GUY DE CHAULIAC (1300-1368)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né dans le diocèse de Mende, cet humble paysan fut remarqué par l'Église qui le fit étudier. Devenu clerc de la cathédrale de Mende, Guy de Chauliac alla suivre à Montpellier les cours de l'école de médecine (la chirurgie n'était pas encore enseignée) et il y obtint les grades de maître en médecine de cette ville. Il séjourna ensuite à l'université de Bologne et à Paris. Dans ces deux écoles, il se perfectionna dans l'étude de la chirurgie.

Le médecin et ses malades

Le médecin et ses malades

Photographie

Cette illustration, tirée d'une copie du XVe siècle de la Grande Chirurgie de Guy de Chauliac, illustre des gestes élémentaires du médecin : prise du pouls et palpation d'un organe malade. 

Crédits : BnF, cote cliché RC-A-48196

Afficher

Nommé chanoine de l'église Saint-Just de Lyon vers 1340, il pratique la médecine et surtout la chirurgie dans cette ville et ses alentours (dans le « chapitre singulier » de sa Grande Chirurgie il énumère les instruments qu'il emportait lorsqu'il opérait hors de Lyon). En 1348, lorsque la grande peste éclate, il est à Avignon huitième médecin du pape Clément VI, et il le seconde efficacement dans sa lutte contre l'épidémie. À la mort de Clément VI, en 1352, il est promu deuxième médecin de son successeur Innocent VI et chanoine de Reims avec prébendes, mais il ne semble pas qu'il ait vécu dans cette ville. Il renonce à cette charge en 1359, lorsqu'il devient prévôt du chapitre de Saint-Just de Lyon. Après le décès d'Innocent VI, il est nommé premier médecin d'Urbain V.

De cette double activité d'homme d'Église et de médecin-chirurgien, c'est la seconde qui le rend illustre lorsqu'il rédige, en 1363, « pour le soulas de ma vieillesse et pour exercer mon esprit », l'Inventorium sive Collectorium artis chirurgicalis medicinae ; au fil des nombreuses rééditions, le titre devient la Grande Chirurgie. Aucun traité didactique n'existait sur ce sujet, puisque la chirurgie n'était pas enseignée dans les universités. Il rassemble les textes fragmentaires abordant cette science et y ajoute ses commentaires, nés d'une longue pratique. Présentée sous la forme de questions-réponses, la Grande Chirurgie, connue désormais sous le nom de Guidon, restera entre les mains des étudiants jusqu'au xviiie siècle.

Il réclame avec insistance pour le chirurgien une profonde conn [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages






Écrit par :

Classification


Autres références

«  GUY DE CHAULIAC (1300-1368)  » est également traité dans :

MÉDECINE - Histoire

  • Écrit par 
  • Charles COURY
  •  • 8 938 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « L'immobilisme occidental »  : […] En Europe occidentale, sous le contrôle sévère des autorités ecclésiastiques, la médecine demeura l'apanage des clercs jusqu'au xii e  siècle : cette période obscure de l'histoire de la médecine se caractérise par la stagnation et la stérilité. Ultérieurement, une orientation nouvelle se dessina sous l'effet de l'apport oriental et sous l'impulsion des premières universités médicales laïques : Bol […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacqueline BROSSOLLET, « GUY DE CHAULIAC (1300-1368) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/guy-de-chauliac/