Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

OMBRIE

Italie : carte administrative

Italie : carte administrative

Située en Italie centrale, l'Ombrie (868 000 hab. en 2006, pour 8 456 km2) est la seule région de la péninsule qui soit sans accès à la mer. Appartenant aux États pontificaux jusqu'à la réalisation de l'unité italienne, l'Ombrie (Umbria) reste en retrait par rapport aux régions voisines pour la densité du peuplement (103 hab./km2) comme pour l'intensité de la vie urbaine et industrielle. Avec la Toscane et les Marches, elle fait partie de cette Italie centrale des collines, des champs complantés et du métayage qui, après des siècles d'immobilité, connaît des changements accélérés.

Appuyée à l'est sur la dorsale calcaire de l'Apennin, qui culmine au mont Vettore (2 478 m), l'Ombrie est essentiellement constituée de molasses miocènes. Les bassins effondrés qui s'y inscrivent, drainés par le Tibre et ses affluents, sont les réceptacles des villes et le cœur économique de la région. La vie rurale a toujours été dominée par la lutte contre l'érosion sur les pentes raides, aménagées en rideaux ou en terrasses, par la lutte contre l'inondation et le marécage dans les plaines. Au-dessus des fonds de bassins sujets aux inversions de température hivernales, la « ceinture chaude » des basses pentes constitue une zone privilégiée pour l'habitat et les cultures arbustives. La dispersion de l'habitat, la coltura promiscua et le métayage (que la législation actuelle condamne à disparaître) traduisent dans les bassins la prépondérance de la propriété citadine. En montagne, où la petite propriété paysanne est plus étendue, l'habitat groupé et l'openfield l'emportent. La crise de l'agriculture traditionnelle a entraîné un exode rural massif. En montagne, il s'agit le plus souvent d'un abandon total, sans autre contrepartie que des reboisements sporadiques. L'emprise humaine se maintient mieux dans les collines, surtout là où l'irrigation est rendue possible par la réalisation de lacs collinaires. Difficilement conquises, les plaines offrent les meilleures conditions pour la mécanisation de l'agriculture. Longtemps déficitaire, le solde migratoire est positif depuis 1991.

À l'exception de Terni (109 600 hab. en 2006, grosses industries de transformation et d'équipement), les villes, vivant de la rente du sol et de leurs fonctions tertiaires, sont peu industrialisées. Spécialisée dans l'industrie alimentaire et textile, Pérouse (161 400 hab. ) manifeste un dynamisme paradoxal malgré un site et une desserte incommodes. L'industrie fournit 32,8 p. 100 des emplois de la région en 2001, le tertiaire 62,6 p. 100 et l'agriculture (tabac, viticulture, truffes noires) 4,6 p. 100. Le tourisme est important à Assise, Gubbio, Orvieto et Spolète.

— Michel ROUX

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Italie : carte administrative

Italie : carte administrative

Autres références

  • APENNIN

    • Écrit par Jean AUBOUIN, Jean DEMANGEOT
    • 2 778 mots
    • 3 médias
    Les Marches, l'Ombrie et la plus grande partie du Latium sont formées par une série de calcaires secondaires en dalles, moins puissante que celle des Abruzzes, terminée par des formations tertiaires marno-gréseuses. Ces terrains, caractéristiques de la zone d'Ombrie, sont déformés par des...
  • ASSISE

    • Écrit par Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
    • 1 202 mots

    La petite ville aux toits roux, dominant une vallée ouverte sur les horizons clairs de l'Ombrie, est aujourd'hui une cité hors du temps, recueillie dans le souvenir de saint François. Mais Assise avait déjà vécu une longue histoire lorsque apparut le Poverello et, après la mort...

  • PÉROUSE

    • Écrit par Gérard RIPPE
    • 705 mots
    • 1 média

    Bâtie sur un éperon rocheux dominant la vallée du Tibre, Pérouse contrôle une voie de communication, longtemps essentielle, notamment sur le plan stratégique, à travers les vallées de l'Italie centrale. Les Étrusques sont les premiers à en faire un centre important. Des portes monumentales et les...

  • PÉRUGIN (1448-1523)

    • Écrit par Noëlle de LA BLANCHARDIÈRE
    • 1 273 mots
    • 2 médias
    Pérugin est né en Ombrie à Città della Pieve. Pérouse, la capitale, lui donne le surnom sous lequel il est connu. C'est là qu'il a son premier atelier ; il peint pour les nobles et les marchands de la ville, pour les moines de Saint-Pierre et ceux de Saint-Augustin ; les magistrats le chargent de la...

Voir aussi