux (II Sam., v et viii). Mais les conflits reprirent ; il y en avait encore sous Ézéchias (II Rois, xviii). Après la chute de l'empire assyrien, les cités philistines, particulièrement Ashdod, retombèrent sous l'hégémonie égyptienne. À l'époque perse, le territoire philistin fit partie de la cinquième satrapie et, après la mort d'Alexandre, il fut l'objet de disputes entre les Ptolémées d'Égypte et les Séleucides de Syrie ; finalement, il passa sous la domination romaine. Désormais, il ne restait plus de lien avec l'histoire des Philistins que le nom de la Palestine.

C'est avec Chypre que les Philistins avaient le plus d'affinités culturelles. À la faveur des transactions avec l'Égypte, l'art et la céramique mycéniens s'étaient imposés en Syrie et en Canaan du Récent Bronze. Or, la céramique philistine s'inspire nettement des modèles mycéniens tardifs. Quant à l'écriture et à la littérature philistines, on n'en connaît rien.

D'origine indo-européenne, les Philistins n'étaient pas des sémites. Ils n'étaient pas circoncis. Cependant, il semble qu'ils se soient très vite assimilés à la population de Canaan, avant de se faire absorber entièrement par cette terre à laquelle ils avaient donné leur nom. Probablement adoptèrent-ils en partie la religion et la civilisation sémitiques. Leur dieu principal, Dagon (qui eut un temple à Gaza et à Ashdod — cf. Jug., xvi, 23 et I Sam., v, 1-7), était une divinité sémitique mentionnée dans les lettres d'Amarna et en Babylonie. Il y eut aussi à Ascalon un temple d'Astarté, la grande déesse des sémites.

—  André PAUL

Écrit par :

Classification

Autres références

«  PHILISTINS  » est également traité dans :

CHYPRE ANTIQUE

  • Écrit par 
  • Jean POUILLOUX, 
  • Claude F. A. SCHAEFFER
  •  • 5 560 mots

Dans le chapitre « Les débuts de l'âge du fer »  : […] La civilisation mycénienne et chypriote, en plein essor aux xiv e et xiii e siècles grâce au commerce maritime entre l'Occident égéo-mycénien et le Proche-Orient, disparut brusquement au début du xii e siècle. Les ruines de la ville d'Enkomi-Alasia présentent des traces de destruction par des séismes violents et des incendies. La grande ville, si active, centre urbain le plus vaste et le plus p […] Lire la suite

DAGAN ou DAGON

  • Écrit par 
  • Daniel ARNAUD
  •  • 336 mots
  •  • 1 média

D'origine inconnue et resté étranger à la culture sumérienne, le dieu Dagan appartient surtout à la religion des anciens sémites. Son nom, qui pourrait signifier « grain », donne une idée médiocre de son importance : il est en réalité à la Syrie ce qu'est Enlil à la Mésopotamie : la divinité suprême, maîtresse du cosmos. En Babylonie, il apparaît surtout dans les noms propres à partir de la dynas […] Lire la suite

DAVID (env. 1000 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 1 815 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « David, roi d'Israël »  : […] Vers 1004, les tribus d'Israël vivent depuis trois siècles en « terre de Canaan », de part et d'autre du Jourdain , entre les cités maritimes des Phéniciens au nord, des Philistins à l'ouest. Face aux Philistins en pleine expansion, qui détiennent les techniques du fer, les tribus hébraïques se donnent un premier roi : Saül (1020-1004). Surtout militaire, le règne de Saül est une suite de guerres […] Lire la suite

ÉPIDÉMIES ET PANDÉMIES

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET, 
  • Georges DUBY, 
  • Gabriel GACHELIN, 
  • Jean-Louis MIÈGE
  • , Universalis
  •  • 20 420 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « La « peste des Philistins » »  : […] La plus importante « peste » relatée dans la Bible, la plus longuement décrite, est la « peste des Philistins ». Elle survint à Ashdod – peut-être en 1141 av. J.C. – lorsque les Philistins, après leur victoire sur les Hébreux à Afek, y rapportèrent l'arche d'Alliance. Installée dans le temple du dieu Dagôn, l'arche provoqua la destruction de la statue du dieu-poisson, puis l'apparition d'une mala […] Lire la suite

JUDAÏSME - Histoire des Hébreux

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 11 020 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La conquête de Canaan, les Juges (1272-1020) »  : […] Canaan n'est plus le territoire faiblement peuplé de la période patriarcale. Géographiquement, c'est bien le pays de montagnes et de vallées promis par Dieu ; ses collines sillonnées de ruisseaux multiples en font une terre arrosée par les eaux du ciel. Mais Canaan abrite une civilisation parvenue à maturité à l'époque du bronze récent ; des cités-États, places fortes entourées de puissantes murai […] Lire la suite

PALESTINE

  • Écrit par 
  • Ernest-Marie LAPERROUSAZ, 
  • Robert MANTRAN
  • , Universalis
  •  • 31 607 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'époque prémonarchique (du début du xiie siècle à la fin du xie av. J.-C.) »  : […] Si l'action des Israélites, aux xiii e - xii e  siècles, et celle des Peuples de la Mer, au début du xii e , mirent fin à la période cananéenne de la Palestine, pourtant, pendant deux siècles encore, des cités-États cananéennes contrôlèrent les vallées et les plaines de la Palestine septentrionale. Les Cananéens, après avoir reçu l'apport d'un sang nouveau, montreront d'ailleurs une nouvelle vital […] Lire la suite

SAMSON (XIIe s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Marguerite JOUHET
  •  • 337 mots
  •  • 1 média

Héros biblique à la force redoutable dont les exploits sont rapportés dans le Livre des Juges. Issu de la tribu de Dan, Samson vit comme les siens, de façon précaire, dans une région de collines à la frontière de la riche plaine côtière habitée par les Philistins, ennemis d'Israël. Si le héros figure dans la liste des juges d'Israël, il n'est pourtant jamais un chef de guerre, ni un libérateur de […] Lire la suite

SAÜL, roi d'Israël (env. 1030-env. 1010 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 814 mots

Le premier roi de l'État d'Israël. Saül (en hébreu shaûl , « qui a été demandé [par Dieu] ») était originaire de Gabaa (aujourd'hui, tell el-Fûl ), d'une famille rurale de la tribu de Benjamin. La genèse de sa carrière et ses premiers exploits sont liés à la mission prophétique de Samuel. Le matériau traditionnel qui le concerne, dans la Bible, recouvre les chapitres ix à xxxi du premier Livre d […] Lire la suite

Pour citer l’article

André PAUL, « PHILISTINS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 juillet 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/philistins/