Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PESTE

Le bacille de Yersin

Le bacille de Yersin (Yersinia pestis) appartient au genre Yersinia, après avoir longtemps été classé comme Pasteurella pestis. C’est un bacille court, ovoïde, à Gram négatif, immobile et non sporulé. Certaines de ses propriétés biochimiques ont un intérêt épidémiologique ; la fermentation du glycérol, par exemple, est liée à l’origine géographique des souches : celles de la variété continentale, qui provoquent cette fermentation, proviennent des foyers anciens (Mandchourie, Mongolie, sud-est de l’ex-URSS, Afrique centrale), alors que celles de la variété océanique ou orientale, qui ne provoquent pas cette fermentation, sont des souches isolées, disséminées dans le monde entier lors de la troisième pandémie. L’existence de foyers mixtes, où se rencontrent des souches capables d’entraîner la fermentation du glycérol et d‘autres qui n’ont pas cette propriété, témoigne de l’existence de plusieurs importations successives de la peste. De même, les souches de la variété continentale sont séparées en variétés antiqua et medievalis, selon qu’elles réduisent ou non les nitrates en nitrites, produisent ou non de l’acide nitreux et attaquent ou non le mélibiose.

Depuis 2001 et la détermination de la séquence de l’ADN du bacille, des études de biologie moléculaire ont révélé que le genre Yersinia comportait une souche ancestrale d’où ont émergé onze espèces, dont deux apparues relativement récemment (entre 0,5 et 2 millions d’années) sont des entérobactéries, Y. enteroliticaet Y. pseudotuberculosis. C’est de cette dernière espèce que Y. pestis aurait pris naissance il y a vingt mille ans au plus. La paléomicrobiologie documente la complexité de la migration du bacille avec les populations humaines. Le premier contact documenté en Europe occidentale (dans les actuels pays Baltes) remonte à environ quatre mille ans.

Par rapport à Y. pseudotuberculosis, Y. pestis se différencie par une perte de gènes, mais aussi par l’acquisition d’autres permettant le passage du germe chez l’animal vecteur, c’est-à-dire la puce. La comparaison des séquences ADN des génomes entiers obtenus de divers isolats, animaux ou humains, qui s’accumulent depuis 2001, montre une remarquable adaptabilité de la bactérie à des écosystèmes et des hôtes différents et, de manière plus générale, une grande plasticité des génomes. Ces modifications génétiques adaptatives peuvent elles-mêmes être à l’origine de différences dans le pouvoir pathogène de la bactérie.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur émérite à la faculté de médecine de Paris, chef de service à l'Institut Pasteur
  • Universalis : services rédactionnels de l'Encyclopædia Universalis

Classification

Pour citer cet article

Universalis et Henri-Hubert MOLLARET. PESTE [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Le rat, vecteur de la peste - crédits : Erni/ Shutterstock

Le rat, vecteur de la peste

Alexandre Yersin - crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Alexandre Yersin

Paul-Louis Simond - crédits : Institut Pasteur/ Musée Pasteur

Paul-Louis Simond

Autres références

  • ANTHROPOLOGIE DES ZOONOSES

    • Écrit par Frédéric KECK, Christos LYNTERIS
    • 3 954 mots
    • 4 médias
    ...dans lequel la maladie se développe de façon équilibrée entre animaux porteurs avant de se transmettre de façon accidentelle à l’homme. Dans le cas de la peste étudié par Meyer en Californie dans les années 1930, on peut distinguer trois phases : l’enzootie, au cours de laquelle la bactérie se diffuse de...
  • LA PESTE (A. Camus) - Fiche de lecture

    • Écrit par Guy BELZANE
    • 1 454 mots
    ...qui sont touchés par un mal mystérieux. Au fur et à mesure que les décès se multiplient, et face aux symptômes qui ne laissent guère de doute, le mot « peste » est enfin prononcé. D’abord réticentes, les autorités finissent par admettre l’évidence. L’état de peste est officiellement déclaré et les portes...
  • ÉPIDÉMIES ET PANDÉMIES

    • Écrit par Jacqueline BROSSOLLET, Georges DUBY, Universalis, Gabriel GACHELIN, Jean-Louis MIÈGE
    • 20 843 mots
    • 15 médias
    ...de symptômes très spécifiques, nombre d'épidémies désignées sous le terme général de « fléau » ne peuvent être formellement identifiées. Le terme latin pestis, qui équivaut à « fléau », a prévalu jusqu'au xviie siècle, recouvrant indifféremment toutes les grandes maladies épidémiques – peste,...
  • GUY DE CHAULIAC (1300-1368)

    • Écrit par Jacqueline BROSSOLLET
    • 564 mots
    • 1 média

    Né dans le diocèse de Mende, cet humble paysan fut remarqué par l'Église qui le fit étudier. Devenu clerc de la cathédrale de Mende, Guy de Chauliac alla suivre à Montpellier les cours de l'école de médecine (la chirurgie n'était pas encore enseignée) et il y obtint les grades...

  • Afficher les 15 références

Voir aussi