LACOUE-LABARTHE PHILIPPE (1940-2007)

Né en 1940, tout comme Jean-Luc Nancy, et, comme ce dernier, professeur à l'université Marc-Bloch de Strasbourg, Philippe Lacoue-Labarthe s'inscrit dans la mouvance de Jacques Derrida (à propos duquel il organisa en 1980, avec Jean-Luc Nancy, un colloque à Cerisy-la-Salle publié sous le titre Les Fins de l'homme). Aux limites de la philosophie, le questionnement serré de l'auteur conjugue et articule poétique et politique – et ce depuis ses premières recherches sur le romantisme allemand (L'Absolu littéraire, en collaboration avec Jean-Luc Nancy, 1978). Les figures tutélaires de Hölderlin et de Nietzsche (qu'il a traduits), de Martin Heidegger, de Walter Benjamin et de Jacques Derrida délimitent l'espace où va s'instaurer une œuvre, exigeante, toujours inquiète des limites imperceptibles de la modernité.

S'il est bien vrai que l'on doit la naissance moderne de la notion de littérature au premier romantisme d'Iéna (de 1798 à 1800 autour de la revue Athenäum), c'est à Hölderlin, avant tout, que Philippe Lacoue-Labarthe se réfère pour penser ce qui va se jouer par la suite. La tension entre littérature, philosophie et religion est inséparable de visions politiques du monde dont le xxe siècle aura expérimenté toutes les possibilités, jusqu'aux plus abjectes. Poétique et politique forment alors les deux grands axes d'une aventure placée sous le signe de la « déconstruction mimétique » – avec et contre Heidegger.

Que les genres se mêlent ne veut en rien dire qu'ils se confondent : la littérature – la poésie avant tout – inquiète la philosophie (et ses au-delà déconstruits à partir de Nietzsche, de Heidegger et de Derrida). De son côté, la philosophie, par la rigueur sans concession de ses mises en question des images (au moins depuis Platon), ne cesse d'être débordée par la « voix de fin silence » (Roger Laporte) poétique qu'elle cherche à rejoindre sans jamais pouvoir l'atteindre. L'écrit (de la loi, du concept) est toujours doublé par l'oralité (musicale, « phrasée ») de la littérature dont il ne peut entièrement faire l'économie. Ce n'est certainement pas un hasard si les premie [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

Classification


Autres références

«  LACOUE-LABARTHE PHILIPPE (1940-2007)  » est également traité dans :

NANCY JEAN-LUC (1940-    )

  • Écrit par 
  • Didier CAHEN
  •  • 1 474 mots

à l'université de Strasbourg, où il deviendra professeur. Il y fait la connaissance d'un collègue de la même génération, Philippe Lacoue-Labarthe. C'est le début d'une amitié et d'une aventure philosophique partagée. Ils écriront ensemble leur premier livre : Le Titre de la lettre (une lecture de Lacan), paru en 1973. Lacan lui-même […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-luc-nancy/#i_42569

Pour citer l’article

Francis WYBRANDS, « LACOUE-LABARTHE PHILIPPE - (1940-2007) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/philippe-lacoue-labarthe/