Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PESTE

Situation au début du xxie siècle

Le déclin de la maladie s’est accéléré depuis plusieurs décennies et le risque de pandémie semble écarté, pourtant cela ne signifie pas que la peste soit éteinte.

La peste dans le monde (2013) - crédits : Encyclopædia Universalis France

La peste dans le monde (2013)

Elle a seulement changé de visage et est désormais surtout reléguée dans certaines zones rurales. Le petit nombre de cas de peste humaine enregistrés chaque année (243 en 2018) peut rassurer ; cependant, le germe est très largement dispersé dans la nature. Si la peste n’est plus un sujet d’inquiétude pour tout pays disposant d’une armature médicale, administrative et technique appropriée, capable de juguler l’infection si elle venait à y être réimportée, comme en Corse, en Italie et à Malte en 1945, nombre de régions du monde sont encore à la merci d’une expansion de la maladie. En effet, d’une part, un nombre croissant d’individus entre en contact avec les foyers naturels de peste du fait de l’exploitation de territoires où l’épizootie persiste ; d’autre part, les techniques de transport par conteneurs comportent des risques nouveaux pour leur lieu de destination, ceux-là mêmes qui avaient été éliminés par le rat-proofing des navires.

À la régression spectaculaire de la maladie humaine, en particulier en Chine et en Inde, s’opposent donc la stabilité de l’enzootie et le niveau de prévalence du bacille chez les rongeurs sauvages dans certains foyers (eurasiatique, centre et sud-africain, sud-américain). On est passé de 2 000 cas annuels entre 1960 et 1970 à 1 000 cas déclarés en 1990, à Madagascar, en Tanzanie et au Zaïre (auj. République démocratique du Congo). Toutefois, force est de constater que, depuis lors, la peste a été identifiée, selon l’OMS, chez au moins le même nombre de personnes chaque année, et jusqu’à 5 000 potentiellement (Inde, 1994 ; Zambie, 1996 ; Jordanie, 1997), beaucoup d’autres cas n’ayant probablement pas été recensés... La menace est donc latente mais permanente. Les perturbations climatiques dynamiseraient par ailleurs le retour de peste extensive, dans la mesure où des printemps chauds et des étés humides favorisent la prolifération pesteuse dans ses réservoirs écologiques. Les modifications par les hommes des écosystèmes où la présence du bacille pesteux est persistante vont dans le même sens.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur émérite à la faculté de médecine de Paris, chef de service à l'Institut Pasteur
  • Universalis : services rédactionnels de l'Encyclopædia Universalis

Classification

Pour citer cet article

Universalis et Henri-Hubert MOLLARET. PESTE [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Le rat, vecteur de la peste - crédits : Erni/ Shutterstock

Le rat, vecteur de la peste

Alexandre Yersin - crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Alexandre Yersin

Paul-Louis Simond - crédits : Institut Pasteur/ Musée Pasteur

Paul-Louis Simond

Autres références

  • ANTHROPOLOGIE DES ZOONOSES

    • Écrit par Frédéric KECK, Christos LYNTERIS
    • 3 954 mots
    • 4 médias
    ...dans lequel la maladie se développe de façon équilibrée entre animaux porteurs avant de se transmettre de façon accidentelle à l’homme. Dans le cas de la peste étudié par Meyer en Californie dans les années 1930, on peut distinguer trois phases : l’enzootie, au cours de laquelle la bactérie se diffuse de...
  • LA PESTE (A. Camus) - Fiche de lecture

    • Écrit par Guy BELZANE
    • 1 454 mots
    ...qui sont touchés par un mal mystérieux. Au fur et à mesure que les décès se multiplient, et face aux symptômes qui ne laissent guère de doute, le mot « peste » est enfin prononcé. D’abord réticentes, les autorités finissent par admettre l’évidence. L’état de peste est officiellement déclaré et les portes...
  • ÉPIDÉMIES ET PANDÉMIES

    • Écrit par Jacqueline BROSSOLLET, Georges DUBY, Universalis, Gabriel GACHELIN, Jean-Louis MIÈGE
    • 20 843 mots
    • 15 médias
    ...de symptômes très spécifiques, nombre d'épidémies désignées sous le terme général de « fléau » ne peuvent être formellement identifiées. Le terme latin pestis, qui équivaut à « fléau », a prévalu jusqu'au xviie siècle, recouvrant indifféremment toutes les grandes maladies épidémiques – peste,...
  • GUY DE CHAULIAC (1300-1368)

    • Écrit par Jacqueline BROSSOLLET
    • 564 mots
    • 1 média

    Né dans le diocèse de Mende, cet humble paysan fut remarqué par l'Église qui le fit étudier. Devenu clerc de la cathédrale de Mende, Guy de Chauliac alla suivre à Montpellier les cours de l'école de médecine (la chirurgie n'était pas encore enseignée) et il y obtint les grades...

  • Afficher les 15 références

Voir aussi