PÉROUSE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Bâtie sur un éperon rocheux dominant la vallée du Tibre, Pérouse contrôle une voie de communication, longtemps essentielle, notamment sur le plan stratégique, à travers les vallées de l'Italie centrale. Les Étrusques sont les premiers à en faire un centre important. Des portes monumentales et les vestiges d'une muraille témoignent de cette prospérité.

Italie : carte administrative

Italie : carte administrative

Carte

Carte administrative de l'Italie. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Détruite en ~ 41 lors de la guerre de Pérouse, épisode de la lutte entre Antoine et Octave, puis rebâtie par Auguste sous le nom d'Augusta Perusia, la ville tient encore, au Haut-Empire, dans le triangle allongé de ses murs étrusques. Au ve siècle, des églises s'élèvent au-delà des murs (situées, selon l'usage du temps, sur l'emplacement de cimetières chrétiens), dont Sant'Angelo qui subsiste encore aujourd'hui. Détruite par le chef ostrogoth Totila, au milieu du vie siècle, Pérouse végète obscurément jusqu'aux xe et xie siècle où, érigée en commune, elle profite des avantages de sa position pour dominer, au prix de guerres contre Assise et Foligno, un vaste territoire, tout en reconnaissant la souveraineté, le plus souvent lointaine, parfois plus effective (ainsi sous Innocent III), de la papauté (dont l'État englobe l'Ombrie). Ville guelfe, Pérouse dirige la lutte de toute la région contre Frédéric II de Hohenstaufen ; comme son alliée Florence, elle se donne des institutions favorisant la bourgeoisie, dont un Conseil des prieurs est l'émanation. Une nouvelle ceinture de murailles, nécessitée par l'essor démographique, donne à la ville, au début du xive siècle, ce plan en étoile que l'extension contemporaine ne fait que dilater, l'habitat se dispersant le long des crêtes rocheuses. Alors sont édifiés le palais des Prieurs, la cathédrale, et de nombreuses églises, ainsi qu'une série de maisons (encore conservées). Très liée à la Toscane, Pérouse fait ériger une fontaine par Nicolà et Giovanni Pisano, aidés d'un autre Toscan, Arnolfo di Cambio, à la fin du xiiie siècle. Pérouse témoigne de la même ouve [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  PÉROUSE  » est également traité dans :

HÔTEL DE VILLE

  • Écrit par 
  • Pascal LIÉVAUX-SENEZ
  •  • 3 691 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les hôtels de ville en Europe »  : […] Les premiers grands hôtels de ville datent des xiii e et xiv e  siècles. Au xiii e  siècle, les plus importants sont édifiés par les cités indépendantes du centre de l'Italie : Massa Marittima, Sienne, Pise, Todi, Plaisance, Pérouse. Avec leurs hauts murs crénelés, ces palais municipaux ont des allures de forteresses. Celui de Pérouse (1292-1297) […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hotel-de-ville/#i_49651

OMBRIE

  • Écrit par 
  • Michel ROUX
  •  • 482 mots
  •  • 1 média

Située en Italie centrale, l'Ombrie (868 000 hab. en 2006, pour 8 456 km 2 ) est la seule région de la péninsule qui soit sans accès à la mer. Appartenant aux États pontificaux jusqu'à la réalisation de l'unité italienne, l'Ombrie (Umbria) reste en retrait par rapport aux régions voisines pour la densité du peuplement (103 hab./km 2 ) comme pour l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ombrie/#i_49651

PÉRUGIN (1448-1523)

  • Écrit par 
  • Noëlle de LA BLANCHARDIÈRE
  •  • 1 276 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le plus moderne des peintres traditionnels »  : […] La formation de Pérugin est d'ailleurs florentine : c'est à Florence qu'il apprend son art (le Libro rosso de la compagnie de saint Luc de cette ville le mentionne parmi ses inscrits en 1472), Verrocchio et Piero della Francesca sont ses maîtres. Fait paradoxal, ce sont les premières œuvres de Pérugin qui échappent au schéma traditionnel. En 1473, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/perugin/#i_49651

Pour citer l’article

Gérard RIPPE, « PÉROUSE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 janvier 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/perouse/