PHIDIAS (Ve s. av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les statues chryséléphantines

Ces œuvres en bronze, quelle qu'ait été leur qualité, n'auraient pas suffi à assurer la prééminence artistique de Phidias : elles participent du « style sévère » (480-450 av. J.-C.), qui voit s'établir la suprématie du bronze dans la sculpture grecque, une fois maîtrisée la fonte en creux à la cire perdue, qui permet seule des bronzes de grandeur naturelle. En fait, c'est la technique chryséléphantine, appliquée à des œuvres colossales, qui va mettre Phidias hors de pair. Il s'agit d'un assemblage de feuilles d'or et de pièces d'ivoire fixées sur une surface modelée, elle-même étayée par une charpente de bois intérieure – travail d'équipe très délicat, qui participe de l'ébénisterie et de l'orfèvrerie autant que de la sculpture proprement dite, et demande des investissements considérables, puisque les matériaux précieux – bois imputrescibles, ivoire pour les chairs et or pour le reste – doivent être importés. De telles commandes sont donc très exceptionnelles. La chance historique de Phidias est d'avoir été actif durant la période de prospérité qu'a connue la Grèce entre les guerres avec la Perse (490-479) et la guerre du Péloponnèse (431-404), qui allait affaiblir irrémédiablement les cités.

Des deux statues chryséléphantines colossales qu'il réalisa, seule celle d'Athéna Parthénos est sûrement datée. C'est pour abriter et mettre en valeur ce prodigieux ex-voto que le Parthénon fut construit, entre 447 et 438 avant J.-C., ce qui explique nombre de ses particularités architecturales. Il ne s'agit donc pas d'un temple, mais bien d'un gigantesque trésor, au sens grec d'édifice votif, mais aussi, au sens moderne, d'une réserve pour les fonds publics. La pièce arrière, qui a donné son nom au bâtiment, avait cette destination, et la statue de Phidias elle-même constituait, aux dires de Périclès, une ultime ressource : en cas de crise financière, on pourrait en détacher les feuilles d'or, quitte à les remplacer plus tard.

D'un type voisin de celui de la Promachos, la statue d'Athéna Parthénos, haute de 11 [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Statue de Riace

Statue de Riace
Crédits : G. Nimatallah/ De Agostini/ Getty Images

photographie

Temple de Zeus à Olympie (reconstitution de l'intérieur)

Temple de Zeus à Olympie (reconstitution de l'intérieur)
Crédits : bildagentur-online/ Universal Images Group/ Getty images

photographie


Écrit par :

  • : ancien membre de l'École française d'Athènes, professeur émérite d'archéologie grecque à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Autres références

«  PHIDIAS ( V e s. av. J.-C.)  » est également traité dans :

ACROPOLE D'ATHÈNES

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 8 212 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L'Acropole classique »  : […] Avant la bataille de Platées, les Grecs, pour cimenter l'union sacrée, avaient, dit-on, fait le serment de ne pas relever les sanctuaires ravagés tant qu'ils n'auraient pas chassé les Perses de Grèce et d'Ionie ; or la lutte devait durer, sporadiquement ranimée, jusqu'en 449-448. De fait, les travaux de construction du Parthénon commencent dès l'année suivante. Tout serait donc simple si le Parth […] Lire la suite

AGORACRITOS DE PAROS (actif dernier tiers Ve s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 1 211 mots

Sculpteur grec, disciple de Phidias, Agoracritos de Paros est actif durant le dernier tiers du ~ v e siècle. Trois de ses œuvres sont connues par les sources antiques : un groupe en bronze d'Athéna Itonia et d'Hadès à Coronée, en Béotie (Pausanias, Description de la Grèce , IX, xxxiv , 1) ; une statue de culte de Cybèle, Mère des dieux, pour le Métrôon de l'agora d'Athènes (Pline l'Ancien, Histo […] Lire la suite

ALCAMÈNE (actif 2e moitié Ve s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 1 100 mots

Alcamène est un sculpteur, très probablement athénien, actif surtout à Athènes durant la seconde moitié du ~  v e siècle. Une anecdote recueillie par le compilateur byzantin Tsétzès ( Chiliades , VIII, 340-346) le montre en compétition avec Phidias pour la réalisation d'une statue d'Athéna placée au sommet d'une colonne — et surclassé par celui-ci, qui avait pris en compte les déformations optiqu […] Lire la suite

CLÉOPHON PEINTRE DE (actif env. 440-410 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques MAFFRE
  •  • 1 038 mots

Parmi les peintres de vases attiques de la seconde génération du style « libre », à l'époque où le premier classicisme atteint son apogée dans le domaine de la sculpture avec Phidias, il en est peu dont nous connaissions le nom, à cause du manque de signatures. Il est possible d'en citer deux ou trois, tout au plus, et encore ne s'agit-il pas des meilleurs artistes. Aison, qui a signé une coupe co […] Lire la suite

DAMOPHON (déb. IIe s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 325 mots

Sculpteur grec, actif dans le premier quart du ii e  siècle avant J.-C., né à Messène, ville nouvelle du Péloponnèse. Longtemps connu seulement par Pausanias, qui mentionne douze de ses œuvres à Aegion (Achaïe), à Mégalopolis et à Lycosoura (Arcadie), à Messène même, il réalisa aussi la restauration de la statue chryséléphantine de Zeus par Phidias, à Olympie, dont certaines plaques d'ivoire avai […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - La religion grecque

  • Écrit par 
  • André-Jean FESTUGIÈRE, 
  • Pierre LÉVÊQUE
  •  • 20 051 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Essor de la religion civique »  : […] La Grèce sort paradoxalement victorieuse de la crise des guerres médiques : la ferveur envers les dieux ne laisse pas d'en être considérablement renforcée dans toutes les cités qui ont participé à la gigantesque mêlée. C'est le cas notamment à Athènes. Les dieux et les héros de l'Attique ont lutté aux côtés des Athéniens, à Marathon comme à Salamine ; Athéna a fait repousser l'olivier sacré de l' […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Les arts de la Grèce

  • Écrit par 
  • Pierre DEVAMBEZ, 
  • Agnès ROUVERET
  •  • 18 509 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre «  Le classicisme »  : […] On a l'impression que jusqu'à cette époque aucune doctrine artistique ne s'était imposée ; que des modes, bien sûr, avaient parfois prévalu, mais que jamais, si éminente que fût sa personnalité, aucun maître n'avait dominé ses contemporains. C'est au contraire une sorte d'hégémonie que, pendant une vingtaine d'années, va exercer Phidias. Athénien de naissance, homme de confiance de Périclès, il e […] Lire la suite

MERVEILLES DU MONDE LES SEPT

  • Écrit par 
  • Martine Hélène FOURMONT
  •  • 791 mots
  •  • 1 média

Expression désignant les sept ouvrages que les Anciens considéraient comme les plus parfaits réalisés, tant en sculpture qu'en architecture. Cette notion de merveille du monde apparaît pour la première fois dans le De septem orbis miraculis , généralement attribué à Philon de Byzance ( iii e  s.). La liste de ces monuments très célèbres comprend : le mausolée d'Halicarnasse, la pyramide de Khéops, […] Lire la suite

MUSÉES DE MOULAGES

  • Écrit par 
  • Roland ETIENNE, 
  • Jean-Claude MOSSIERE
  •  • 2 402 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les musées de moulages : mémoire et avenir de la culture européenne »  : […] Où peut-on admirer les sculptures de Phidias ? Le décor sculpté du Parthénon est réparti entre quatre musées, dans quatre pays : le musée d'archéologie de Palerme, le Louvre, le British Museum et, quand même, le musée de l'Acropole. La rapacité des Anglais au début du xix e  siècle – qui n'avait d'égale que celle des Français ou des Allemands – fait que, si le Parthénon est resté en Grèce, l'essen […] Lire la suite

ORDRES, architecture

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN, 
  • Claude MIGNOT, 
  • Éliane VERGNOLLE
  •  • 13 398 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « L'ordre dorique »  : […] Connu par un plus grand nombre de temples, et des temples mieux conservés que ceux d'ordre ionique, le dorique , dont l'austère rationalité est tempérée par le raffinement de ses nuances, apparaît comme l'ordre grec par excellence. Dès que la maîtrise de la taille et de la manutention de la pierre est assurée, au début du vi e  siècle, s'engage un travail incessant sur les proportions, qui abouti […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Bernard HOLTZMANN, « PHIDIAS (Ve s. av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/phidias/